1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les "macronistes" s'inquiètent des liens entre Ciudadanos et l'extrême droite
Reuters14/06/2019 à 17:58

    PARIS/MADRID 14 juin (Reuters) - Le gouvernement français a
mis en garde vendredi le parti espagnol Ciudadanos contre les
possibles "conséquences" des liens tissés entre son allié au
Parlement européen avec le mouvement d'extrême droite Vox. 
    Ciudadanos, troisième parti d'Espagne depuis les élections
nationales d'avril, et le Parti populaire (PP, droite) viennent
de conclure un accord avec le parti d'extrême droite Vox au
Parlement régional de la Communauté de Madrid et en Murcie,
provoquant un malaise dans le parti centriste.
    Le parti d'Emmanuel Macron, La République en marche, et
Ciudadanos font partie du même groupe centriste "Renouveler
l'Europe" ("Renew Europe") en cours de constitution au Parlement
de Strasbourg dans le sillage des élections de la fin mai. 
    "Au niveau local, les alliances avec l'extrême droite,
quelles qu'elle soient, ne correspondent pas à nos valeurs. Les
conséquences sont à prendre au niveau du groupe" Renouveler
l'Europe, a déclaré à Reuters un membre de l'entourage de la
secrétaire d'Etat française aux Affaires européennes, Amélie de
Montchalin.
    Des propos qui font écho à ceux d'Amélie de Montchalin,
citée par le quotidien espagnol El Pais : "Les alliances avec
l'extrême droite ne sont pas une option et les conséquences
éventuelles à tirer de cela appartiennent au groupe."
    Dans un court communiqué, Ciudadanos a fait savoir qu'il
collaborait étroitement avec le parti d'Emmanuel Macron et
émettait l'espoir que cela continue, sans faire directement
référence aux doutes exprimés par le mouvement français. 
    Dans le même temps, le leader de Vox, Santiago Abascal, a
pris pour cible Emmanuel Macron dans un message posté sur
Twitter, accusant le président français de "traiter l'Espagne
comme s'il s'agissait d'une province française", évoquant une
"interférence humiliante". 
    En avril, Vox est le devenu le premier parti d'extrême
droite d'Espagne et la force ultra-conservatrice la plus
représentée au Parlement national depuis la mort du dictateur
Franco, en 1975. 
    Créées pour empêcher la gauche de diriger une ville ou une
région, les alliances entre Vox, le PP et Ciudadanos témoignent
de l'éclatement du paysage politique espagnol. 
    Ciudadanos a fait savoir qu'il voterait contre tout
gouvernement dirigé par le socialiste Pedro Sanchez. 

 (Michel Rose et Elizabeth Pineau à Paris et Belén Carreño à
Madrid, édité par Yves Clarisse)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer