Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Emmanuel Macron

Emmanuel Macron (Crédit photo: Eric Feferberg / AFP)

Parti: La République En Marche
Age: 44 ans

Emmanuel Macron (Crédit photo: Eric Feferberg / AFP)

Parti: La République En Marche
Age: 44 ans

Diplômé de l'ENA en 2004, Emmanuel Macron commence sa carrière en tant qu'inspecteur des finances. En 2007, il est nommé rapporteur adjoint de la commission pour la libération de la croissance française, plus connue sous le surnom de «commission Attali». En 2008, il rejoint la banque d'affaires Rothschild & Cie, dont il devient associé-gérant en 2010.

Il participe à la campagne électorale de François Hollande en 2012. Le nouveau président de la République le nomme secrétaire général adjoint de son cabinet et en 2014, il est nommé ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique.

En 2016, il fonde et prend la présidence de son propre mouvement politique, baptisé En marche, et démissionne du gouvernement Valls. L'année suivante, il se présente à l'élection présidentielle et l'emporte au second tour face à Marine Le Pen, avec 66,1 % des suffrages exprimés. Et devient, à 39 ans, le plus jeune président français. Il n'est pas encore candidat officiellement déclaré pour la présidentielle 2022.


  • information fournie par AFP24.06.202221:39

    Le président Emmanuel Macron, qui a perdu la majorité absolue à l'Assemblée nationale, s'est dit "très confiant" vendredi de pouvoir bâtir des "majorités constructives", comme en Allemagne ou en Italie, avec "l'ensemble des partis de gouvernement". "Je crois que c’est ce que l’Italie comme l’Allemagne font et c’est ce que nous ferons, ce que nous ferons avec l'ensemble des partis de gouvernement, de pouvoir bâtir soit une coalition soit (des) accords sur des textes pour avancer sur un agenda clair", a-t-il déclaré à l'issue d'un sommet européen à Bruxelles

  • information fournie par Reuters24.06.202219:30

    PARIS, 24 juin (Reuters) - "L'avortement est un droit fondamental pour toutes les femmes" et doit être "protégé", a déclaré vendredi Emmanuel Macron en réaction à la révocation de l'arrêt Roe vs Wade aux Etats-Unis. "J'exprime ma solidarité avec les femmes dont les libertés sont aujourd'hui remises en cause par la Cour suprême des États-Unis d'Amérique", a ajouté le président de la République sur Twitter

  • information fournie par AFP Video24.06.202217:15

    Le président Emmanuel Macron, qui a perdu la majorité absolue à l'Assemblée nationale, se dit "très confiant" de pouvoir bâtir des "majorités constructives", comme en Allemagne ou en Italie, avec "l'ensemble des partis de gouvernement".

  • information fournie par Reuters24.06.202216:21
    7

    BRUXELLES (Reuters) - Emmanuel Macron s'est dit vendredi "très confiant", à l'issue du sommet européen de Bruxelles, dans la capacité du gouvernement français à bâtir des "compromis" avec l'Assemblée nationale, où il dispose de la majorité relative, disant croire "dans la bonne volonté des hommes et des femmes qui sont là pour représenter la nation". Le président a invité mercredi soir les oppositions à "clarifier" dans les 48 heures leur position sur la manière de "bâtir des compromis" pour sortir de l'impasse politique née des élections législatives

  • information fournie par Reuters24.06.202216:18

    (Actualisé avec autres citations) BRUXELLES, 24 juin (Reuters) - Emmanuel Macron s'est dit vendredi "très confiant", à l'issue du sommet européen de Bruxelles, dans la capacité du gouvernement français à bâtir des "compromis" avec l'Assemblée nationale, où il dispose de la majorité relative, disant croire "dans la bonne volonté des hommes et des femmes qui sont là pour représenter la nation". Le président a invité mercredi soir les oppositions à "clarifier" dans les 48 heures leur position sur la manière de "bâtir des compromis" pour sortir de l'impasse politique née des élections législatives

  • information fournie par Reuters24.06.202216:07

    BRUXELLES, 24 juin (Reuters) - Emmanuel Macron s'est dit vendredi "très confiant", à l'issue du sommet européen de Bruxelles, dans la capacité du gouvernement français à bâtir des "compromis" avec l'Assemblée nationale, où il dispose de la majorité relative, disant croire "dans la bonne volonté des hommes et des femmes qui sont là pour représenter la nation". (Rédigé par Sophie Louet, édité par Jean-Michel Bélot)

  • information fournie par Ecorama24.06.202214:00
    5

    La France pourra-t-elle échapper à un tour de vis budgétaire ? Le message subliminal envoyé par le Président lors de son allocution ce mercredi laisserait penser le contraire selon Franck Dedieu, directeur adjoint de la rédaction de Marianne. Ecorama du 24 juin 2022, présenté par David Jacquot sur Boursorama

  • information fournie par Boursorama avec Media Services24.06.202210:51
    10

    Plus de la moitié des Français souhaite qu'Élisabeth Borne démissionne. Près de deux tiers des Français estiment que la majorité relative obtenue par la coalition présidentielle aux élections législatives est "une bonne chose", selon un sondage Odoxa pour Le Figaro publié jeudi 23 juin

  • information fournie par AFP23.06.202221:59
    56

    L'opposition a renvoyé jeudi la balle dans le camp d'Emmanuel Macron, refusant l'idée d'un gouvernement de coalition, tout en souhaitant redonner au Parlement tout son rôle dans l'examen de textes "au cas par cas". "C'est lui qui est au pied du mur, pas nous (

  • information fournie par France 2423.06.202218:23

    Emmanuel Macron est aujourd'hui contraint. Le chef de l'Etat en appelle au compromis pour éviter les blocages

  • information fournie par France 2423.06.202215:07

    Les oppositions ont fraîchement accueilli l'allocution d'Emmanuel Macron mercredi soir qui, avant d'entamer ce jeudi un marathon international, les a enjointes à "clarifier" dans les 48 heures la manière de "bâtir des compromis" pour résoudre la crise politique née des élections législatives.

