Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Forum

ATOS
10.7350 EUR
-1.42% 
indice de référenceCAC 40 ESG

FR0000051732 ATO

Euronext Paris données temps réel
Chargement...
  • ouverture

    10.7750

  • clôture veille

    10.8900

  • + haut

    10.7950

  • + bas

    10.5600

  • volume

    286 048

  • capital échangé

    0.26%

  • valorisation

    1 191 MEUR

  • dernier échange

    19.08.22 / 12:32:18

  • limite à la baisse

    10.2000

  • limite à la hausse

    11.2700

  • rendement estimé 2022

    -

  • PER estimé 2022

    7.68

  • dernier dividende

    -

  • date dernier dividende

    06.04.22

  • Éligibilité

  • + Alerte

  • + Portefeuille

  • + Liste

Retour au sujet ATOS

ATOS : Fuites de presse : sources et objectifs

25 juin 202208:57

Record battu pour notre censeur ! Ce post a été supprimé de multiples fois, dont plusieurs fois en moins de 5 minutes. Pourtant il devrait avoir intégré que je copie-colle au besoin, et qu'il perd à chaque fois contre moi à ce jeu là. Néanmoins si vous le trouvez utile, votre aide est bienvenue : merci d'avance de le liker-commenter, ça aide, et de le copier-republier si nécessaire.

LA SOURCE ET L'OBJECTIF DES FUITES DANS LA PRESSE
Cette semaine, pas moins de 3 articles de presse ont été publiés sur l'évolution d'Atos : deux articles très renseignés de BFM Business, avec des révélations, et un du Canard Enchaîné, critique d'Atos. Les autres articles de presse ne sont que des reprises des informations exclusives de BFM.

DES FUITES PAS ANODINES
Ces nombreuses fuites nous apportent beaucoup d'informations sur les différents scénarios évoqués sur ce forum depuis plusieurs mois (avec justesse d'ailleurs, vous aurez noté, en ce qui concerne votre serviteur !), mais nous parviennent alors qu'une opération n'est pas bouclée, puisque dans le cas contraire, le cours aurait été suspendu avant même l'ouverture pour entrer en négociations exclusives. Rien n'est donc conclut à ce stade, mais une telle conjonction d'informations aussi détaillées, avec autant de citations de "bons connaisseurs du dossier", n'est évidemment pas innocente. Elle sert les intérêts d'un acteur dans les manœuvres en cours. Il est important pour nous de ne pas être qu'un outil de manipulation et donc de se pencher sur l'identité potentielle de cette source, et de son intérêt, en espérant qu'il nous soit commun. Voyons donc les propos des articles en question et leurs sources potentielles :

L 'ARTICLE DU CANARD
Le premier article, du Canard, intitulé "Pour ses dirigeants, Atos n'est pas gratos", n'est qu'une critique satirique de la gestion d'Atos et de son résultat sur l'entreprise et son cours de bourse. Que l'article tombe cette semaine pourrait n'être qu'une simple coïncidence, car il n'apporte rien de nouveau sur le fond. Mais dans son fonctionnement traditionnel, la rédaction du Canard est souvent alertée par une source, qui lui signale un sujet d'intérêt. Généralement le Canard n'enquête pas de sa propre initiative en matière économique, monde qu'elle maitrise moins que la politique. En revanche, s'il y a un secteur où le Canard a des sources extrêmement fiables et qui l'alimentent chaque semaine, c'est... Dans l'armée et les services (qui ne sont pas du tout mis en causes dans l'article, alors que l'aspect souverain des activités d'Atos aurait pu mériter une critique à leur endroit) Le propos de cet article participe à dénigrer la gestion actuelle du Board d'Atos, dont les dirigeants sortent avec des parachutes dorés après avoir planté l'actionnariat. Même le premier ministre Edouard Philippe est épinglé, pour avoir "palpé 72 000 euros, moins qu'à Matignon, mais il n'est pas mort d'épuisement", se moque le Canard, qui épingle aussi bien sûr Belmer, Meunier, ou Thierry Breton. Ce ne sont donc pas eux qui ont alerté le Canard sur l'inquiétante évolution d'Atos !

