1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Tous les articles de Jérôme Lieury

Jérôme Lieury
Jérôme Lieury

Jérôme Lieury

Olier Etudes & Recherches

Analyste financier, membre du Cercle des analystes

https://www.olier-etudes-recherche.fr/

Jérôme Lieury est analyste financier, membre de la Société française des analystes financiers et diplômé du Centre de Formation SFAF. Il est également membre du Cercle des analystes indépendants. 
Entré dans la finance en 1987 comme négociateur sur le marché obligataire, il a acquis depuis une expérience de plus d'une vingtaine d'années en tant qu'analyste Actions "sell side" et "buy side", et en tant que gérant de portefeuilles, principalement dans des banques de gestion privée. Il écrit à présent avant tout sur les PME-ETI cotées. Secteurs de prédilection : valeurs technologiques/industrielles, sociétés immobilières.
Titulaire d'un DESCAF de l'ESC Rouen et d'un Mastère Finance de l'ESCP, Jérôme Lieury enseigne par ailleurs la finance d'entreprise et l'analyse financière en école d'ingénieurs et en école de commerce.

  • Le Cercle des analystes indépendants14.11.201915:46
    Voyageurs du Monde est le spécialiste français du voyage sur mesure. (crédit : Quang Nguyen Vinh / Pexels)

    Avec les rendements plus que faibles dégagés par les obligations ces derniers temps, et avec notamment les rendements de certains titres devenus négatifs, tels les emprunts d'Etat à 10 ans allemand (les "bunds") et français (les "OAT"), et tous les commentaires que cette situation, qui peut paraître périlleuse à bien des égards, a inspiré, on voit revenir, pour ne pas dire ré-émerger, un intérêt mesuré pour les actions dans le discours ambiant. Et, pourtant, les actions sont à tout prendre de très mauvais véhicules d'investissements, avec leur volatilité incontrôlable, une faible visibilité sur le revenu qu'elles peuvent générer avec les dividendes qu'elles paient quand elles le veulent bien, et leur épouvantable sensibilité aux perspectives économiques

  • Le Cercle des analystes indépendants10.10.201911:15
    AST Groupe exerce trois métiers dans l'immobilier neuf : constructeur de maisons individuelles, promoteur/lotisseur et industriel fabricant de maisons à ossature bois (crédit : image4you / Pixabay)

    Pour la plupart des théoriciens de la finance, et il y en a un certain nombre, pour le monde académique qui les héberge gentiment, et pour les régulateurs qui se reposent souvent sur eux (puisqu'il faut bien s'appuyer sur quelque chose), le risque d'une action, c'est sa volatilité. Cette fameuse volatilité étant le lissage statistique des variations du cours de Bourse sur une période donnée, autrement dit l'écart-type, qui est la racine carrée de la moyenne de ces variations

  • Le Cercle des analystes indépendants12.09.201914:10
    Basé près de Mulhouse, Poulaillon a l'essentiel de son activité dans la boulangerie/snacking/sandwicherie, soit près de 60% de ses ventes dans un réseau de 48 boulangeries et ateliers de cuisson. (crédit : Poulaillon)

    La comptabilité est un art difficile, et les comptes d'une entreprise, les comptes consolidés d'un groupe a fortiori, ne sont jamais simples. C'est comme ça, et comme de plus le monde change tout le temps, les autorités ad hoc s'emploient en permanence, en Europe, aux Etats-Unis et ailleurs, à affiner les règles comptables pour que les entreprises, et surtout celles qui font appel public à l'épargne, donnent année après année la représentation la plus fidèle possible de leurs résultats, et de leurs actifs et de leurs passifs

  • Le Cercle des analystes indépendants11.07.201910:39
    Il faut bien se l'avouer : investir en Bourse a toujours quelque chose d'aléatoire, puisqu'on ne peut jamais maîtriser tous les paramètres.

    Il faut bien se l'avouer : investir en Bourse a toujours quelque chose d'aléatoire, puisqu'on ne peut jamais maîtriser tous les paramètres. Ce qui vaut dans les deux sens, d'ailleurs : si le risque auquel on s'expose est avant tout de voir le cours de ce que l'on possède baisser, il y a aussi le risque de rater une affaire, et de voir monter ce que l'on aurait pu, et dû, posséder

  • Le Cercle des analystes indépendants13.06.201913:50
    Crédit :Groupe Exacompta Clairefontaine

    Aussi curieux que cela puisse paraître, on constate à l'usage que l'industrie en général souffre plutôt d'un net déficit d'image dans les grands médias, puisqu'elle attire surtout l'attention quand elle pollue et quand elle perd des emplois. De même, la production industrielle en elle-même semble considérée comme un mal nécessaire, et quelque chose de fondamentalement peu glamour, et ses métiers sont assez peu valorisés dans l'inconscient collectif : pourquoi œuvrer dans un environnement supposé bruyant et salissant, alors qu'il y a toutes sortes d'activités plus agréables, voire plus rémunératrices aussi, ailleurs dans le tertiaire, le commerce, les services, le culturel, la mode, la communication, etc

  • Le Cercle des analystes indépendants16.05.201910:25
    CS se présente comme "concepteur, intégrateur & opérateur de systèmes critiques". (crédit : Geralt / Pixabay)

    C'est bien connu, la règle n°1 est en principe de ne jamais investir dans quelque chose qu'on ne comprend pas. Mais dire qu'on ne comprend pas ne nous grandit pas, c'est sûr

  • Le Cercle des analystes indépendants19.04.201911:20
    1
    Egide conçoit et fabrique des boîtiers hermétiques, lesquels protègent des composants électroniques de systèmes opérant en milieu extrême. (crédit : Egide)

    On peut trouver sur les marchés boursiers des sociétés presque parfaites : celles qui combinent bonne croissance, bonne rentabilité et bon bilan, autrement dit des sociétés "stars" qui grandissent régulièrement en générant du cash, offrent donc une bonne visibilité et, partant, présentent peu de risque a priori. Mais voilà : tout a un prix, et ces sociétés sont souvent largement, voire très largement valorisées

  • Le Cercle des analystes indépendants15.03.201909:25
    1
    Avec 3.650 salariés, Actia conçoit et fabrique des systèmes électroniques variés. (crédit : Actia)

    Investir en Bourse n'est pas une mince affaire : il faut du temps. Et quelque fois d'autant plus de temps que l'investissement, une fois réalisé, ne fonctionne pas exactement comme on l'aurait voulu (ou souhaité, ou espéré), c'est-à-dire quand le cours se met à baisser, et baisse tellement même qu'il passe en dessous du prix de revient

  • Le Cercle des analystes indépendants25.02.201911:00
    GEA conçoit, fabrique, installe et maintient les systèmes de péages en services sur presque toutes les autoroutes en France, avec la clientèle de 13 sociétés d'autoroutes sur 14, et, de plus en plus à l'international. (crédit : Adobe Stock)

    Sur les marchés financiers, comme ailleurs et peut-être même plus qu'ailleurs, il y a des modes. Des modes créées par des idées apparemment brillantes au départ, mais qui ne sont finalement pas toujours des bonnes idées (on s'en aperçoit après)

  • Le Cercle des analystes indépendants18.01.201918:50
    Tour Eiffel avait fin juin 2018 près de 500.000 m² en exploitation, soit 140 immeubles générant 70 millions d'euros de loyers environ, principalement des bureaux, à plus de 80% dans les Hauts-de-Seine et les Yvelines. (crédit : Adobe Stock)

    Jérôme Lieury, membre du Cercle des analystes indépendants détaille les qualités de la petite foncière qui a un positionnement intéressant sur le Grand Paris, et vient de racheter un concurrent : Affine. Ceci alors que le secteur semble redevenu abordable

  • Le Cercle des analystes indépendants13.12.201808:00
    2
    Dietswell, une PME qui compte tirer son épingle du jeu dans un secteur dominé par les majors pétrolières

    Le pétrole a encore fait des siennes : alors que tout le monde le voyait continuer sur sa lancée, le prix du baril étant passé de 60$ en début d'année à 80$ fin septembre, et que les meilleurs experts expliquaient avec une belle unanimité que les 100$ seraient bientôt atteints, le pétrole s'est bien effondré depuis début octobre, soit -30% en deux mois, dont -20% sur le seul mois de novembre, ce qui est presque du jamais vu. Bien sûr, les explications ne manquent pas après coup pour ce phénomène intéressant, dont on peut dire au moins deux choses : i) si cela perdure, si le pétrole reste dans un couloir de 50$-60$/baril, c'est plutôt une bonne nouvelle pour l'Europe qui n'a pas tant de pétrole que ça, et pour le consommateur européen en particulier, mais, inversement, ii) ce recul brutal de la demande pourrait aussi être le signe qu'une récession est en marche

  • Le Cercle des analystes indépendants15.11.201819:30
    3
    Neoen : très forte croissance dans les énergies alternatives, belle levée d'argent frais sur un marché morose

    Pour dire les choses simplement (et on ne le fait jamais assez), on a souvent l'impression que les introductions en Bourse réussissent pour deux raisons avant tout : le charme de la nouveauté, et la peur de manquer. De fait, une société qui apporte une innovation disruptive en principe a plus de chance de susciter l'intérêt des investisseurs qu'une société qui a déjà des comparables cotés

  • Le Cercle des analystes indépendants11.10.201809:00
    Le marché adore brûler ce qu'il a adoré. C'est le cas des équipementiers automobiles qui affichent des performances boursières négatives.

    Comme le temps passe, et comme le monde change vite ! Il y a un an à peine, le marché aimait manifestement bien les équipementiers automobiles, tels Valeo, Plastic Omnium, Faurecia, PVL, et MGI Coutier, qui s'est rebaptisé Akwel depuis, mais tous affichent à présent des performances boursières très négatives depuis le début de l'année, soit -50% pour les moins bien lotis, et -25% dans le meilleur des cas.  Il y a un an encore, ces industriels bénéficiaient aux yeux des investisseurs à la fois de la belle reprise du secteur automobile en Europe, commencée en 2014 mais toujours aussi soutenue trois ans après, d'une stabilisation à un bon niveau du marché américain, et de la croissance forte dans nombre de pays émergents, la Chine en premier

  • Le Cercle des analystes indépendants12.07.201816:23
    Innelec est un grossiste-distributeur-merchandiseur de jeux vidéo, de consoles de jeux et d'accessoires. (crédit : jeshoots.com)

    On aimerait bien n'investir que dans des sociétés dont l'activité et les résultats progressent régulièrement tous les ans, des sociétés "stars" dont les cours progressent tous les ans aussi, et s'enrichir, enfin!, en dormant : c'est d'ailleurs pour cette raison que la Bourse à tendance à vendre du rêve aux investisseurs. Et, de fait, ce n'est pas qu'un rêve : on trouve dans la cote des sociétés très profitables, en croissance, et offrant une belle visibilité

  • Le Cercle des analystes indépendants14.06.201808:00
    Investir dans une action, c'est acheter une histoire : la dynamique d'une société et son potentiel de croissance à moyen-terme avant tout

    Investir dans une action, c'est acheter une histoire : la dynamique d'une société et son potentiel de croissance à moyen-terme avant tout. Et pour comprendre cette histoire, on regarde les résultats récents de la société en question, et aussi et surtout leur progression attendue dans un futur proche : pour cette année 2018 en cours, et pour l'année prochaine

  • Le Cercle des analystes indépendants12.04.201808:00
    Face à l'arrivée de nouvelles technologies "disruptives", les constructeurs automobiles se sont mis au travail pour proposer des solutions, telles que la voiture "zéro émission" (Crédit Pixabay)

    On ne sait pas de quoi l'avenir est fait, c'est bien connu : qui aurait prévu il y a cinq ans que la motorisation diésel de nos voitures allait perdre une bonne partie de sa grande popularité, tout ça parce qu'un certain constructeur automobile européen, que nous ne nommerons pas par charité, avait un peu triché a priori sur les tests de pollution de ses véhicules ? Personne, en fait, et surtout pas ce constructeur ni les autres, qui ont tous, depuis cet évènement regrettable, largement revu leurs offres avec plus de motorisation essence, et leurs plans de production en conséquence. Mais le Dieselgate, pour l'appeler par son nom, s'il a fait beaucoup de bruits et causé pas mal de remous, sans parler d'une colossale amende américaine pour le constructeur européen incriminé, aura eu au moins un grand mérite : remettre sur la table la question de la circulation en centre-ville, et surtout de ses embouteillages qui se traduisent par beaucoup trop d'émissions de gaz, de vapeurs, et de poussières de toutes sortes qui sortent des moteurs dits "thermiques", qui finissent par faire oublier que la voiture est, avec le cheval et l'avion, une des plus belles conquêtes de l'homme

  • Le Cercle des analystes indépendants15.03.201810:50
    A l'origine lotisseur-aménageur, Capelli est une société familiale basée près de Lyon. Le hiffre d'affaires est attendu à de plus de 160 millions d'euros pour l'exercice en cours. (crédit : Capelli)

    Le marché du logement neuf va bien en France depuis quelques temps déjà et la tendance était toujours haussière sur l'année 2017, avec un nombre de logements commercialisés en hausse de 2,7% selon les statistiques officielles, et des prix en augmentation moyenne de 3 à 4% selon les promoteurs. La demande est là, sans aucun doute : il faut loger en France 250

  • Le Cercle des analystes indépendants15.02.201815:38
    1
    Lacroix est une ETI familiale basée à Nantes, qui a réalisé un chiffre d'affaires de 441 millions d'euros avec 4.000 salariés sur son dernier exercice clos fin septembre 2017. (crédit : Adobe)

    Il y a plusieurs sortes de groupes cotés : ceux qui exercent plus ou moins un seul métier avec leurs filiales, tels Legrand ou Schneider dans le matériel électrique, Renault dans l'automobile, Arkema dans la chimie, Alstom dans le ferroviaire, Michelin dans les pneumatiques etc., ceux qui ont au moins deux métiers annexes, ou connexes, tels Veolia ou Suez, qui opèrent à la fois dans l'eau du robinet et les déchets, ou Danone qui vend à la fois des yaourts et de l'eau minérale etc

  • Le Cercle des analystes indépendants18.01.201809:10
    3
    Figeac Aero fabrique des pièces pour l'aéronautique : pièces élémentaires que la société assemble aussi en sous-ensembles qui vont dans les structures de l'avion ou dans des mécanismes, ainsi que des pièces de précision et des pièces très résistantes pour les moteurs. (crédit : Figeac Aero)

    Outre le fait qu'elles ont le charme de la nouveauté, les introductions en Bourse (ou "IPO" pour les franglophones), méritent toujours qu'on s'y intéresse, tout simplement parce que c'est rarement deux fois la même chose : les sociétés candidates à la cotation pratiquent des métiers variés (et il n'y a pas de sot métier, c'est bien connu), et, une fois lu tous les articles et interviews sur le sujet, après avoir disséqué - et plus ou moins digéré - le toujours très volumineux Document de base réglementaire, on s'aperçoit que chaque opération a ses spécificités, et est un cas de figure à part en quelque sorte. Le diable étant dans les détails, c'est bien connu aussi

  • Le Cercle des analystes indépendants14.12.201710:40
    Un exemple d'installation réalisée par Media 6 pour la marque Nyx. (crédits : Media 6)

    Quand il s'agit d'investir, on oppose souvent les secteurs boursiers dits "cycliques" aux secteurs dits "défensifs". Les secteurs cycliques sont ceux dont l'activité fluctue en fonction du cycle économique global, qui a de hauts et des bas, ou de leur propres cycles, ou des deux à la fois, et qui ont donc le plus souvent aussi des hauts et des bas très marqués en termes de résultats

Les Risques en Bourse

Fermer