1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le debrief Bourse du 19 juillet : séance façon montagnes russes pour le CAC 40

Boursorama19/07/2019 à 18:00

Séance disputée sur la place parisienne : +0,8% à l'ouverture, -0,3% à la mi-séance puis finalement +0,03% à la clôture vers les 5552 points et près de 3mdse échangés. Sur la semaine l'indice recule de 0,37%.

Outre-Atlantique, les résultats meilleurs qu'attendu de MSFT soutiennent la tendance. Le DJ progresse de 0,26% vers 17h40 et le Nasdaq de 0,25%

La séance parisienne a été animée par de nombreuses publications.

Côté hausse, Plastic Omnium a bien accéléré. Et pourtant, l'équipementier automobile a averti que son résultat opérationnel 2019 serait en légère baisse, alors qu'il visait auparavant une légère hausse. Mais les investisseurs ne lui ont pas tenu rigueur alors que le groupe a confirmé pour 2019 la surperformance de ses activités d'au moins 5 points par rapport au marché ainsi que la génération d'un cash-flow libre d'environ 200 millions d'euros. Preuve supplémentaire que cette publication rassure, Kepler Cheuvreux est passé de conserver à achat avec un objectif de cours maintenu à 26 euros. Faurecia et Valeo profitent de l'aspiration et grimpent respectivement de 6% et 4,2%.

Solide aussi la séance pour Gecina. Grâce à un résultat net récurrent par action en augmentation de 2,5% au 30 juin hors effet des cessions non stratégiques provenant du périmètre Eurosic. Pour 2019, cet indicateur est maintenant attendu en hausse de 3% par la foncière, toujours hors effet de cession, entre 5,80 et 5,85 euros, contre 5,70 à 5,75 euros précédemment.

Ça grimpe aussi pour Sartorius Stedim. Grâce à des objectifs 2019 relevés : +12 à 16% de croissance de l'activité à taux de change constant, contre 7 à 11% précédemment.

Même causes, mêmes effets, autre résultat, autre relèvement d'objectif : LNA Santé. Le spécialiste de la dépendance a affiché une croissance organique de 5,2% au premier semestre. Résultat, le groupe vise désormais une croissance organique à +4,5% en 2019, contre 3,5% précédemment

Côté baisses, les investisseurs n'ont pas réclamé Publicis aujourd'hui : le revenu net a grimpé de 0,1% au 2e trimestre à 2,2 milliards d'euros, contre +0,7% attendu. Surtout, Publicis a abaissé ses prévisions annuelles, tablant sur un revenu net "globalement stable" à périmètre et changes constants alors qu'il anticipait jusque-là une croissance 2019 supérieure à 2018, soit +0,8%.

Ca se replie aussi pour Genfit, la foncière Mercialys et le promoteur Nexity. Enfin, sur le CAC 40, les bancaires Société Générale et BNP Paribas sont à la peine dans un climat toujours dominé par l'attente prochaine d'une baisse des taux outre-Atlantique (la BCE rendra pour sa part sa décision la semaine prochaine)

Bon week-end 

LG (redaction@boursorama.fr)


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer