Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Le Debrief Bourse du 19 janvier : une semaine au ralenti pour le CAC 40

information fournie par Boursorama19/01/2018 à 18:12

C’est une semaine qui se termine bien pour le marché français avec un CAC 40 qui grimpe de 0,58% à l'issue de la journée, vers les 5526 points. Sur la semaine, c’est moins brillant puisqu’on a fait gentiment fait du surplace à Paris à +0,17%.

Aux Etats-Unis, les investisseurs jouent la montre avant un vote du Senat aujourd’hui sur une extension de quatre semaines du budget américain afin d’éviter le fameux "shutdown". Résultat, le Dow Jones reculait de 0,18% à 17h30 sous les 26.000 points alors que le Nasdaq grimpait lui de 0,19% vers les 7310 points.

Sur le marché français, c’est Seb qui s’est hissé en tête du SBF 120 aujourd’hui, atteignant un nouveau plus-haut historique à 175,90 euros. Le groupe de petit électroménager publiera son chiffre d’affaires annuel mardi prochain.

Derrière, on retrouve Ipsos et Europcar qui continue à rouler à bonne allure. La feuille de route 2020 dévoilée mercredi par le loueur de véhicules n’en finit plus de séduire les investisseurs.

Et puis sur le SRD, est-ce du cynisme boursier ? Folle semaine pour Europacorp. Le groupe a annoncé le licenciement d’un quart de ses effectifs au début de la semaine... puis a ensuite enchainé les séances de hausse. Il gagne encore 18,06% aujourd’hui et plus de +51% sur la semaine.

Dans le rouge en revanche, Korian. Le spécialiste de la dépendance a lourdement chuté. C’est Exane BNP Paribas qui est en cause. L’analyste est passé de surperformance à neutre sur le titre estimant que le groupe pourrait décevoir les attentes du marché en 2018-2019 en raison de pression sur les prix et de la fin du CICE en France.

Pas d’ivresse des sommets non plus pour Rémy Cointreau. Le titre du groupe de spiritueux a pourtant publié un chiffre d’affaires en croissance de 3% sur les neuf premiers mois de son exercice décalé 2017/2018, à 862,1 millions d’euros. Mais la croissance a marqué le pas au troisième trimestre et le groupe a révisé en hausse l'impact négatif des changes sur son résultat opérationnel courant annuel, ce qui ne pardonne pas pour un titre valorisé 33 fois le bénéfice par action anticipé sur l’exercice en cours.

Laurent Grassin (redaction@boursorama.fr)


Valeurs associées

Euronext Paris -2.80%
Euronext Paris -0.97%
SEB
Euronext Paris -1.43%

Vidéos les + vues