Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Simulateurs Argent au Quotidien

Simulateur Taux d’endettement

Calculer votre taux d’endettement permet de vérifier que vous ne dépassez pas les 33% d’endettement autorisés en France.

Ce simulateur vous permet de connaître très facilement ce taux. Il vous suffit de rentrer les informations sur vos revenus et vos charges et le taux se calcule automatiquement pour vous. Vous verrez ainsi si vous pouvez vous lancer dans un nouveau projet, demander un crédit immobilier, un crédit auto ou un prêt perso auprès de votre banque et quelle somme vous pouvez y consacrer.

Revenus

Charges

Service indisponible

Qu'est-ce que le taux d'endettement ?

Le taux d'endettement, c'est le rapport entre les revenus dont dispose un emprunteur et les charges liées à son emprunt. Dit autrement, le taux d'endettement mesure la part du revenu consacrée au remboursement d'un prêt. Il peut s'agir autant d'un prêt immobilier qu'un prêt à la consommation. C'est un élément clé dans la constitution du dossier de prêt par la banque. C'est elle qui va le calculer en fonction des éléments fournis par l'emprunteur. Il est également possible d'en faire une estimation en utilisant des outils en ligne comme notre simulateur.

Pourquoi calculer le taux d'endettement ?

Le simulateur du taux d'endettement de Boursorama vous permettra d'estimer au plus juste votre capacité à rembourser votre prêt et par extension la viabilité de votre projet. Si vous avez déjà un prêt en cours, connaitre votre taux d'endettement vous permettra de savoir si vous pouvez en souscrire un autre pour financer un projet. Quitte à revoir votre plan de financement si ce taux d'endettement s'avérait trop élevé. Le taux d'endettement est connu du grand public sous la forme de la fameuse règle des 33% qui a été relevée à 35% depuis l'été 2021 sous l'égide du Haut Conseil de Stabilité financière. En clair, votre endettement ne doit pas excéder plus du tiers de vos revenus pour avoir toutes les chances que la banque valide votre dossier.

Comment est calculé le taux d'endettement ?

Le taux d'endettement repose sur une formule de calcul relativement simple : Charges x100 / Revenus.

Par exemple, si vous avez 800 euros de charges pour des revenus de 2500 euros, le taux d'endettement est calculé ainsi :

800 * 100 / 2500 : 32%. Dans ce cas, votre taux d'endettement est de 32%.

Quels sont les éléments pris en compte dans le calcul du taux d'endettement

Les charges intègrent l'ensemble des mensualités représenté par le prêt que vous sollicitez tandis que les revenus correspondent aux sommes que vous pouvez mobiliser pour le rembourser. La banque ne tient compte que des revenus certains et réguliers de chacun des emprunteurs. Il s'agit du salaire net (avec l'intégration d'éventuelles primes contractuelles ou d'un treizième mois). Une pension de retraite ou une pension alimentaire entrent également dans le scope des revenus qui peuvent être pris en compte par la banque.

Pour les professions non salariées, ce sont les bénéfices dégagés par l'activité qui sont pris en compte par la banque sous réserve qu'ils soient réguliers. Il peut s'agir de bénéfices agricoles, commerciaux ou non commerciaux. Mais chaque banque dispose de sa propre grille d'appréciation pour les revenus qu'elle incorpore dans le calcul. Certaines vont intégrer les allocations familiales, pour leur caractère récurrent tandis que d'autres banques les considèrent comme des revenus insaisissables destinés à l'éducation des enfants et, à ce titre, non prises en compte dans le calcul du taux d'endettement.

Même chose pour les revenus fonciers qui peuvent être considérés comme un complément par certaines banques mais pas par d'autres notamment lorsqu'ils sont associés à un prêt déjà existant. Il faut signaler que des primes exceptionnelles sont souvent exclues du calcul par les banques en raison de leur caractère non récurrent. Même chose pour des indemnités professionnelles lorsqu'elles correspondent à des remboursements de frais et non à un complément de salaire.

Quel est le taux d'endettement maximal en France ?

La production de crédits est une donnée étroitement surveillée par les pouvoirs publics. En matière de crédits immobiliers, ce sont les recommandations du Haut Conseil de stabilité financière (HCSF) qui font autorité auprès des banques. L'accroissement du taux d'endettement à 35 % contre 33 % auparavant avait été mentionné dans les recommandations de décembre 2020 du HCSF. Elles ont acquis une force obligatoire depuis l'été 2021. Il faut également mentionner que la durée d'un emprunt ne doit plus dépasser 25 ans.

En pratique, les banques disposent d'une légère marge de manœuvre pour déroger à ces recommandations sur un nombre limité de dossiers qu'elles reçoivent. Des ménages disposant de revenus élevés, d'un fort montant d'épargne mobilisable et conservant un reste à vivre confortable, c'est-à-dire le montant de revenus disponible après remboursement de l'échéance du prêt. Des professions particulièrement stables peuvent également inciter les banques à dépasser le ratio de 35%. Les règles prudentielles énoncées par le HCSF ont pour objectif d'éviter un endettement excessif des ménages.

Quelle est la différence entre endettement et surendettement ?

Un ménage doit trouver un point d'équilibre entre l'endettement nécessaire pour finaliser son ou ses projets et la capacité à garder une marge budgétaire pour face aux dépenses courantes, financer ses loisirs et épargner pour sa retraite ou sa perte d'autonomie. Le contexte de taux bas et la sensation de pouvoir emprunter facilement peut amener des ménages à multiplier les projets au détriment de ce point d'équilibre susmentionné. Lorsque plus de 50% des revenus sont consacrés au remboursement d'un emprunt, on peut parler de situation de surendettement. Légalement, selon les articles L.711-1 et 712-2 du Code de la consommation : «La situation de surendettement est caractérisée par l'impossibilité manifeste de faire face à l'ensemble de ses dettes non professionnelles exigibles et à échoir.» C'est justement pour éviter cette situation que les règles édictées par le HCSF existent. Elles ne visent pas à contraindre les ménages mais à les protéger des conséquences néfastes du surendettement : spirale de pauvreté, dégradation des conditions de vie, stress.

Annonces immobilières