LE PREMIER ARTICLE DE BFM
Intitulé "L'état favorable à un mariage entre Thales et Atos', il est très renseigné sur tout, sauf sur la position d'Atos. On cite un "ancien membre du gouvernement", qui explique qu'il "verrait d'un bon œil un acquéreur (...) proche de l'Etat". A noter aussi qu'on apprend que la DGA a "tiré la sonnette d'alarme", et "milite toujours pour la création de champion français qui lui soit proche", selon "un bon connaisseur de la "DGA". Ensuite est cité "un proche" de Patrice Caine, donc de Thales, qui assure que Thales a obtenu "l'aval" de l'état. Est cité enfin "un haut dirigeant de Thales". On peut donc conclure que personne n'a parlé côté Atos, mais qu'une source de la DGA s'est exprimée, ainsi que de Thales, qui communique ouvertement sur son intérêt pour Atos

LE SECOND ARTICLE DE BFM
Intitulé "Les coulisses du bras de fer entre Thales et Atos", il commence directement par une citation extrêmement claire et identifiée : "Patrice Caine n'abandonnera jamais son projet (...). L'un de ses plus proches collaborateurs est formel sur la totale détermination du PDG de Thales." C'est donc bien Thales qui s'exprime ici, pour nous affirmer son ambition en béton. Et qui donne toutes les informations sur "les coulisses" des négociations des derniers mois, dont la proposition de Thales allié à Bain d'un rachat d'Atos pour un montant de 7.7 milliards d'euros soit 69 euros par action pour les actionnaires. Thales nous indique qu'Atos a refusé l'offre, (mais n'était pas tout à fait opposé à la vente puisqu'il parlait avec Orange en parallèle.) Thalès nous donne une estimation concrète, et ça, c'est pour nous, actionnaires. On apprend qu'Atos a tenté une stratégie anti-OPA, en vain. Enfin, à la fin de l'article, on sous entend que le gouvernement n'a pas pris sa décision : "La cybersécurité est un actif de souveraineté nationale. Un argument que martèle Thales pour convaincre le gouvernement de soutenir son projet."

IDENTIFICATION DES SOURCES ET PROPOS
1/ Aucun membre d'Atos actuel n'est cité, ni source "proche" d'Atos. Son board résiste toujours, mais moins fort, à la perspective 'une OPA de Thales (En revanche, contrairement aux précédentes fuites, aucun communiqué d'Atos pour démentir, rectifier ou affirmer son souhait de ne pas vendre. Un indice supplémentaire de la position de faiblesse ou de capitulation du board)
2/ Thales est très motivé ("n'abandonnera jamais son projet", c'est on ne peut plus clair) pour réaliser son OPA
3/ Thalès nous informe du montant qu'il a été prêt à débourser avec Bain, 69 e par action. Tentant pour les actionnaires de se désolidariser d'Atos au vu de la situation actuelle !
4/ La DGA communique sur son soutien à Thales, son souhait de protéger les activités stratégiques d'Atos
5/ La DGA ou Thales pourrait bien, selon moi, être la source du Canard visant à dénigrer la gestion Atos auprès du grand public
6/ L'état est favorable à un mariage, mais des tergiversations subsistent quelque part, soit sur la modalité du mariage, soit sur sa réussite
7/ Atos a tout fait pour empêcher l'OPA de Thales, mais a discuté avec Orange, et n'est pas parvenu à mettre en place de réels outils empêchant la démarche de Thales, malgré des sollicitations auprès de l'AMF, ou autres tentatives de créer des structures non Opéables.

OBJECTIFS DES FUITES
1/ Officialiser le soutien de principe de l'état à la solution Thales, pour éliminer d'autres possibles prétendants sur le dossier ("L'état favorable à un mariage", c'est le titre de l'article 1, on voudrait plier le match qu'on ne titrerait pas autrement !)
2/ Finir de convaincre d'éventuels indécis au gouvernement, (puisque Thales "martèle" des arguments pour "convaincre le gouvernement") soit à Bercy soit ailleurs, alors que le ministère de la défense (au moins la DGA) a pris sa décision
3/ Affaiblir Atos auprès du grand public (Le Canard), pour préparer le terrain et l'opinion à la nécessité d'une opération de rachat prochaine
4/ Informer les actionnaires de la valeur proposée à leurs actions, (69 euros, c'est plus de 500% de plus value potentielle par rapport au cours de début de la semaine), pour exercer une pression massive sur Atos

CONCLUSION
A mon avis, ces fuites sont une bonne nouvelle pour nous, car même si elles semblent montrer qu'Atos a beaucoup résisté aux manœuvres de Thales, cette dernière met en place ses pions, et est tellement avancée qu'elle peut se permettre de mettre une pression de plus en plus forte sur la direction d'Atos. Sûr qu'après avoir tout tenté pour la croquer à un minimum de 7.7 milliards juste après une chute du cours de bourse sur fond d' « erreurs comptables » (finalement fictives), Thales et Bain ne doivent plus tenir en place face à un cours qui a, depuis, perdu plus de 60% supplémentaires.
Ces fuites sont certainement les prémices de l'OPA finale qui arrivera immanquablement sur Atos. Thalès est totalement sortit du bois, elle est soutenue par, au moins, la DGA et le ministère de la Défense. Ces 2 acteurs (au moins) avancent ensemble et communiquent publiquement, pour imposer leur projet à Atos, qui n'a plus beaucoup d'armes pour l'empêcher. Avec le spectacle consternant de la crise que le CA d'Atos a lui-même créé, la direction d'Atos est affaiblie, et une partie de l'équipe est sur le départ. La seule chose qui m'étonne, c'est que le cours de bourse, dans ces conditions, reste aussi ramassé, et que la Vade reste aussi exposée, alors que les éléments semblent se précipiter. Certaines manœuvres nous dépassent sans doute encore, en attendant l'issue.

46 réponses

  • 25 juin 202209:03

    Merci Metabeta. L'effacement systématique du post devrait être justifié par le site si celui ci ne correspond pas à la charte. 


  • 25 juin 202209:04

    Merci pour cette très bonne analyse, et effectivement, ça efface sec 😳
    Hier je cherchais ton post vu il y à 10mn, il était dèja effacé!


  • 25 juin 202209:25

    Merci, excellente analyse


  • 25 juin 202209:26

    Tout cela est bon pour le PP, mais tout de même, pourquoi n'assistent-on pas à un ramassage en règle au prix actuel de l'action par une ou plusieurs fonds pour approcher d'un cours plus conforme à la valeur de la société.On ne va pas me faire croire qu'il y a un intérêt à massacrer ce fleuron de notre pays en matière de sécurité informatique et d'avance technologique dans le domaine du quantique?


  • 25 juin 202209:31

    C'est et ça a toujours été la grande question. La coordination de fonds étrangers et les surréactions après des informations à la portée relative ou insignifiante ne laissent pas de doutes sur une volonté d'affaiblir Atos. Qui et pourquoi, allez savoir. Est ce que Thales a un lien avec ces fonds, je n'oserai pas le croire.


  • 25 juin 202209:41

    Pour la journée du 23 Juin 3 fonds ont commencé à se racheter et un seul a augmenté sa Vad   👍


  • 25 juin 202209:56

    Canard : le mot clé bani ?
    69€ ça sent le sapin pour le Short ! Youpi


  • 25 juin 202209:57

    En tt cas, le CA semble avoir une dent contre Thalès. Il était prêt à négocier avec Airbus et Orange, mais le premier est faiblement intéressé et le second ne se sent pas les reins assez solides.
    Pourquoi cette haine et ce rejet absolue de Thalès. J'espère que ce n'est pas juste une guerre d'égo...
    Mais bon, qd on voit tout ce qui se trame autour d'Atos et l'appétit affiché de Thalès, on peut imaginer que Meunier rend responsable Thalès de tous les maux de la boîte depuis 18 mois...


  • 25 juin 202210:12

    L'article mentionne 2,7 milliards d'euros pour la cybersécurité et environ 5 milliards pour le reste.
    Ca fait 69.5€ par action en effet.


  • 25 juin 202210:54

    zian 
    C'était il y a 4 mois. Depuis, il y a eu le conflit en Ukraine, l'arrivée affolante de l'inflation, la montée des taux obligataires avec pour conséquence une correction importante de la valorisation des valeurs techno.

    Du côté d'Atos, les résultats ont été ds les clous de ce qui était attendu, mais les crises internes se succèdent et l'action est passée de 32 à 13€...

    Pour BDS, je pense qu'à minima les 2.7 milliards y sont tjrs. Thalès a contrairement aux autres gagné 50%.
    Mais pour bain capital, ils vont très largement couper dans leur offre.

    Bref, sur de se projeter sur la hauteur d'une nouvelle offre, mais il est clair que la valo actuelle de 13€ est ridicule.


  • 25 juin 202212:24

    Meunier a tout simplement permis aux actionnaires de THALES d'éviter de se faire flouer 


  • 25 juin 202213:48

    Merci Matabeta- je croyais qu'il avait à nouveau disparu.... re-posté- il vaut mieux 2 fois qu'une...


  • 25 juin 202213:57

    Merci à tous.
    J'ai une crainte mortelle : la notion de " valeur de marché".
    La meilleure protection serait un actionnariat salarié très important chez Atos mais je crois que ce n'est pas le cas..
    Il faudrait qu'une deuxième société ait envie d'une part des activités, mais quelle part et quel candidat ?


  • 25 juin 202214:52

    Il y a un actionnariat salarié très important chez atos, mais pas assez d'actionnaire de long terme et de référence. L'arrivée d'un grand actionnaire a été envisagée avec orange, qui n'avait finalement pas les reins assez solide. D'autres sociétés auraient pu être intéressées comme cap Gemini mais Thales occupe déjà la place et ne la lâchera certainement pas. La question de prise de participation n'est donc plus d'actualité, sinon celle de la hauteur de la prise de participation des anciens actionnaires d'Atos dans Thales a l'issue de l'acquisition !


  • 25 juin 202215:36

    Une OPE me semble difficile dans le sens où Thalès ne veut pas de la totalité d'Atos mais qu'il ferait une association avec Bain capital ou autre.
    Ou alors ce serait un mixte cash/actions


  • 25 juin 202215:40

    Matabeta
    Tu ne fais que reprendre les nombreux liens mis sur le forum plusieurs fois ces derniers jours  ???
    Je te mets une reco quand même !!!


  • 25 juin 202215:42

    THALES rachète le tout et puis vend par appartements à SOPRA STERIA, CAPGEMINI.....etc.....!!


  • 25 juin 202215:53

    excellente analyse de  matabeta !
    que je partage 

    mon scenario: les même acteurs Bain et Thales se manifesterons prochainement dès que la Vad va baisser 
    ils feront une bonne affaire, on peut oublier les 69 euros 
    première offre vers  35 euros et seconde vers 45 euros qui sera acceptée
     


  • 25 juin 202217:09

    Reims, on peut voir les choses comme ça, j'essaie de synthétiser ce qu'on peut retenir et interpréter des News de la semaine, et de décrypter qui dit quoi à partir de ce qui a été publié. Je pense que ça peut être utile dans la confusion qui règne, tout simplement !


  • 25 juin 202217:15

    La stratégie d'atos.
    Faire baisser l'action au maximum avec de la Vad, ensuite faire une AK hyper dilutive pour que la Vad puisse se racheter et faire entrer les copains du ca à très bon compte tout en diluant d'un manière impensable le petit actionnaire.
    D'ou les questions pourquoi Atos n'a pas demandé à L'amf d'interdire les manipulations de vad.
    Pourquoi la Vad continue alors qu'une OPA de Thales est assez probable.
    Pourquoi avoir refusé un offre à 69 euros?
    Il y vraiment intérêt à ce que Thales fasse son offre.


  • 25 juin 202217:17

    Je signe immédiatement pour une OPA à 45 euros, mais je crains que ça ne monte aussi haut.
    Objectivement, au vu du cours actuel, je la sens entre 30 et 35 euros. Évidemment, je peux me tromper et j'espère au moins 40.
    Dans tous les cas, en-dessous de 30, ce serait du vol caractérisé.


  • 25 juin 202217:18

    La grosse question est pourquoi la Vad ne se rachète pas sur les news?
    On est à 8.4%
    On cote deux fois moins que Bds.
    Je veux bien que c'est irrationnel mais il y a une limite.


  • 25 juin 202217:21

    condor45, si AK très dilutive, je me débrouille pour acheter un max de titres à 5 euros !!!
    Mais sincèrement, je n'y crois pas une seule seconde (même si dans ce milieu, il y'a un tas de tor dus).
    L'AT d'ATOS commence à montrer des signes de rebond assez net, à la faveur d'une dernière semaine intéressante : le RSI s'améliore, la stochastique s'est nettement arrangée et le MACD se rapproche de sa ligne de signal. Lundi, des vadeurs devraient se racheter et AMHA porter le titre au-dessus de 14, voire 15.
    Selon moi (Ain une incitation), le point bas a été touché il y a quelques jours sur 11,92.


  • 25 juin 202217:23

    Aucune incitation, bien évidemment, chacun est responsable de ses trades. Personne ne m'a incité à rentrer (à 100%) sur 25,59.


  • 25 juin 202217:25

    Perso j'ai très très peur de l'AK dilutive même si sur Europcar c'est le fait de participer à l'AK qui m'a permis de limiter mes pertes 


  • 25 juin 202217:38

    Beaucoup on tellement renforcé et n'auront plus jus pour une AK.
    Ceci il y 5 mois pour que Thales fasse son offre Belmer avait dit pas d'ak il y a un mois.
    D'ici  je pense que Thales aura fait son offre mais je suis sur que c'est aussi la Ca d'Atos qui est dans la manipulation.


  • 25 juin 202217:46

    Oui, il y a des choses pas très claires, la récente chute vertigineuse n'est absolument pas normale.


  • 25 juin 202218:27

    pourtant je trouve que c'est assez clair 
    le Marché appuie la ou ca fait mal, La Vad 

    je ne crois pas a une AK a moins de faire rentrer des institionnel
    Thales la veut et l'aura 
    il applique la meme stratégie que pour Gemalto 

    Le  CA aurait du admettre de s'etre trompé et suivre le plan Belmer 
    problème d'ego 
    maintenant ils sont cuits 
    l'Etat s'en mêle

    opa dans quelques jour ou semaine, on le sera quelques jours avant 
    quand la vad diminuera fortement  


  • 25 juin 202219:48

    ATOS était sur le coup depuis 2017

    Atos confirme son intention d'acquérir Gemalto pour créer un leader mondial en cyber sécurité, technologies et services numériques
    Paris, 13 décembre 2017
    Atos SE [Euronext Paris : ATO] (« Atos »), leader international de la transformation digitale, a pris note ce soir de l'annonce de Gemalto N.V. [Euronext Amsterdam : GTO] (« Gemalto ») faisant suite à sa proposition amicale d'acquérir Gemalto.

    Atos confirme sa proposition d'offre publique intégralement en numéraire au prix de 46,0€ par action Gemalto (coupon attaché).

    Ce prix reflète pleinement la juste valeur de Gemalto et présente une prime significative sur le dernier cours de bourse de clôture non affecté (environ 42%). L'offre a reçu un soutien marqué des marchés financiers, des investisseurs et de la communauté des analystes depuis son annonce. Elle offre aux actionnaires de Gemalto une opportunité immédiate et substantielle de valorisation de leurs actions.

    Atos réitère sa volonté d'engager des discussions et reste confiant que le conseil d'administration de Gemalto ouvrira un dialogue direct et constructif au sujet de l'offre d'Atos. Atos réaffirme le caractère amical de son offre fondée sur un projet industriel solide et attractif pour les deux sociétés, leurs employés, leurs clients et l'ensemble des autres parties prenantes. Atos, qui recrute plus de 10 000 employés par an, confirme que l'ensemble des 15 000 employés de Gemalto seront accueillis et intégrés au sein du groupe. Atos confirme également son intention d'intégrer tous les métiers de Gemalto en son sein et de maintenir la marque Gemalto.

    Atos poursuit la mise en œuvre de la transaction proposée et prépare à cette fin, avec ses conseils, l'ensemble des notifications réglementaires ainsi que le projet de document d'offre devant être déposés auprès de l'autorité de marché néerlandaise (Autoriteit Financiële Markten, AFM) et des autres autorités compétentes.

    Par ailleurs, Atos répondra rapidement et de manière détaillée à l'ensemble des points soulevés par Gemalto dans son communiqué de presse et sa lettre en date du 13 décembre 2017.


  • 25 juin 202220:02

    THALES FINALISE L'ACQUISITION DE GEMALTO ET DEVIENT UN LEADER MONDIAL EN IDENTITÉ ET SÉCURITÉ NUMÉRIQUES
    LE 02.04.19
    oThales (Euronext Paris: HO) finalise aujourd'hui l'acquisition de Gemalto (Euronext Amsterdam et Paris: GTO), donnant ainsi naissance à un leader mondial en identité et sécurité numériques.
    oAvec Gemalto, Thales couvrira l'ensemble de la chaîne de décision critique dans un monde numérique, de la génération de données par capteurs à la prise de décision en temps réel.

    Grâce à cette acquisition, Thales porte son chiffre d'affaires à 19 milliards d'euros, sa R&D autofinancée à 1 milliard d'euro par an et ses effectifs à 80 000 personnes réparties dans 68 pays. Réalisée en l'espace de 15 mois, l'acquisition pour 4,8 milliards d'euros de Gemalto par Thales donne aujourd'hui naissance à un Groupe d'une nouvelle envergure, un leader mondial en identité et sécurité numériques. Avec ses 80 000 employés, Thales, dans sa nouvelle dimension, va maîtriser l'ensemble des technologies au cœur des chaînes de décision critiques des entreprises, des organisations et des Etats. Thales, fort de l'apport de Gemalto, va créer des solutions sécurisées au cœur des grands enjeux de nos sociétés comme la gestion du trafic aérien des drones, la cybersécurité des données et réseaux, la sécurisation des aéroports ou encore la sécurité des transactions financières.
    Ce rapprochement crée un leader de taille mondiale avec un portefeuille inégalé de solutions d'identité et de sécurité numériques développées autour des technologies de protection des données, de biométrie et, plus largement, de cybersécurité. Thales répond ainsi aux besoins des clients confrontés à des enjeux d'identification de personnes, d'objets et de sécurité de données, notamment les Opérateurs d'Infrastructures Vitales tels que les banques, les opérateurs télécom, les administrations, les opérateurs de service et l'industrie.
    Recherche et développement, laboratoire du monde de demain
    Thales et Gemalto, c'est d'abord l'histoire d'une passion partagée pour les hautes technologies, véritable socle commun pour leurs 80 000 talents. La recherche et le développement (R&D) constituent le moteur du nouveau Groupe, forts de ses 3 000 chercheurs et 28 000 ingénieurs en R&D. Après des décennies consacrées à développer des technologies de pointe pour ses clients les plus exigeants à travers le monde, Thales devient le véritable laboratoire du monde de demain avec son portefeuille de 20 500 brevets dont plus de 400 ont été déposés en 2018.
    Complémentarité technologique
    Du développement de logiciels au traitements des données en passant par la connectivité, les réseaux et la prise de décision en temps réel, le nouveau Thales couvrira l'ensemble de la chaîne de décision critique dans un monde ultra connecté de plus en plus vulnérable.
    Avec une R&D autofinancée d'un milliard d'euros, le Groupe développera de nouvelles innovations dans ses marchés clés en s'appuyant tout particulièrement sur ses expertises numériques de rang mondial dans l'Internet des Objets, le big data, l'intelligence artificielle et la cybersécurité. Les premières illustrations concrètes concernent :
    oLe secteur bancaire : analyse big data
    oLa défense : biométrie
    oL'aéronautique : gestion du trafic aérien des drones
    oLes transports terrestres : Internet des Objets
    oLe spatial : Internet des Objets
    oLes télécommunications : analyse big data
    Renforcement de l'ancrage mondial de Thales
    Suite à cette acquisition, Gemalto deviendra l'une des 7 activités mondiales de Thales, Identité et Sécurité Numériques, et interagira avec l'ensemble des clients du Groupe, tant civils que militaires, en renforçant significativement sa présence industrielle dans 68 pays. Thales augmentera considérablement son implantation en Amérique Latine (2 500 collaborateurs vs 600), triplera sa présence en Asie du Nord (1 980 collaborateurs vs 700), en Asie du Sud-Est (2 500 collaborateurs vs 800) et en Inde (1 150 collaborateurs vs 400) et renforcera ses effectifs en Amérique du Nord (6 660 collaborateurs vs 4 600).