  • information fournie par AFP Video23.06.202212:23
    5

    "Ce n'est pas à l'opposition de faire un pas vers le président de la République", réagit le président par intérim du RN, Jordan Bardella, à Paris, au lendemain de l'allocution télévisée d'Emmanuel Macron. SONORE

  • information fournie par France 2423.06.202211:26
    1

    Les oppositions ont fraîchement accueilli l'allocution d'Emmanuel Macron mercredi soir qui, avant d'entamer ce jeudi un marathon international, les a enjointes à "clarifier" dans les 48 heures la manière de "bâtir des compromis" pour résoudre la crise politique née des élections législatives.

  • information fournie par France 2423.06.202211:18

    À la une du jeudi 23 juin, le premier discours d'Emmanuel Macron à l'issue des élections législatives décrypté par la presse française, l'imbroglio politique en Israël et le cinquantième anniversaire de l'un des plus célèbres footballeurs du monde, Zinedine Zidane.

  • information fournie par Reuters23.06.202211:03
    6

    PARIS (Reuters) - Plusieurs responsables de l'opposition ont dénoncé jeudi une intervention "à sens unique" d'Emmanuel Macron mercredi soir, refusant d'apporter un blanc seing à un gouvernement dont ils attendent désormais qu'il dise quelle politique il entend mener pour rassembler une majorité. Sortant de son silence trois jours après avoir perdu la majorité absolue à l'Assemblée nationale à l'issue des élections législatives, Emmanuel Macron a demandé aux partis d'opposition de "dire jusqu'où ils sont prêts à aller" pour bâtir "des compromis nouveaux"

  • information fournie par Reuters23.06.202210:38

    PARIS, 22 juin (Reuters) - Plusieurs responsables de l'opposition ont dénoncé jeudi une intervention "à sens unique" d'Emmanuel Macron mercredi soir, refusant d'apporter un blanc seing à un gouvernement dont ils attendent désormais qu'il dise quelle politique il entend mener pour rassembler une majorité. Sortant de son silence trois jours après avoir perdu la majorité absolue à l'Assemblée nationale à l'issue des élections législatives, Emmanuel Macron a demandé aux partis d'opposition de "dire jusqu'où ils sont prêts à aller" pour bâtir "des compromis nouveaux"

  • information fournie par AFP23.06.202210:03
    3

    La porte-parole du gouvernement Olivia Grégoire a assuré jeudi qu'Emmanuel Macron n'avait "pas fixé un ultimatum de 48 heures" à l'opposition dans son allocution télévisée, tout en écartant une coalition entre la majorité présidentielle et le RN ou LFI. "Je vais être très claire ce matin: il n'y a ni ultimatum ni question de 48 heures", a affirmé sur FranceInfo la porte-parole du gouvernement, niant que le chef de l’État ait mis la pression sur l'opposition en leur demandant de "clarifier" leur positionnement d'ici vendredi soir

  • information fournie par AFP22.06.202222:37
    53

    "Apprendre à gouverner différemment": Emmanuel Macron a pris acte mercredi des "fractures" montrées par le résultat des législatives et assuré vouloir "bâtir des compromis" avec ses opposants, les pressant de "clarifier" leur positionnement d'ici vendredi soir. Sa proposition de compromis, formulée dans cette allocution télévisée de huit minutes depuis l'Elysée qui était sa première réaction directe depuis dimanche, a été accueillie fraîchement par les oppositions, même si le chef de l'Etat a estimé qu'un gouvernement d'union nationale, hypothèse qu'il avait testée auprès de plusieurs dirigeants reçus mardi et mercredi, n'était "pas justifié à ce jour"

  • information fournie par Reuters22.06.202221:25
    6

    PARIS (Reuters) -Emmanuel Macron a pris acte mercredi du vote sanction des élections législatives contre sa majorité et souhaité que la France apprenne collectivement à "gouverner et légiférer différemment", tout en appelant les partis d'opposition à "dire jusqu'où ils sont prêts à aller" pour bâtir des compromis. Le président de la République, qui s'exprimait pour la première fois depuis le second tour des élections législatives, dimanche, qui a privé le camp présidentiel d'une majorité absolue à l'Assemblée nationale, a toutefois exclu l'hypothèse d'un gouvernement d'union nationale, "pas justifiée à ce jour"

  • information fournie par Reuters22.06.202221:22

    (Ajoute citations, réactions) PARIS, 22 juin (Reuters) - Emmanuel Macron a pris acte mercredi du vote sanction des élections législatives contre sa majorité et souhaité que la France apprenne collectivement à "gouverner et légiférer différemment", tout en appelant les partis d'opposition à "dire jusqu'où ils sont prêts à aller" pour bâtir des compromis. Le président de la République, qui s'exprimait pour la première fois depuis le second tour des élections législatives, dimanche, qui a privé le camp présidentiel d'une majorité absolue à l'Assemblée nationale, a toutefois exclu l'hypothèse d'un gouvernement d'union nationale, "pas justifiée à ce jour"