Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Le debrief Bourse du 17 septembre : le CAC 40 lâche les 6600 points

information fournie par Boursorama17/09/2021 à 18:28

Pour cette dernière séance de la semaine, l'absence de catalyseur décourage toute nouvelle prise de risque, d'autant que la semaine prochaine sera animée par la réunion de la Fed.

A cela s'ajoute une volatilité exacerbée pour cette séance de vendredi dite des "quatre sorcières", ce qui correspond à l'expiration simultanée des contrats à terme et options sur les actions et indices.

Le CAC 40 termine la séance sur une baisse de 0,79% vers les 6570 avec 8 milliards d'euros échangés. 

Du côté des valeurs, Alstom délaissé pendant de nombreuses séances repart à la hausse. Le titre gagne 3,47%, il est en tête du CAC 40. 

Le luxe aussi se reprend après un trou d'air en raison des inquiétudes sur la croissance chinoise, principal marché du secteur. Kering progresse de 2,36%, Hermès de 1,39%. La progression est plus modeste pour LVMH : +0,48%. 

Pernod Ricard très exposé à la Chine est également orienté à la hausse et gagne un peu plus de 1%. 

Pendant ce temps, le secteur des matières premières est encore en baisse avec ArcelorMittal qui lâche 4,23%. 

TotalEnergies est également en baisse de 0,85%. J.P. Morgan dégrade sa recommandation à "neutre" contre « surpondérer" sur le titre et abaisse son objectif de cours à 48 euros contre 55 euros.

Renault souffre également d'une dégradation de J.P Morgan qui abaisse son objectif de cours à 62 euros contre 69 euros. Le titre recule de 1,2%. 

Sur le SBF 120, Plastic Omnium s'offre la première place tandis que Wendel gagne plus de 3% dans la perspective d'une prochaine introduction en Bourse aux Etats-Unis de sa filiale IHS Holding, société d'infrastructures télécoms.


Quant à ADP, le titre gagne 3,21% grâce à la très forte progression du nombre de passagers en août. A nuancer toutefois, le e trafic des aéroports parisiens d'ADP ne reviendra pas à son niveau d'avant crise avant 2025-2027, juge le PDG du groupe Augustin de Romanet.

A l'inverse, JC Decaux chute lourdement, le titre souffre de son exposition au marché asiatique. 

Enfin, Outre-Atlantique, beaucoup de volatilité aussi sur cette séance. Au moment de la clôture parisienne, les trois indices de la Bourse de New York évoluent en territoire négatif. 


Vidéos les + vues