Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer
Forum TOTALENERGIES
62,730 (c) EUR
-1,68% 
Ouverture théorique 62,730
indice de référenceCAC 40

FR0000120271 TTE

Euronext Paris données temps réel
Chargement...
  • ouverture

    63,500

  • clôture veille

    63,800

  • + haut

    63,660

  • + bas

    62,560

  • volume

    4 161 797

  • capital échangé

    0,17%

  • valorisation

    150 406 MEUR

  • dernier échange

    19.07.24 / 17:39:12

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    60,850

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    64,610

  • rendement estimé 2024

    4,98%

  • PER estimé 2024

    Qu'est-ce que le PER ?

    Fermer

    7,53

  • dernier dividende

    A quoi correspond le montant du dernier dividende versé ?

    Fermer

    0,79 EUR

  • date dernier dividende

    19.06.24

  • Éligibilité

    Qu'est-ce que le SRD ?

    Fermer

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer

    Qu'est-ce que le service Horaires étendus ?

    Fermer
  • Risque ESG

    Qu'est-ce que le risque ESG ?

    Fermer

    25,6 /100 (moyen)

  • + Alerte

  • + Portefeuille

  • + Liste

Retour au sujet TOTALENERGIES

TOTALENERGIES : Powell rehausse les taux attention aux actions

22 avr. 2022 07:48

Powell valide le scénario d'une remontée rapide des taux
* Cette perspective pénalise une nouvelle fois les actions
scénario d'une hausse de taux d'un demi-point début mai et d'une
série de relèvements supplémentaires par la suite.Après ces propos, les analystes de Nomura ont annoncé tabler sur des hausses
de 75 points de base en juin puis en juillet, ce qui constituerait la remontée
la plus rapide observée depuis 1994.
"À court terme, la Fed semble concentrée uniquement sur le retour des taux à
un niveau neutre d'environ 2,25%-2,50%", expliquent-ils.
Parallèlement, dans la zone euro, le scénario d'une première hausse de taux
en juillet continue de se renforcer au gré des déclarations de responsables de
la Banque centrale européenne (BCE).

15 réponses

  • 22 avril 2022 07:50

    Le marché pétrolier souffre une nouvelle fois de la perspective d'une
    remontée des taux comme des craintes de faiblesse persistante de la demande
    chinoise, et il se dirige vers un repli d'environ 4% sur la semaine.


  • 22 avril 2022 09:00

    Au vu de l'inflation à 8,5% aux USA et 6,8% en zone euro,  dont 7,3% en Allemagne, 4,5% en France.... c'était devenu inévitable. Reste à voir comment va se comporter TTE dans ce méli-mélo géopoltique et inflationiste avec un pétrole et le gaz toujours sur la corde raide.


  • 22 avril 2022 09:03

    oui excfp C ça que je surveille de près cette inflation rampante et évidemment le comportement de TTE


  • 22 avril 2022 09:06

    Perso , jai profité de ce matin pour renforcer car je reste persuadé que les besoins en énergie feront que TTe est incontournable, et si la baisse persiste jattendrai tranquillement les résultats et les dividendes.


  • 22 avril 2022 11:42

    Lénergie représente 4,36% de linflation zone Euro. Ça reste une inflation très concentrée pour le moment.
    Pas terminé vu que la Russie a donné comme objectif ce matin daller jusquen Moldavie.


  • 25 avril 2022 09:07

    J'anticipe sans doute un peu sur les prochaines enquêtes réalisées auprès des gérants de fonds, mais je pense être en mesure de vous révéler ce qu'ils répondront en majorité quand on leur demandera de citer leur plus grande crainte du moment. Je mets une pièce sur "la grosse bourde monétaire". Par le passé, les banques centrales ont déjà commis des erreurs, même parfois des séries d'erreurs. En 2022, elles n'ont pas vraiment d'autre choix que relever leurs taux pour éteindre l'incendie inflationniste qu'elles ont en partie alimenté. Au risque de détruire la dynamique économique. Peut-être qu'elles l'ont déjà commise cette bourde d'ailleurs, en laissant filer les prix trop longtemps. "Le résultat ne serait sans doute pas aussi abominable si les banques centrales n'avaient pas passé les dernières décennies à faire grimper les prix des actifs jusqu'aux niveaux grotesques d'aujourd'hui par leur incontinence monétaire", souligne le stratégiste de la Société Générale, Albert Edwards, dans un papier récent.
    J'explique ça parce que les investisseurs ont donné l'impression d'avoir pris conscience la semaine dernière que l'onde de choc des resserrements monétaires que la Fed s'apprête à accentuer ira bien au-delà de la simple contrariété pour les actifs les plus risqués. Certains financiers pensent que les autorités monétaires ont déjà perdu le contrôle de la machine infernale. Comme souvent, il faut éviter de tirer des conclusions hâtives à la moindre volte-face indicielle, un marché sur lequel officient déjà une kyrielle de prédicateurs à la petite semaine. Mais il faut aussi arrêter de nier les évidences : même si les banques centrales parviennent à reprendre l'ascendant sur les prix, les dégâts sont déjà considérables et les conséquences sociétales encore difficiles à quantifier (mais négatives, évidemment).

    Dans le dernier point hebdomadaire envoyé à ses clients institutionnels, Bank of America, dans un style télégraphique qui ne s'embarrasse pas de fanfreluche, parle d'un monde d'inflation extrême dans lequel les hausses de taux de 75 points ont remplacé celles de 25 points comme nouvelle normalité. Un monde dans lequel les gagnants séculaires des politiques ultra-accommodantes sont remplacés par ceux des politiques ultra-déflationnistes (ou comment les ressources de base prennent leur revanche sur la biotechnologie). Un monde de "Metacurse", de malédiction pour les réseaux sociaux (coucou Meta Platforms). Un mouvement qui a déjà commencé selon la banque, montre le graphique qui suit, qui compare sur un an un ETF de ressources naturelles (en bleu), un ETF de valeurs biotechnologiques (en rouge) et un ETF de valeurs numériques concentrées sur les médias sociaux (en vert).


  • 25 avril 2022 09:20

    Au final on achète quoi ? Et on garde quoi en portefeuille ?


  • 25 avril 2022 09:22

    l'énergie tous azimuts  pétrole,gaz, énergie renouvelable


  • 25 avril 2022 09:47

    D'autant plus que la hausse inévitable des taux, aura un effet assez limité sur l'inflation! 


  • 25 avril 2022 09:51

    oui car sinon on risque de le payer cher ou + cher ça n'arrangera pas tout le monde mais on ne peut continuer à faire flamber les prix pour les citoyens lambda il n'y a pas grand choix......


  • 25 avril 2022 09:52

    C'est la Chine qui fait baisser le pétrole et les MP ces derniers temps.
    Ils sont dans une gestion calamiteuse du Covid avec des vaccins inefficaces sur les variants, ça pourrait durer.
    Au passage, on peut signaler une nouvelle fois la suprématie de l'occident avec les vaccins et la tech. Ca va faire peut-être enrager nos décliniste, mais c'est ainsi, la recherche issue des pays non autocratiques est meilleure et surtout plus créatrice.

    Je renforce mon expos pétrole, mais le creux n'est peut-être pas encore passé.


  • 25 avril 2022 10:05

    je renforce aussi dans le pétrole et les autres énergies


  • 25 avril 2022 10:52

    Voici un outil qui vous montre les probabilités de hausse des taux d'intérêt: http://bit.ly/2XDMIeA. Je crois qu'il y aura des surprises et aujourd'hui les probabilités sont plutôt vers 0,75 à 1% le 4 mai.

    Pour ma part, je ne fais pas encore d'arbitrage en PEE , mais si les actions prennent un coup sérieux à la baisse, j'envisagerai de passer probablement une partie en FCPE obligations.

    Bonne journée.


  • 25 avril 2022 11:08

    J'ai commencé à renforcer !
    Tant mieux si on redescend un peu en dessous de 40.


  • 26 avril 2022 08:44

    OK MERCI EXCFP


Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer
Retour au sujet TOTALENERGIES

15 réponses

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.