Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

Sycomore Sélection PME R

5 864.030 EUR
-0.32% 

FR0011707488 - Sycomore Asset Management

OPCVM dernier cours connu au 19/07/2018
  • Fonds partenaires

    Oui - 0%

  • Éligibilité

    pea

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer
    pea-pme

    Qu'est-ce que le PEA-PME ?

    Fermer
  • Actif net (milliers EUR)

    30.06.18 / 135 650.05

  • + Alerte

    Créer une alerte sur le cours de la valeur Sycomore Sélection PME R

    Fermer
  • + Portefeuille

    Ajouter Sycomore Sélection PME R à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter Sycomore Sélection PME R à mes listes

    Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'Amérique s'éloigne de l'Europe (Sycomore AM)

Boursorama17/09/2014 à 16:40

Malgré une divergence entre les économies américaines et européennes, Sycomore AM entrevoit une poursuite de la hausse des marchés actions à moyen terme et une augmentation des fusions-acquisitions.

Selon Stanislas de Bailliencourt, responsable de l'allocation d'actifs chez Sycomore Asset Management, l'économie mondiale entre dans une phase nouvelle. L'Europe a besoin d'inflation tandis que les émergents deviennent des économies matures et que l'économie américaine redémarre en profondeur. Les problématiques divergent ainsi selon les continents.

Depuis quelques mois se dessinent les nouvelles lignes d'un monde divergent, souligne Stanislas de Bailliencourt. L'Europe et l'Amérique ne vivent plus dans le même contexte économique, aussi bien pour la croissance que pour la politique monétaire.

L'Amérique sur la bonne pente

Du côté américain, les Etats-Unis disposent d'une énergie à bas coût due à l'exploitation du schiste, permettant au pays de se rapprocher de l'autosuffisance énergétique. Finie l'époque où les tensions au Moyen-Orient faisaient grimper en panique les cours du pétrole. Dans la foulée, le continent se réindustrialise peu à peu. Le pays de l'oncle Sam bénéficie également du développement des grandes entreprises technologiques comme Google et Amazon qui créent de nombreux emplois et sont à la tête de l'innovation.

Dans ce contexte, Sycomore envisage une remontée très progressive des taux directeurs américains à partir de la mi-2015 alors que la BCE est dans la logique inverse.

L'Europe en quête d'inflation

Côté européen, le paysage est contrasté. La France est sujette à une activité manufacturière décevante et à une faiblesse des investissements réalisés dans le pays à cause de son manque d'attractivité pour les capitaux étrangers. L'économie du pays est néanmoins soutenue par la consommation des ménages qui reste toujours très solide. L'Allemagne est quant à elle sujette à une pression à la hausse sur les salaires (création récente d'un SMIC), qui pourrait se traduire par une plus forte consommation permettant de dynamiser dans sa foulée l'économie de la zone euro.

Selon Stanislas de Bailliencourt, l'Europe a besoin d'inflation. Le chiffre de 3% serait un bon équilibre s'il pouvait être atteint, ce qui est loin d'être le cas. Outre les avantages dus à la dévaluation de la dette et aux stimuli de la consommation, l'inflation éviterait surtout les problèmes dus au renchérissement du coût du travail. Dans un système où les salaires progressent de 2% par an alors que l'inflation est nulle, les charges salariales deviennent plus lourdes pour les entreprises qui embauchent ou investissent moins en conséquence.

Des émergents en mutation

Dans les pays émergents, on note un ralentissement relatif de la croissance chinoise, qui ne dépasse plus les 7% alors que la moyenne des pays émergents se situe à 4,9%. Toutefois en valeur absolue, le PIB du pays continue de croître à la même vitesse que dans les années d'avant-crise. Surtout, la Chine a désormais un modèle économique plus équilibré et mature qu'auparavant. Les importations rattrapent les exportations car la société chinoise consomme davantage, créant une économie plus stable et moins risquée. Le Brésil déçoit en revanche par l'arrêt total et inattendu de sa croissance. Le pays connaitra des élections en octobre dont les conséquences sur l'économie seront à suivre avec attention.

Perspectives et conseils d'investissements

Sycomore Asset Management a également présenté ses choix d'investissements dans ce nouveau contexte économique.

Avec des taux d'emprunts d'Etats extrêmement faibles, les OAT n'ont plus d'intérêt véritable. Sycomore se tourne ainsi vers l'achat de dette d'entreprise, souvent rémunérée à 3 ou 4% pour les grandes entreprises. Ce taux est ainsi intéressant pour investir avec un risque réduit alors que la monnaie ne se dévalue pas.

Du côté des actions, le marché européen resterait attractif. Certes, les multiples de valorisation sont déjà remontés et expliqueraient à eux seuls 60% de la hausse du marché actions depuis les plus bas atteints en 2009. Toutefois ces multiples restent assez bas et ont encore une bonne marge de progression. Dans cette même idée, les opérations de fusion-acquisition (notamment OPA) devraient se poursuivre et s'accentuer au cours des prochaines années.

Remarque intéressante : Stanislas de Bailliencourt fait remarquer que les cycles haussiers sur les marchés boursiers sont historiquement d'une durée de trois ans après le début du resserrement monétaire des banques centrales. Si la Fed remonte ses taux à partir de 2015 comme le prévoit Sycomore, la fin du cycle à long terme de hausse des marchés pourrait se terminer vers 2018.

Xavier Bargue

A lire aussi sur Boursorama :

Marché américain : Wells Fargo confiant pour l'avenir

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.