Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Le debrief Bourse du 1er mars : mars commence dans le rouge à Paris

information fournie par Boursorama 01/03/2023 à 18:20

Le CAC 40 avait bien commencé la journée, ragaillardi par des bonnes données en provenance de la Chine, avec une activité manufacturière mesurée par le PMI, à 52,6 en février un plus-haut depuis 2012. Mais il a dû composer avec les chiffres toujours élevés de l'inflation en Allemagne et il est finalement passé assez nettement dans le rouge à 17h pour finir à -0,46% vers les 7.234 points et 3,8 milliards d'euros échangés.

Après un démarrage hésitant, les indices américains aussi ont basculé en territoire négatif avec, à 17h45, un Dow Jones en repli de 0,12% vers les 32.616 points et un Nasdaq à -0,66% vers les 11.380 points.

Valeurs en hausse

3e séance consécutive dans le vert pour Eramet qui domine le SBF 120.

Ca sentait bon aussi pour Interparfums grâce à une publication 2022 appréciée avec notamment un résultat opérationnel en hausse de 33% à 131,8 millions d'euros. Le groupe a annoncé un dividende en progrès de 23%, à 1,05 euro par action et l'attribution d'actions gratuites en juin.

on retrouve aussi Atos dans ce palmarès grâce à une forte réduction de sa perte nette qui se montre à un peu plus d'un milliard d'euros en 2022 contre 2,96 milliards en 2021. Fait positif également, la croissance organique qui est redevenue positive au second semestre et une marge opérationnelle qui s'est bien améliorée sur la même période. Atos qui souligne avoir réalisé des "avancées significatives dans son projet de séparation, en bonne voie pour une réalisation au second semestre". Parallèlement, Le Monde indique que le groupe serait en discussions avec l'homme d'affaires Daniel Kretinsky en vue d'une cession de Tech Foundations, l'une des unités issue de la scission programmée du groupe.

Sur le CAC 40, c'est Stellantis qui termine la course en tête devant Arcelormittal.

Valeurs en baisse

Le soleil n'a pas brillé pour Neoen aujourd'hui et pourtant le producteur d'énergies renouvelables a rempli ses objectifs 2022 avec un excédent brut d'exploitation ajusté de 414 millions d'euros, en hausse sur un an de 38%, et conforme à sa prévision. Neoen a également confirmé ses objectifs 2025, notamment celui d'un EBE ajusté supérieur à 600 millions, mais c'est visiblement insuffisant pour le marché qui tablait sans doute sur un relèvement de prévisions pour un groupe très bien valorisé.

Eurofins signe, et de loin, le repli le plus marqué du CAC 40. Le spécialiste de la bioanalyse a notamment dévoilé un excédent brut d'exploitation ajusté en repli de 20%, à 1,5 milliard d'euros, pour une marge en baisse de 5,8 points de pourcentage à 22,5%. En cause la baisse logique de l'activité liée au Covid, l'inflation et la guerre en Ukraine. Mais les investisseurs ont aussi sanctionné un abaissement de l'objectif d'EBE ajusté 2023 qui devrait finalement ressortir entre 1,35 et 1,4 milliard.

Les bancaires sont également sous pression à l'image de BNP Paribas ou encore Société Générale.

LG (redaction@boursorama.fr)


Valeurs associées

Euronext Paris +4.07%
Euronext Paris -0.93%
Euronext Paris -1.38%

Vidéos les + vues