1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Devenez membre - Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Tous les articles de Jérôme Lieury

Jérôme Lieury
Jérôme Lieury

Jérôme Lieury

Olier Etudes & Recherches

Analyste financier, membre du Cercle des analystes

https://www.olier-etudes-recherche.fr/

Jérôme Lieury est analyste financier, membre de la Société française des analystes financiers et diplômé du Centre de Formation SFAF. Il est également membre du Cercle des analystes indépendants. 
Entré dans la finance en 1987 comme négociateur sur le marché obligataire, il a acquis depuis une expérience de plus d'une vingtaine d'années en tant qu'analyste Actions "sell side" et "buy side", et en tant que gérant de portefeuilles, principalement dans des banques de gestion privée. Il écrit à présent avant tout sur les PME-ETI cotées. Secteurs de prédilection : valeurs technologiques/industrielles, sociétés immobilières.
Titulaire d'un DESCAF de l'ESC Rouen et d'un Mastère Finance de l'ESCP, Jérôme Lieury enseigne par ailleurs la finance d'entreprise et l'analyse financière en école d'ingénieurs et en école de commerce.

  • Le Cercle des analystes indépendants12.06.202009:40
    2
    "L'automobile est très cyclique, c'est-à-dire avec des hauts et des bas en terme d'activité et de rentabilité, les bas étant quelque fois très bas, ce qui se retrouve dans les cours des titres un jour ou l'autre. (Crédits photo : Adobe Stock)(Crédits photo : Akwel)

    Entre les constructeurs cotés : Peugeot SA, Renault, Volkswagen, BMW, Daimler, FCA, et leurs fournisseurs équipementiers cotés aussi : Valeo, Faurecia, Plastic Omnium pour ne citer que les plus grands, le secteur automobile est très bien représenté en Bourse, ce qui est tout à fait logique, puisqu'il pèse plutôt lourd dans l'économie européenne. Et c'est de plus un secteur facile à suivre pour l'investisseur : a) on peut observer directement le marché, puisque les produits s'étalent dans les rues (quand ils ne les encombrent pas) et, b) l'automobile étant un sujet qui intéresse tout le monde ou presque, les faits et gestes financiers et autres des constructeurs et des équipementiers sont le plus souvent largement commentés dans les médias.

  • Le Cercle des analystes indépendants15.05.202009:00
    HF Company est un mini-groupe d''électronique Grand Public qui conçoitnotamment des décodeurs et des récepteurs TV, des enceintes connectées et Bluetooth, des lecteurs CD/MP3/radios numérique... (source : Glen Carstens-Peters / Unsplash)

    Avec la crise, les comptes d'exploitation trimestriels des entreprises ne ressemblent plus à rien, mais ce n'est pas grave, dans le fond.

  • Le Cercle des analystes indépendants16.04.202009:50
    (Crédits photo : Adobe Stock)

    Les prévisions ne sont que des prévisions Tenons-nous le pour dit : une prévision est toujours fausse. Mais tout ce qui compte, c'est qu'elle ressemble à quelque chose, et qu'elle dessine un avenir possible, voire probable. Ce qui est relativement facile à faire pour les résultats à venir d'une société cotée, une fois que l'on a pris la peine de retraiter/simplifier les comptes d'exploitations des derniers exercices, et donc construit en quelques sortes un modèle que l'on peut extrapoler un tant soit peu. Surtout après que la direction de ladite société ait communiqué au marché en général et aux analystes en particulier des objectifs pour l'année en cours pour le chiffre d'affaire, les marges, etc..., bref, donné une "guidance", laquelle sera éventuellement revue ensuite à la faveur d'évènements divers et variés.

  • Le Cercle des analystes indépendants12.03.202018:30
    4
    L'ensemble immobilier Wooden Park géré par Foncière Inea. (crédit photo : Foncière Inéa)

    La Bourse nous hypnotise assez facilement, et il ne faut donc jamais l'oublier que la sphère financière n'est pas la sphère réelle, et que les marchés boursiers ne sont au mieux qu'un reflet du monde réel, toute la question étant de savoir à quel point ce miroir est déformant ou pas. Une question qui prend tout son sens avec le comportement très erratique de ces derniers jours, et bien plus que d'habitude, puisque l'on assiste en ce moment à un début de krach : pour ne citer que lui, le Cac 40 a baissé de 22% en deux semaines de marché, ce qui est beaucoup, voire très beaucoup, puis que l'on est revenu en quelques jours au point bas, pour ne pas dire le fonds du trou, de fin 2018. 

  • Le Cercle des analystes indépendants14.02.202009:50
    Media 6 fournit les présentoirs et les agencements pour les marques dans les magasins de la grande distribution. (Crédits photo : Flickr - L. Grassin)

    Tout change tout le temps (c'est ça le vrai problème), et on ne sait pas de quoi l'avenir est fait, ce qui n'arrange rien. C'est un fait, et c'est un peu pour ça que l'on a inventé les marchés financiers : une place où peuvent se confronter les anticipations des uns et des autres quant à la valeur des choses, et notamment des titres de sociétés. Et puisque l'on n'est finalement jamais sûr de rien, les dits marchés sont avant tout des endroits où on échange des incertitudes. Ce qui n'est pas rassurant, que l'on soit selon le moment haussier ou baissier, "bull" ou "bear", optimiste ou pessimiste. Et c'est pour mitiger ce risque, le "diversifier", que l'on construit des portefeuilles d'actions, et, incidemment, que la gestion est un métier (surtout quand elle est dite "active" : quand le gérant prend la peine de sélectionner les titres).

  • Le Cercle des analystes indépendants16.01.202009:20
    6
    Plastivaloire fabrique des pièces en plastique pour le compte de grandes marques, de préférence des pièces apparentes dans les produits, et donc peintes, voire chromées. (photo d'illustration / crédit : Adobe Stock)

    On ne le dira jamais assez : quand il s'agit de prendre une décision d'investissement (et aussi de désinvestissement, ce qui est le plus difficile en fait) sur le marché des Actions, tout est bon dans le cochon de l'analyse financière, que l'on utilise les chiffres en euros (ou en dollar, etc...) extraits des comptes, bruts ou retraités et extrapolés, ou que l'on se livre à de savants calculs de ratios et de progressions en tous genres, voire que l'on fasse les deux à la fois. 

  • Le Cercle des analystes indépendants12.12.201918:30
    1
    Fondée en 2011 par deux de ses principaux actionnaires actuels, dont l'un deux est l'inventeur du système, Boostheat a développé un produit "disruptif" en principe pour le marché du chauffage : un système qui combine une chaudière à gaz à condensation avec une pompe à chaleur animée par un compresseur thermique, ce dernier étant l'invention de la société. (crédit photo : Boostheat)

    Les sociétés peuvent s'introduire en Bourse pour toutes sortes de raisons, depuis les plus respectables, comme par exemple donner la liquidité aux actionnaires, et donc la possibilité de réaliser quand ils le veulent tout ou partie de leur investissement, ou encore lever des fonds pour se développer, jusqu'au moins avouables, comme trouver de l'argent frais pour se désendetter, voire se recapitaliser dans l'urgence. 

  • Le Cercle des analystes indépendants14.11.201915:46
    Voyageurs du Monde est le spécialiste français du voyage sur mesure. (crédit : Quang Nguyen Vinh / Pexels)

    Avec les rendements plus que faibles dégagés par les obligations ces derniers temps, et avec notamment les rendements de certains titres devenus négatifs, tels les emprunts d'Etat à 10 ans allemand (les "bunds") et français (les "OAT"), et tous les commentaires que cette situation, qui peut paraître périlleuse à bien des égards, a inspiré, on voit revenir, pour ne pas dire ré-émerger, un intérêt mesuré pour les actions dans le discours ambiant.

  • Le Cercle des analystes indépendants10.10.201911:15
    AST Groupe exerce trois métiers dans l'immobilier neuf : constructeur de maisons individuelles, promoteur/lotisseur et industriel fabricant de maisons à ossature bois (crédit : image4you / Pixabay)

    Pour la plupart des théoriciens de la finance, et il y en a un certain nombre, pour le monde académique qui les héberge gentiment, et pour les régulateurs qui se reposent souvent sur eux (puisqu'il faut bien s'appuyer sur quelque chose), le risque d'une action, c'est sa volatilité. Cette fameuse volatilité étant le lissage statistique des variations du cours de Bourse sur une période donnée, autrement dit l'écart-type, qui est la racine carrée de la moyenne de ces variations. Quelque chose de simple, donc, qui permet ensuite de calculer un bêta pour chaque action, ce bêta étant une mesure intéressante qui indique en principe qu'une action bouge en moyenne plus que son marché si ce bêta est supérieur à 1. Et qu'elle est donc plus ou moins risquée par rapport à son indice de référence.

  • Le Cercle des analystes indépendants12.09.201914:10
    Basé près de Mulhouse, Poulaillon a l'essentiel de son activité dans la boulangerie/snacking/sandwicherie, soit près de 60% de ses ventes dans un réseau de 48 boulangeries et ateliers de cuisson. (crédit : Poulaillon)

    La comptabilité est un art difficile, et les comptes d'une entreprise, les comptes consolidés d'un groupe a fortiori, ne sont jamais simples. C'est comme ça, et comme de plus le monde change tout le temps, les autorités ad hoc s'emploient en permanence, en Europe, aux Etats-Unis et ailleurs, à affiner les règles comptables pour que les entreprises, et surtout celles qui font appel public à l'épargne, donnent année après année la représentation la plus fidèle possible de leurs résultats, et de leurs actifs et de leurs passifs. 

  • Le Cercle des analystes indépendants11.07.201910:39
    Il faut bien se l'avouer : investir en Bourse a toujours quelque chose d'aléatoire, puisqu'on ne peut jamais maîtriser tous les paramètres.

    Il faut bien se l'avouer : investir en Bourse a toujours quelque chose d'aléatoire, puisqu'on ne peut jamais maîtriser tous les paramètres. Ce qui vaut dans les deux sens, d'ailleurs : si le risque auquel on s'expose est avant tout de voir le cours de ce que l'on possède baisser, il y a aussi le risque de rater une affaire, et de voir monter ce que l'on aurait pu, et dû, posséder. Ce qui est aussi désagréable, sinon plus. C'est d'ailleurs ce qui semble arriver ces derniers temps à nombre d'investisseurs : échaudés par l'épouvantable dernier trimestre boursier 2018, et donc repliés sur des positions très sûres en principe, voire très "cash", en début d'année, ils ont regardé le marché monter depuis (sauf au mois de mai), les grands indices Actions réalisant des performances exceptionnelles sur le 1er semestre 2019.

  • Le Cercle des analystes indépendants13.06.201913:50
    Crédit :Groupe Exacompta Clairefontaine

    Aussi curieux que cela puisse paraître, on constate à l'usage que l'industrie en général souffre plutôt d'un net déficit d'image dans les grands médias, puisqu'elle attire surtout l'attention quand elle pollue et quand elle perd des emplois.

  • Le Cercle des analystes indépendants16.05.201910:25
    CS se présente comme "concepteur, intégrateur & opérateur de systèmes critiques". (crédit : Geralt / Pixabay)

    C'est bien connu, la règle n°1 est en principe de ne jamais investir dans quelque chose qu'on ne comprend pas. Mais dire qu'on ne comprend pas ne nous grandit pas, c'est sûr. Même si c'est pourtant bien utile de temps à autre, notamment quand on nous assène en tant qu'investisseur potentiel l'éternel argumentaire boursier de base et ses deux inévitables messages subliminaux : a) faites comme les autres ! achetez pour suivre le marché et, b) dépêchez-vous ! il n'y en aura pas pour tout le monde. Argumentaire que l'on peut esquiver en assurant que l'on comprend très bien (bien sûr !) mais qu'on ne connaît pas assez bien le sujet en question, voire le secteur dans lequel la société opère, pour s'y engager.Bref : que l'on mesure assez bien sa propre incompétence (ce qui ne vexera personne) et que l'on va prendre plus de temps pour bien regarder.

  • Le Cercle des analystes indépendants19.04.201911:20
    1
    Egide conçoit et fabrique des boîtiers hermétiques, lesquels protègent des composants électroniques de systèmes opérant en milieu extrême. (crédit : Egide)

    On peut trouver sur les marchés boursiers des sociétés presque parfaites : celles qui combinent bonne croissance, bonne rentabilité et bon bilan, autrement dit des sociétés "stars" qui grandissent régulièrement en générant du cash, offrent donc une bonne visibilité et, partant, présentent peu de risque a priori. Mais voilà : tout a un prix, et ces sociétés sont souvent largement, voire très largement valorisées.

  • Le Cercle des analystes indépendants15.03.201909:25
    1
    Avec 3.650 salariés, Actia conçoit et fabrique des systèmes électroniques variés. (crédit : Actia)

    Investir en Bourse n'est pas une mince affaire : il faut du temps. Et quelque fois d'autant plus de temps que l'investissement, une fois réalisé, ne fonctionne pas exactement comme on l'aurait voulu (ou souhaité, ou espéré), c'est-à-dire quand le cours se met à baisser, et baisse tellement même qu'il passe en dessous du prix de revient. En d'autres termes, quand on se retrouve en moins-value, pour une durée indéterminée bien entendu. 

  • Le Cercle des analystes indépendants25.02.201911:00
    GEA conçoit, fabrique, installe et maintient les systèmes de péages en services sur presque toutes les autoroutes en France, avec la clientèle de 13 sociétés d'autoroutes sur 14, et, de plus en plus à l'international. (crédit : Adobe Stock)

    Sur les marchés financiers, comme ailleurs et peut-être même plus qu'ailleurs, il y a des modes. Des modes créées par des idées apparemment brillantes au départ, mais qui ne sont finalement pas toujours des bonnes idées (on s'en aperçoit après). Ces bonnes idées a priori sont des concepts nouveaux, et donc intéressants, qui s'appuient le plus souvent sur un substrat théorique et bien mathématique de préférence. Elles ont aussi des noms en acronymes comme il se doit, de préférence en langue anglaise, qui leurs donnent un petit côté mystérieux, et donc encore plus scientifique a priori. Comme EVA, par exemple, pour Economic Value Added, que l'on peut éventuellement traduire par "Valeur Ajoutée Economique", ou encore ROCE, pour Return On Capital Employed, que l'on peut éventuellement traduire aussi par "Retour sur Capitaux Employés". 

  • Le Cercle des analystes indépendants18.01.201918:50
    Tour Eiffel avait fin juin 2018 près de 500.000 m² en exploitation, soit 140 immeubles générant 70 millions d'euros de loyers environ, principalement des bureaux, à plus de 80% dans les Hauts-de-Seine et les Yvelines. (crédit : Adobe Stock)

    Jérôme Lieury, membre du Cercle des analystes indépendants détaille les qualités de la petite foncière qui a un positionnement intéressant sur le Grand Paris, et vient de racheter un concurrent : Affine. Ceci alors que le secteur semble redevenu abordable.

  • Le Cercle des analystes indépendants13.12.201808:00
    2
    Dietswell, une PME qui compte tirer son épingle du jeu dans un secteur dominé par les majors pétrolières

    Le pétrole a encore fait des siennes : alors que tout le monde le voyait continuer sur sa lancée, le prix du baril étant passé de 60$ en début d'année à 80$ fin septembre, et que les meilleurs experts expliquaient avec une belle unanimité que les 100$ seraient bientôt atteints, le pétrole s'est bien effondré depuis début octobre, soit -30% en deux mois, dont -20% sur le seul mois de novembre, ce qui est presque du jamais vu.

  • Le Cercle des analystes indépendants15.11.201819:30
    3
    Neoen : très forte croissance dans les énergies alternatives, belle levée d'argent frais sur un marché morose

    Pour dire les choses simplement (et on ne le fait jamais assez), on a souvent l'impression que les introductions en Bourse réussissent pour deux raisons avant tout : le charme de la nouveauté, et la peur de manquer. De fait, une société qui apporte une innovation disruptive en principe a plus de chance de susciter l'intérêt des investisseurs qu'une société qui a déjà des comparables cotés. Par ailleurs, en n'étant souvent qu'à ses débuts, la société que l'on introduit aura le plus souvent après introduction une capitalisation boursière encore limitée en taille (en attendant de réaliser pleinement son potentiel, et les nombreux candidats investisseurs risquent de ne pas se voir attribuer beaucoup de titres au terme de la procédure de "book building" de la pré-introduction. Ce qui fait que le principal argument de vente des intermédiaires en charge de l'introduction est souvent le message subliminal suivant : "dépêchez-vous, il n'y en aura pas pour tout le monde !".

  • Le Cercle des analystes indépendants11.10.201809:00
    Le marché adore brûler ce qu'il a adoré. C'est le cas des équipementiers automobiles qui affichent des performances boursières négatives.

    Comme le temps passe, et comme le monde change vite ! Il y a un an à peine, le marché aimait manifestement bien les équipementiers automobiles, tels Valeo, Plastic Omnium, Faurecia, PVL, et MGI Coutier, qui s'est rebaptisé Akwel depuis, mais tous affichent à présent des performances boursières très négatives depuis le début de l'année, soit -50% pour les moins bien lotis, et -25% dans le meilleur des cas. 

Les Risques en Bourse

Fermer