Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France : 4 milliards à trouver rapidement selon la Commission Européenne

Boursorama26/02/2015 à 16:13

Les discussions entre Paris et la Commission européenne sur le niveau du déficit structurel français ne seraient toujours pas terminées.

Certes, la France vient d'obtenir un délai supplémentaire de la part de la Commission européenne pour retourner à un déficit global inférieur à 3% du PIB. Cependant, la même Commission demanderait toujours une économie de 4 milliards d'euros à la France d'ici 3 mois pour des questions de déficit structurel.

De manière générale, la Commission européenne présidée depuis novembre 2014 par Jean-Claude Juncker se montre patiente et compréhensive vis-à-vis du déficit français. Evitant une sanction immédiate en novembre dernier lors de la validation de son budget 2015, la France va désormais bénéficier d'un délai supplémentaire pour rééquilibrer de quelques points de pourcentage son déficit budgétaire.

4 milliards manqueraient structurellement à l'appel

Et pourtant, la Commission sait toujours hausser le ton lorsqu'elle considère que cela est nécessaire. De fait, le déficit structurel de la France prévu pour 2015 ne passe toujours pas auprès de l'institution, qui estime que 4 milliards d'euros manquent toujours à l'appel.

En effet, pour retourner progressivement à un déficit soutenable, la Commission imposerait à la France de diminuer son déficit structurel. Pour l'année 2015, ce déficit serait déjà prévu en contraction de 0,3% par rapport à 2014 d'après l'examen de la Commission. Le chiffre est toutefois insuffisant pour l'institution, qui demande une contraction de 0,5% au lieu de 0,3%, correspondant à un différentiel de 4 milliards d'euros.

Si la France a échappé au courroux de Bruxelles en fin d'année dernière, tout n'est donc pas gagné. Selon Le Figaro, qui rapportait l'information en matinée, « la Commission vérifiera même dans trois mois (à partir de l'adoption de sa nouvelle recommandation) que cet effort a été fait ». Si ce n'est pas le cas, le risque d'une amende infligée par la Commission à la France pourrait resurgir.

Désaccord entre Paris et Bruxelles

À Paris, on ne remet pas en cause l'importance de diminuer de 0,5% le déficit structurel. Mais selon le gouvernement, le budget 2015 actuel inclurait déjà cette réduction, notamment grâce au pétrole bas et aux taux d'intérêts au plancher qui permettent au pays d'emprunter sur les marchés avec un faible coût. Mais pour la Commission, ces opportunités dont bénéficie Paris resteraient des réductions de coûts conjoncturelles et non structurelles. Bruxelles demanderait ainsi à Paris de présenter des mesures complémentaires pour assainir sa situation financière.

Or, les leviers disponibles du côté français sont limités. La promesse gouvernementale de ne pas augmenter les impôts d'ici la fin du mandat de François Hollande empêche le pays d'avoir pleinement recours au levier fiscal. Selon Christian Eckert, secrétaire d'Etat au budget cité par Le Figaro, le gouvernement « pourrait notamment décider des gels de crédits [ministériels] supplémentaires » pour résoudre une partie du problème.

Le Figaro soulignait néanmoins le défi que ces économies supplémentaires représenteraient pour l'Etat, qui pourrait être pénalisé par des recettes plus faibles que prévues avec la faible inflation (moins de TVA encaissée), ou d'autres éléments plus annexes qui pourraient impacter négativement les comptes publics. Il y a néanmoins peu de chances pour que ces arguments soient acceptés par la Commission pour faire preuve de davantage de laxisme. Les discussions tendues entre la France et l'organe exécutif de l'UE ne seraient donc pas terminées.

X. Bargue

61 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M2711013
    27 février16:22

    La solution ? Un impot sur la co..erie des membresde Bourso...

    Signaler un abus

  • gaia2011
    27 février15:39

    C'est toujours sympa de lire les conseils des yaka... Supprimer 1 million de fonctionnaires, ah ben tiens il y a 1 million de chômeur en plus comment ça se fait ? Faire appel à la Troika... c'est pas ce machin qui réussit l'exploit en diminuer le déficit public en détruisant 25% du pouvoir d'achat de la population ? Seule piste intéressante : la chasse aux évasions fiscales et la fin des royales cadeaux fiscaux pour les entreprises du CAC40...

    Signaler un abus

  • gendrefr
    27 février15:13

    deduction de la cotisation europeenne ou refus de payer leur amende racket de 1.8 milliards d'euros.

    Signaler un abus

  • M2766070
    27 février14:27

    tiens déjà, au lieu de courir Tapie, ils auraient couru parès le LCL y avait 2 millirds, Tapie QUE 403 millions; Donc la moitié , et ensuite si on reprends tout ce qui a été détourné par Guerini andrieu, et les impots de Thevenoud , on est pas loin du compte? s il en manque on appelle cahu zac, et le tour est joué... ouf

    Signaler un abus

  • M2766070
    27 février14:27

    tiens déjà, au lieu de courir Tapie, ils auraient couru parès le LCL y avait 2 millirds, Tapie QUE 403 millions; Donc la moitié , et ensuite si on reprends tout ce qui a été détourné par Guerini andrieu, et les impots de Thevenoud , on est pas loin du compte? s il en manque on appelle cahu zac, et le tour est joué... ouf

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.