1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Brexit-La police britannique prête à pallier des désordres
Reuters04/04/2019 à 10:39

    LONDRES, 4 avril (Reuters) - La police britannique a appelé
la population à ne pas exacerber les tensions à propos du Brexit
et a annoncé être prête à intervenir rapidement pour faire face
à toute recrudescence de délits motivés par la haine si le
Royaume-Uni devait quitter l'Union européenne sans accord.
    Au cours des derniers mois, les services de sécurité ont mis
en place des protocoles sécuritaires prévoyant notamment le
déploiement de quelque 10.000 policiers pour répondre dans les
24 heures à des désordres étendus.
    Ces protocoles s'inscrivent dans le cadre du plan de
mobilisation nationale prévu en cas d'urgence.
    Les députés de la Chambre des communes ont adopté mercredi à
une très courte majorité un amendement demandant à la Première
ministre Theresa May de solliciter un report du Brexit afin
d'éviter une sortie de l'Union européenne sans accord au 12
avril.
    "Il y a des opinions très affirmées sur la sortie de l'UE et
souvent des débats animés et passionnés. Nous avons tous la
responsabilité de réfléchir attentivement et de faire preuve de
modération dans la manière dont on communique si on ne veut pas
exacerber les tensions", a déclaré Martin Hewitt, chef de la
police nationale britannique, dans un communiqué.
    Plusieurs parlementaires ont reçu des menaces de la part
d'extrémistes et certains ont été placés sous protection
policière. Trois ans après le référendum approuvant une sortie
du Royaume-Uni de l'UE, le divorce entre Londres et Bruxelles
n'est pas encore consommé.
    La police a déclaré ne pas s'attendre à des tensions
supplémentaires et a dit qu'elle était prête à faire face à
toute évolution des manifestations et des délits.
    "Pour l'instant, nous n'avons pas d'informations suggérant
qu'il y ait une augmentation des délits et des désordres mais
nous sommes bien préparés à répondre à tout problème qui
pourrait surgir", a dit le préfet Charlie Hall.
    Plusieurs partisans du Brexit ont fait savoir que si le
résultat du référendum de 2016 n'était pas respecté, cela
pourrait conduire à des violences.
    "Les événements nationaux et mondiaux peuvent
potentiellement déclencher de brèves poussées de crimes haineux
comme nous l'avons constaté après le référendum en 2016", a
ajouté Charlie Hall.
    Le nombre de ce type d'incidents a diminué depuis le
référendum mais il demeure supérieur à celui qui prévalait avant
le scrutin, rappelle-t-il.

 (Pierre Sérisier pour le service français)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer