1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le debrief Bourse du 7 mars : le pessimisme de la BCE plombe l'ambiance

Boursorama07/03/2019 à 18:10

La BCE a littéralement collé le bourdon aux investisseurs aujourd'hui. Sans surprise, l'institution monétaire n'a pas modifié ses taux directeurs mais on sait désormais qu'elle ne devrait pas les relever avant «au moins fin 2019», c'était «au moins jusqu'à l'été 2019» auparavant.

Par ailleurs, actant du ralentissement européen en abaissant ses prévisions de croissance et d'inflation plus qu'attendu, elle a également annoncé de nouveaux prêts géants aux banques afin stimuler l'économie. Une vision pessimiste des perspectives en zone euro qui a eu raison du CAC 40 : -0,39% vers les 5268 points

Une fois n'est pas coutume, c'est ce vent froid venu d'Europe qui a enrhumé le marché américain, avec un dow Jones nettement dans le rouge à 17h40 -0,94% pour un Nasdaq tout aussi rouge -0,76

Sur le marché français Après avoir plutôt bien résisté aux résultats décevants de son concurrent italien Prysmian hier, le cablier Nexans se replie sèchement aujourd'hui
Séance difficile également pour deux secteurs :
Les banques logiquement pénalisées par les annonces de la BCE avec Société Générale, BNP Paribas ou encore Natixis
Et puis le secteur automobile était aussi coincé au feu rouge avec les replis de Faurecia, Peugeot, Valeo ou encore Renault.

La séance n'a pas été sans tache non plus pour Elis (-3,97%). Les résultats 2018 du groupe sont pourtant plutôt bon avec notamment un excédent brut d'exploitation (EBE) à 985 millions pour une marge brute d'exploitation à 31,5%. Mais ce sont surtout les objectifs 2019 qui ont déçu : une croissance organique "d'environ 3%", après 2,6% en 2018 et une marge brute d'exploitation entre 31,2 et 31,6%...

Enfin, Accorhotels était sous pression (-1,96%) alors que Barclays a dégradé le groupe de surpondérer à pondération en ligne avec un objectif ramené de 45 à 38 euros.

Du côté des hausses, Après des résultats 2018 mal accueillis mardi,  Eurofins poursuit son rebond, Société Générale reste d'ailleurs à l'achat sur le titre même si le bureau d'analyse de la banque a ajusté son objectif de cours de 570 à 500 euros.

Technicolor, DBV et Ubisoft sont aussi bien orientés

JCDecaux a été en haut de l'affiche aujourd'hui mais termine finalement à +1,2%. Le bénéfice net a grimpé de 13,5% en 2018, à 220 millions d'euros et la marge opérationnelle ajustée a gagné 0,6 point de pourcentage, à 18,1%. Surtout le groupe affiche sa confiance pour 2019 avec une croissance organique des ventes attendue au-dessus de 5% au premier trimestre

LG (redaction@boursorama.fr)


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer