Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

France-La guerre des prix entre distributeurs se déplace sur d'autres terrains
information fournie par Reuters31/01/2019 à 16:48

    * Le seuil de revente à perte relevé de 10% le 1er février
    * Les enseignes baissent les prix sur leurs marques propres 
    * Promotions accrues dans l'hygiène-beauté ou les produis
ménagers
    * Les programmes de fidélité sont dopés 

    par Pascale Denis
    PARIS, 31 janvier (Reuters) - Pour rester compétitifs et
compenser les effets inflationnistes de la loi sur
l'alimentation, les distributeurs français ont choisi de porter
la guerre des prix sur d'autres terrains.
    Le deuxième volet de la loi "Egalim" visant à mieux
rétribuer les agriculteurs entrera en vigueur le 1er février
avec le relèvement de 10% du seuil de revente à perte (SRP),
niveau auquel les distributeurs vendent des produits à prix
coûtant.
    Il intervient un mois après l'encadrement des promotions
limitant les rabais à 34% en valeur et à 25% en volume.
    Si l'impact du relèvement du SRP reste encore largement
débattu, les distributeurs, eux, ont déjà pris les devants pour
défendre l'essentiel: le trafic dans les magasins et sur leurs
sites internet face au géant américain Amazon  AMZN.O , qui
grignote des parts de marché aux enseignes classiques.
    "La première bataille c'est celle du trafic, dans un marché
où la promotion joue un rôle très important et représente
environ 20% du chiffre d'affaires réalisé dans l'alimentaire",
souligne Yves Marin, associé au cabinet Bartle, en charge de la
grande consommation.
    Pour y parvenir, les enseignes multiplient déjà les
promotions sur les produits non alimentaires, comme les lessives
ou les produits de beauté, qui ne sont pas concernés par la loi.
    Elles ont aussi opéré des baisses de prix sur leurs marques
propres, comme Leclerc, qui a annoncé début janvier des
réductions sur 4.600 produits de sa marque Repère, à l'exception
des produits d'origine agricole, s'engageant "à maintenir cette
baisse tout au long de l'année".
    La démarche a été suivie par Intermarché, qui fait de même
sur plusieurs centaines de produits environ.
    D'autres misent sur leurs programmes de fidélité, comme
Carrefour  CARR.PA , avec des réductions à la clé sur 200
produits de grandes marques impactés par la loi.
    
    IMPACT INFLATIONNISTE DE 1% A 2%
    "Ainsi, les clients fidèles pourront voir leur pouvoir
d’achat préservé sur ces produits du quotidien", souligne le
distributeur.
    Le groupe dirigé par Alexandre Bompard proposera également
10% de réduction à ses porteurs de cartes sur 10.000 produits de
sa marque Carrefour.
    Après une baisse structurelle depuis plus de cinq ans, les 
marques propres, qui comptent pour moins de 30% des ventes
alimentaires de la grande distribution, devraient ainsi
reprendre des couleurs.
    Le relèvement du SRP touchera principalement les produits de
grandes marques comme le Nutella, le Nesquik, propriété de
Nestlé  NESN.S , ou le Ricard de Pernod Ricard  PERP.PA , sur
lesquels les enseignes misent pour attirer les clients dans les
magasins.
    Son impact inflationniste sur les prix est évalué en
moyenne, selon les modèles, entre 1% et 1,5%.
    Pour le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, la
hausse du panier moyen mensuel des Français sera limitée à 50
centimes d'euro par mois et touchera 500 produits sur 13.000
dans les supermarchés et 800 produits sur 20.000 dans les
hypermarchés.   
    "Il y a 4% des produits qui vont augmenter beaucoup, je le
regrette, j'aurais préféré que ça se fasse différemment", a-t-il
toutefois ajouté.
    In fine, pour les distributeurs, l'impact de la loi Egalim
devrait être neutre.
    "Les distributeurs n'engrangeront pas de profits
supplémentaires", estime Yves Marin.
    Car la consommation demeure faible et la concurrence féroce,
tandis que la menace d'Amazon oblige les acteurs traditionnels à
investir massivement dans leur digitalisation.

    <^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^
France-Guillaume dément toute flambée des prix liée à la loi
alimentation     
    ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^>
 (Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot)
 

Valeurs associées

Euronext Paris -3.03%
Euronext Paris -0.42%
Euronext Paris -0.47%
Euronext Paris -1.94%
Swiss EBS Stocks -1.02%
NASDAQ +0.28%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.