Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Debrief Bourse du 30 janvier : les prises de bénéfices s'accentuent à Paris

information fournie par Boursorama30/01/2018 à 18:19

En dépit de l’annonce d’une croissance au plus haut depuis 10 ans en zone euro, l’heure est à la consolidation à Paris. Le CAC redonne 0,87% à 5473pts. Même tendance à Wall Street qui marque une pause, inquiète de la remontée des rendements obligataires, notamment sur le 10 ans américain qui vient de franchir le seuil des 2,71% au plus haut niveau depuis 2014. Un regain de tension sur le marché obligataire qui renforce l’aversion au risque et plaide pour des prises de bénéfices sur les actions.

Du coté des valeurs, les secteurs cycliques sont délaissés, plombés par la rechute des cours des métaux de base. Le secteur parapétrolier est particulièrement mal orienté dans le sillage de la baisse des cours du Brent qui cède 1,22% à 68,56 $.  Sur le CAC, TechnipFMC signe la plus forte baisse, Total perd 1,68% idem pour Vallourec qui redonne 2,8% quand  CGG dégringole de plus de 6,3% sur le SRD.

Valeurs cycliques par excellence ArcelorMittal (-2,06%) se distingue dans le rouge tandis qu’Eramet subit des prises de bénéfices dans le sillage de la baisse des cours du nickel.

Le secteur bancaire européen souffre lui aussi, en témoigne Société générale qui cède 0,9%, BNP qui perd 1,64% ou encore Axa qui redonne pratiquement 2% malgré Jefferies  qui relève son objectif de cours de 28,80 à 30 euros sur l’assureur.

A l’inverse, Soitec affiche la meilleure performance du SBF 120,  le fabricant de silicium continuant de profiter de la progression du secteur des semi-conducteurs après le relèvement  la veille des prévisions d'AMS.

Plus forte hausse du CAC, Essilor profite des résultats et des prévisions solides de l’Italien Luxottica, avec lequel il doit fusionner.

Imerys se distingue également en nette hausse, dopée par une note de Bank of America Merrill Lynch qui entame le suivi à l’« achat » avec un cours cible de 107 euros.

Enfin on notera que les foncières réagissent différemment aux tensions sur les marchés obligataires.  Klepierre se distingue dans le vert tandis que Nexity perd du terrain, signe que les investisseurs s’inquiètent que la baisse du marché obligataire ne renchérisse les taux d'emprunt et donc le cout du crédit ce qui pénaliserait leur activité.


Valeurs associées

Euronext Paris -2.60%
Euronext Paris -1.72%
Euronext Paris -4.20%
Euronext Paris -0.54%
Euronext Paris +0.66%
Euronext Paris -2.09%
Euronext Paris -6.59%

Vidéos les + vues