1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Debrief Bourse du 12 mars : -12,28% ! Du jamais vu dans l'histoire du CAC 40

Boursorama12/03/2020 à 18:25

On pensait avoir touché le fond lundi, eh bien non...le 12 mars restera une journée noire et  historique pour le CAC 40. Sur la même séance on est passé du plongeon au krach. La Bourse de Paris a connu un trou d'air dès l'ouverture (-5,11%), après la décision surprise hier soir de Donald Trump. Le président américain a en effet annoncé la suspension de tous les vols en provenance des pays de l'Union européenne vers les Etats-Unis pour répondre à la propagation du nouveau coronavirus.

Dans ce contexte très anxiogène, les attentes des marchés sur les annonces de la banque centrale européenne de ce jeudi début d'après-midi étaient très élevées, voire trop élevées sur sa capacité à endiguer la crise. Résultat dès les premières annonces de l'institution financière qui maintient ses taux directeurs à leur niveau, le CAC 40 -10% -11 % -12%. L'indice phare parisien a enregistré la pire baisse de son histoire depuis sa création en 1987 et termine à -12,28 % vers les 4044 points dans un volume d'échange de 10,7 milliards.

Du côté des valeurs, c'est le secteur de l'automobile qui paye le plus fort tribut. Le coronavirus a fait plonger de 79% en février les ventes de voitures en Chine, le premier marché automobile au monde. C'est la plus forte baisse jamais enregistrée. Résultat : Renault baisse de 21,94% l'action s'échange à 16,32 euros. Peugeot perd 18%.

Dans le tourisme, Accor chute de plus de 13%. Le groupe hôtelier a constaté une activité en net repli, pénalisé par le coronavirus, avec un impact de l'ordre de 20 millions d'euros sur son excédent brut d'exploitation

Le secteur bancaire est aussi mis à rude épreuve après son rebond de la veille. Natixis est toujours dans le rouge pénalisé par son fonds H20 Asset Management -21,01%

Dans l'aéronautique, Airbus est frappé de plein fouet par la suspension américaine des vols en provenance de l'UE. Tout comme Air France KLM sur le SBF120 qui perd plus de 12%. Il faut dire que les vols vers l'Atlantique Nord "représentent une part importante des bénéfices des compagnies aériennes européennes sur les vols long-courriers", avertisent les analystes de Bernstein. Les mêmes analystes s'attendent à ce que l'interdiction de l'administration américaine affecte 3.500 vols par semaine et jusqu'à 800.000 passagers.

Toujours sur le SBF 120, dans le transport, EuropcarMobility s'effondre de presque 30%

Les cours du pétrole sont aussi violemment repartis dans le rouge. la suspension pour un mois des vols de l'Europe vers les Etats-Unis signifient une baisse drastique de la consommation d'or noir, déjà en berne. Un pétrole déjà mis à rude épreuve par l'ouverture des vannes saoudiennes. Le baril de brent perd plus de 7% et s'échange à 32 dollars. Le WTI s'échange à 30 dollars. Et forcément par ricochet Les valeurs pétrolières subissent de plein fouet cette nouvelle chute des cours de l'or noir, à l'instar de TechnipFMC et Total qui chutent de 15%

Côté américain, la descente aux enfers continue. Dès l'ouverture, les marchés ont plongé. Le Dow Jones a perdu plus de 9% à la mi séance plus forte baisse depuis 1987. Le Nasdac et le S and P 500 chutent également de plus de 8%


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer