1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Réforme des retraites : un débat long qui suscite déjà de nombreuses réactions

Boursorama05/09/2019 à 15:30

Lors de la REF 2019 organisée par le Medef les 28 et 29 juin, les politiques et les personnalités du monde de l'entreprise ont donné leur vision des évolutions nécessaires du système de retraite. Sensible, le dossier devrait faire l'objet de négociations poussées dans les mois qui viennent.

L'acte 2 de la réforme des retraites est lancé avec l'annonce par l'exécutif d'une nouvelle consultation citoyenne visant à discuter avec les partenaires sociaux des propositions du rapport du haut- commissaire chargé de la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, qui fait également son entrée au gouvernement depuis mardi 3 septembre pour défendre ce dossier devant le Parlement. Le sujet de la réforme des retraites a fait l'objet de nombreux débats durant la Rencontre des Entrepreneurs de France organisé par le MEDEF les 28 et 29 Août. Boursorama y était et vous trouverez dans la vidéo un florilège des réflexions des invités d'Ecorama sur ce sujet complexe.

Geoffroy Roux de Bézieux, Président du MEDEF, a indiqué que ne pas relever l'âge de départ à la retraite serait un mensonge par omission. « Dans un système par répartition où 100% des actifs payent pour 100 % des retraites il faut travailler plus longtemps », avec toutefois « une mesure d'âge collective qui permette de partir plus tôt mais avec une décote ». « Si la réforme des retraites est faite sans mesure d'âge, la réalité c'est qu'il faudra y revenir », prévient Geoffroy Roux de Bézieux.

Patrick Pouyanné, le PDG de Total a mis en avant la nécessité d'introduire une dose de capitalisation dans le système des retraites car l'un des éléments de la réforme Delevoye a pour objectif de baisser le niveau de revenus à partir duquel les cadres ne pourront plus cotiser dans le système. Actuellement fixé à 324.000 euros, il devrait baisser à 120.000 euros. Une mesure qui devrait impacter près de 350.000 personnes et qui rendra nécessaire la recherche de complément de revenus et l'introduction de la capitalisation. « Au-dessus de 120.000 euros le système ne cotisera plus, ce qui va ouvrir un champ de négociation et pousser les gens à épargner au cours de leur vie », prévient Patrick Pouyanné. Dans ce contexte la mise en place de fonds de pension, à la française, va devenir nécessaire. « On ne peut plus faire un système de retraite dont la seule charge repose sur les gens en activité, c'est un problème démographique et on ne peut rien faire contre ». Les fonds de pensions permettent une accumulation de capital qui permet de réinvestir dans les entreprises. A cet égard, la mise en place de la loi Pacte et la réforme de l'épargne retraite constitue un : « premier petit pas de remise à plat du Perp mais ça reste insuffisant », précise Patrick Pouyanné.

Eric Woerth, président de la commission des finances de l'Assemblée nationale, a mis en avant la nécessité « d'unifier les différents régimes spéciaux et indiquer aux Français à quel âge ils peuvent partir à la retraite. La mise en place d'un âge pivot à 64 ans n'était pas la plus efficace. La meilleure des formules aurait été de reculer l'âge de la retraite ». Garder la durée de cotisation comme paramètre n'est donc pas pertinent pour conduire une réforme puisqu'elle est déjà en vigueur dans le système actuel. Dans ce contexte, la mise en place d'un calcul par points va compliquer la lecture du système. Eric Woerth a rappelé également que le financement des retraites selon les scénarios établis par le Conseil d'Orientation des Retraites (COR)reste incertain « Le COR change d'avis tous les ans. On ne sait pas ce que sera le solde du régime vieillesse de la sécurité sociale en 2025. Les paramètres bougent beaucoup et les prévisions du COR changent tout le temps ». Une incertitude confortée par l'absence des critères qui seront finalement retenus par l'exécutif pour initier la réforme.


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer