1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le secteur bancaire letton déstabilisé par deux scandales

Reuters19/02/2018 à 15:17
    * La banque ABLV accusée de blanchiment d'argent 
    * Elle réclame un soutien financier 
    * Le gouverneur de la banque centrale en détention 
    * Il est accusé de corruption 
 
 (Actualisé avec situation du gouverneur de la banque centrale, 
précisions) 
    par Gederts Gelzis 
    RIGA, 19 février (Reuters) - Le secteur financier de la 
Lettonie, un pays membre de la zone euro, a été déstabilisé 
lundi par l'appel à l'aide lancé par l'une des principales 
banques du pays accusée de blanchiment d'argent et par la 
détention du gouverneur de sa banque centrale, soupçonné de 
corruption. 
    La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé lundi avoir 
gelé les paiements de la banque lettone ABLV, dont la situation 
financière s'est brusquement détériorée après avoir été accusée 
par les Etats-Unis de violation des sanctions contre la Corée du 
Nord. 
    Le département du Trésor américain a réclamé mardi dernier 
des sanctions contre ABLV, la troisième banque de Lettonie, en 
l'accusant de laisser des clients traiter avec la Corée du Nord 
tout en versant des pots-de-vin à des responsables lettons pour 
qu'ils ferment les yeux sur ses activités.  
    "ABLV a institutionnalisé le blanchiment d'argent et en a 
fait un des piliers de son activité", accuse le FCEN, le Réseau 
de surveillance contre les délits financiers (Financial Crimes 
Enforcement Network), rattaché au département du Trésor, en 
établissant un lien entre certaines activités de la banque 
lettone et le programme nord-coréen de missiles balistiques. 
    La banque a rejeté ces accusations la semaine dernière en 
affirmant qu'elles se fondaient sur des informations non étayées 
et trompeuses. 
    La banque centrale lettone a accepté de fournir en urgence à 
ABLV 97,5 millions d'euros de liquidités mais les détails de 
cette opération n'ont toujours pas été finalisés et 
l'établissement n'a pas encore reçu ces fonds. 
    ABLV, qui affirme disposer de suffisamment d'actifs à 
fournir en garantie, a souligné qu'elle ne sollicitait pas un 
sauvetage financier mais seulement une aide temporaire. 
     
    ILMARS RIMSEVICS AURAIT RÉCLAMÉ UN POT-DE-VIN 
    Le système bancaire de la Lettonie, pays balte ayant acquis 
son indépendance de l'Union soviétique en 1991 avant de 
rejoindre la zone euro en 2004, est dominé par des 
établissements nordiques que côtoient diverss établissements 
lettons non cotés. 
    Dans un document détaillant ses accusations contre ABLV, le 
FCEN écrit que la dépendance du système bancaire letton à 
l'égard des comptes détenus par des étrangers l'expose à un 
risque accru d'activités illégales. Il estime que ces comptes 
abritent environ 13 milliards de dollars. 
    "Les activités bancaires des non-résidents en Lettonie 
permettent à des entreprises offshore, notamment des 
sociétés-écrans, de détenir des comptes et d'effectuer des 
transactions via les banques lettones", affirment les services 
du Trésor américain, qui soupçonnent des organisations 
criminelles et des responsables corrompus de tirer parti de 
cette situation. 
    "Des acteurs (de l'ancienne Union soviétique) transfèrent 
souvent leurs fonds via la Lettonie, fréquemment par le biais de 
structures juridiques complexes et interconnectées, vers 
diverses destinations bancaires afin de limiter la surveillance 
des transactions et de réduire la prise de risques sur les 
transactions", ajoutent-ils. 
    Dans une affaire distincte, les services lettons de lutte 
contre la corruption ont annoncé lundi le placement en détention 
au cours du week-end d'Ilmars Rimsevics, gouverneur de la banque 
centrale de Lettonie et à ce titre membre du conseil des 
gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE). 
    Ilmars Rimsevics est soupçonné d'avoir sollicité un 
pot-de-vin et son cas n'est pas lié à l'enquête relative à ABLV, 
ont dit les services anti-corruption. 
    "La procédure pénale vise la demande d'un pot-de-vin de pas 
moins de 100.000 euros", a déclaré à la presse Jekabs Straume, 
chef du Bureau letton de prévention et de lutte contre la 
corruption. 
    L'avocat d'Ilmars Rimsevics a refusé dimanche de préciser 
les soupçons pesant contre son client tout en qualifiant 
d'illégal son placement en détention. 
    Le gouvernement letton a accentué sa pression sur Ilmars 
Rimsevics pour qu'il démissionne. 
    "Je ne peux pas concevoir qu'un gouverneur de la Banque de 
Lettonie placé en détention pour une accusation aussi grave 
puisse continuer à travailler", a déclaré lundi le Premier 
ministre Maris Kucinskis. 
    La Commission européenne a déclaré lundi que le sort 
d'Ilmars Rimsevics relevait de la compétence des autorités 
lettones. 
 
 (Avec Balazs Koranyi à Francfort, Simon Johnson à Stockholm, 
Silvia Aloisi à Londres et Jan Strupczewski et Alissa de 
Carbonnel à Bruxelles 
Véronique Tison, Eric Faye et Bertrand Boucey pour le service 
français, édité par Wilfrid Exbrayat) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

193.53 +1.11%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.