  • 25 juin 202220:42

    Thales a acheté Gemalto pour 4,8 milliards.
    S'il racheté Atos au même pris, ça ferait une offre à 40-45 euros, c'est ça ?
    C'est assez cohérent, finalement. Même si j'espère plus.


  • 25 juin 202221:07

    1 actionnaire  principale étant en désaccord avec son pdg  peut il vendre à découvert  
    Ce pdg vue les cours  change de stratégie et l actionnaires principale rachete ses positions puis achete des actions avec le bénéfice de ses ventes !


  • 25 juin 202221:15

    Gemalto  avait un ca  de 1.3 millards,  atos 11.


  • 25 juin 202221:17

    TROMSOE achat 4.8 milliards d' un CA de 3 milliards et résultat net 2018 à 61 millions après une perte en 2017 de 400 millions d'euros
    on est loin des chiffres d'ATOS 


  • 26 juin 202207:14

    Fleuron  d'ingenieurs massacré par la cupidité. Encore de finance à courte vue. Pourquoi les start up fuient elles la France ?......... 


  • 27 juin 202210:39

    Matabeta 17h09
    Bonne et utile synthèse et surtout bonne conclusion qui met l'accent sur ce qui reste le coeur du problème ces #@!👽😡£§  vadeurs. 

    Que savent-ils que nous ne savons pas ?


  • 27 juin 202210:46

    Pour la Vad souvenez vous Porche VW donc à mon avis c'est dangereux mais légal.
    Comme Thales est presque le seul acteur à pouvoir acheter la Cyber il pourrait procéder de la sorte.
    Rester en vad jusque  l'opa pour partir d'une base basse. 


  • 27 juin 202210:53

    Félicitations pour votre analyse poussée et très  pertinente du dossier ! Je suis impressionné par la qualité du propos ...reste plus à espérer que le scénario évoqué se réalise !!!
    Actionnaire à hauteur de 700 titres PRU 18,7 €


  • 27 juin 202210:59

    Bonjour condor45 

    Peux-tu nous rappeler l'affaire VAD / Porche surtout le côté légal / illégal.
    Si tu as le temps, les infos et que cela te convienne.
    Merci d'avance.


  • 27 juin 202211:00

    Il faut envisager les pires scénario   ( mal.honnête)
    Thales qui vade ou 1 actionnaire voir plus qui vadent parcqu ils sont contre le projet du pdg actuel 


Retour au sujet ATOS

46 réponses

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.