1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Heetch, la bête noire des taxis, sur le banc des accusés

Le Point08/12/2016 à 06:55

Heetch a été lancée en septembre 2013 et compterait quelque 500 000 utilisateurs.

L'audience de juin avait tourné court. Emportés par leur colère contre Heetch, des dizaines de chauffeurs de taxi étaient venus se constituer partie civile au procès de la plateforme qui se présente comme une appli mobile d'« autopartage » de nuit (de 20 heures à 6 heures du matin). Une stratégie improvisée par le collectif Taxis de France contraire à leur intérêt puisque cet afflux avait obligé la présidente du tribunal correctionnel à renvoyer le procès au 8 et 9 décembre, accordant de fait un sursis de près de six mois à la plateforme.

C'est donc ce jeudi que la bataille judiciaire va véritablement s'engager. Dans le camp des parties civiles, les syndicats de taxis et les chauffeurs individuels, qui dénoncent un exercice illégal de leur activité. Dans celui de la défense, deux dirigeants de la start-up érigée par certains en porte-étendard de « l'économie du partage » et qui serait victime du conservatisme et du corporatisme. Teddy Pellerin et Mathieu Jacob sont accusés par le ministère public d'exercice illégal de la profession de taxi, de pratique commerciale trompeuse et d'organisation illégale d'un système de mise en relation de clients avec des chauffeurs non professionnels?

Signe de l'extrême tension qui règne entre les deux : plus de 1 400 taxis se sont constitués partie civile. Tous réclament entre 1 euro et... 1,5 million d'euros de dommages et intérêts.

...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

93.17 +2.31%
38.66 +1.82%
1.13945 +0.24%
63.97 +2.45%
103.68 -0.02%

Les Risques en Bourse

Fermer