1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Sylvie Goulard en examen pour détournement de fonds publics
Reuters02/12/2019 à 16:10

 (Actualisé avec Banque de France § 4)
    PARIS, 2 décembre (Reuters) - Sylvie Goulard, éphémère
ministre et ex-candidate de la France à la Commission
européenne, a été mise en examen vendredi dernier pour
détournement de fonds publics dans l'affaire des emplois
présumés fictifs du MoDem au Parlement européen, a-t-on appris
lundi de source judiciaire.
    Ce dossier a déjà coûté cher, politiquement, à l'ancienne
élue centriste, qui a démissionné du ministère des Armées au
début du quinquennat d'Emmanuel Macron et a essuyé le mois
dernier un cinglant veto des eurodéputés dans la procédure de
nomination à la Commission, pour cette raison notamment. 
    Alors pressentie au poste de commissaire au Marché
intérieur, Sylvie Goulard a dû céder sa place à Thierry Breton.
 
    En revanche, "rien" dans les textes de loi ne l'empêche de
conserver ses fonctions de deuxième sous-gouverneure de la
Banque de France, dit-on au sein de l'institution.
    Sa mise en examen assombrit toutefois son avenir judiciaire
: en cas de procès, le détournement de fonds publics peut être
puni de dix ans d'emprisonnement et d'un million d'euros
d'amende.
    Le président du MoDem, François Bayrou, et la députée
Marielle de Sarnez sont également convoqués dans les prochains
jours en vue de leur mise en examen, rapportait Le Monde le mois
dernier.   
    La formation centriste est soupçonnée d'avoir mis sur pied
un système frauduleux lui permettant de rémunérer des
collaborateurs avec des fonds normalement dévolus au travail
parlementaire.

 (Simon Carraud avec Leigh Thomas, édité par Sophie Louet)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer