1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France : 700 millions d'économies sur les ministères
Boursorama10/06/2015 à 16:48

Bercy va raboter 676,9 millions d'euros au sein des budgets ministériels dès cette année.

Le gouvernement français avait jusqu’au mercredi 10 juin pour annoncer le détail des 4 milliards d’économies budgétaires supplémentaires demandés par la Commission européenne. Dans ce cadre, Les Echos annoncent le détail des réductions de budgets qui vont être appliquées aux ministères.

En février dernier, la Commission européenne avait demandé à la France de trouver rapidement 4 milliards d’euros supplémentaires pour que le déficit structurel du pays entre davantage dans les clous des standards européens.

Après avoir annoncé en avril dans quels domaines ces 4 milliards d’euros seraient trouvés, le ministère des Finances a détaillé quels crédits seront supprimés au sein des différents ministères.

4 milliards d’économies dont 700 millions pour les ministères

Le 14 avril dernier, le ministre des finances Michel Sapin avait annoncé, sans entrer dans les détails, dans quelles branches du budget de l’Etat seraient économisés cette année les 4 milliards d’euros demandés par la Commission.

Parmi les principaux postes d’économies envisagés, il était prévu qu’un milliard d’euros soit trouvé dans le domaine de la santé et de la protection sociale, et 700 millions d’euros dans les dépenses ministérielles.

L’Etat expliquait également que 1,2 milliards d’euros pourraient être économisés grâce à une plus faible charge d’intérêts sur la dette publique. Cette prévision partait de l’idée que l’Etat emprunterait à des niveaux particulièrement faibles sur les marchés au cours de l’année 2015. On rappellera néanmoins que les taux souverains français font justement parler d’eux actuellement du fait de leur rapide remontée depuis la semaine dernière, à des niveaux toutefois très supportables.

Détail des économies ministérielles

Mardi 9 juin, Les Echos annonçaient les détails du décret qui sera publié pour supprimer environ 700 millions d’euros sur le budget des ministères dès cette année.

« Dans un souci d’équité, les annulations de crédits concernent l’ensemble des ministères », précise le ministère des Finances, repris par Les Echos. Exception faite pour le ministère de la Défense, dont le budget de 31,4 milliards d’euros reste inchangé suite à la dernière loi de programmation militaire. Le ministère de la Culture, dont le budget ne sera diminué que de 3 millions d’euros, est également peu mis à contribution.

Parmi les ministères les plus concernés, se trouvent notamment le ministère de l’Ecologie (84,5 millions de crédits supprimés), le ministère de l’Education nationale (64 millions d’euros d’économies), la Justice (47 millions), ou encore le ministère du Travail (45,9 millions). La somme des économies prévues, en prenant en compte les autres ministères concernés, s’élève exactement à 676,9 millions d’euros.

Dialogue apaisé avec la Commission

L’annonce de ces économies devrait être vue d’un bon œil par la Commission européenne, qui reste par ailleurs plutôt conciliante avec la France sur le plan budgétaire malgré les précédentes mises en garde.

Les Echos résument : « L’effort programmé par Paris pour 2015 étant vraisemblablement proche des exigences de la Commission, la perspective de sanctions n’est plus d’actualité. Et ce même si Paris prévoit de réduire le déficit structurel moins vite que ne le voudrait Bruxelles en 2016 et 2017 ».

La même source poursuivait : « avec un déficit meilleur que prévu en 2014 (à 4 % de PIB), Paris a rassuré Bruxelles sur sa capacité à tenir son objectif de réduction du déficit public nominal à 3,8 % cette année ».

X. Bargue

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

19 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M7097610
    11 juin09:47

    les salaires et retraites des fonctionnaires, ils se mettent quand au niveau du prié ?

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

5400.86 +0.62%
1.12302 -0.31%
18.33 -2.81%
21.15 -0.40%
2.237 +0.13%

Les Risques en Bourse

Fermer