Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer
Forum TOTALENERGIES
63,500 (c) EUR
+1,08% 
Ouverture théorique 63,200
indice de référenceCAC 40

FR0000120271 TTE

Euronext Paris données temps réel
Chargement...
  • ouverture

    63,530

  • clôture veille

    62,820

  • + haut

    63,940

  • + bas

    63,220

  • volume

    3 135 787

  • capital échangé

    0,13%

  • valorisation

    152 253 MEUR

  • dernier échange

    12.07.24 / 17:38:05

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    59,690

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    67,310

  • rendement estimé 2024

    5,03%

  • PER estimé 2024

    Qu'est-ce que le PER ?

    Fermer

    7,51

  • dernier dividende

    A quoi correspond le montant du dernier dividende versé ?

    Fermer

    0,79 EUR

  • date dernier dividende

    19.06.24

  • Éligibilité

    Qu'est-ce que le SRD ?

    Fermer

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer

    Qu'est-ce que le service Horaires étendus ?

    Fermer
  • Risque ESG

    Qu'est-ce que le risque ESG ?

    Fermer

    25,6 /100 (moyen)

  • + Alerte

  • + Portefeuille

  • + Liste

Retour au sujet TOTALENERGIES

TOTALENERGIES : Comprendre la dépréciation prise sur les activités en Russie

04 mai 2022 09:43

Les sanctions qui frappent la Russie depuis qu'elle a envahi l'Ukraine ont d'importantes répercussions pour les entreprises qui opéraient dans le pays, en particulier dans les énergies fossiles. TotalEnergies avait misé gros sur la Russie, notamment via les projets Yamal et LNG et Arctic LNG 2, ou les gisements de Kharyaga et Termokarstovoye.

Arctic LNG 2

Mais intéressons-nous plus particulièrement à Arctic LNG 2. La major française et ses partenaires ont lancé la décision d'investissement en 2019. Le projet, situé sur la péninsule de Gydan en Russie, se caractérise par une capacité de production de gaz liquéfié de 19.8 millions de tonnes par an. Le premier cargo de GNL Arctic LNG 2 devait prendre la mer en 2023. TotalEnergies détient une participation directe de 10% dans le projet, à laquelle s'ajoute une participation indirecte de 11.6% au travers de sa présence au capital de Novatek, opérateur principal de Arctic LNG 2. La participation économique globale de TTE dans Arctic LNG 2 est donc de 21.6%.

Compte tenu du nouveau contexte géopolitique, TotalEnergies a profité de la clôture de ses comptes du 1er trimestre 2022 pour provisionner un montant de 4.1 Mds$. Ce montant est très élevé, même s'il n'atteint pas les 25.5 Mds$ annoncés par BP Plc, qui a choisi de couper entièrement les ponts avec la Russie. Mais à quoi correspond-il au juste ?

Pour le comprendre, démarrons avec la slide n°5 de la présentation du 24 mars 2022 (Strategy, Sustainability & Climate). On comprend que la participation directe de TotalEnergies dans Arctic LNG 2 se traduit par 2.5 Mds$ de capitaux employés. Au-delà de cette exposition de 2.5 Mds$, TotalEnergies a accordé des garanties en sa qualité d'actionnaire au bénéfice des prêteurs pour couvrir sa quote-part de la dette dans le cadre des financements du projet. Sur Arctic LNG, cette exposition s'élève à environ 800 M$.


Exposition de TotalEnergies en Russie (source : slide n°5 présentation 23 mars 2022)
Exposition de TotalEnergies en Russie (source : slide n°5 présentation 23 mars 2022)



Cette slide de présentation est relativement importante puisqu'elle permet aux actionnaires de comprendre à quels niveaux le groupe est exposé en Russie. Ce sont ces différentes participations et engagements qui ont fait l'objet de dépréciations et provisions.

Distinguer provision pour dépréciation et provision pour risques et charges

Les provisions pour dépréciation à l'actif (appelées le plus souvent "Dépréciations"), constatent une perte de valeur accidentelle et non définitive d'un élément de l'actif. Elles se distinguent notamment des amortissements qui constatent une dépréciation irréversible. De plus, alors que seules les immobilisations peuvent être amorties, tous les éléments d'actifs sont susceptibles de se déprécier accidentellement et peuvent donc faire l'objet de provisions pour dépréciation.

Les provisions pour risques et charges sont quant à elles destinées à couvrir des risques identifiés et réels, relatifs à l'activité de l'entreprise, mais dont le montant et l'échéance sont incertains. Voyez ça comme une réserve destinée à anticiper des charges futures plus ou moins bien évaluées.

Traitements comptables

De l'argent toujours présent dans les comptes

Ces deux types de dotations aux provisions se traduisent par un poste de charges dans le compte de résultat et viennent réduire le résultat de l'entreprise (ainsi pour TTE le résultat net part du groupe passe de 8 977 M$ à 4 944 M$) alors que factuellement, l'argent n'est pas encore sorti des comptes du groupe (sans effet sur la trésorerie).

Le bilan doit rester équilibré

Sachant que le résultat net de l'entreprise (diminué par la présence des provisions) glisse, à la fin de l'exercice, au niveau des capitaux propres dans le bilan, il est nécessaire d'équilibrer celui-ci. Le mécanisme est différent s'il s'agit d'une dépréciation ou d'une provision pour risques et charges :

Dans le cas d'une provision pour dépréciation, l'équilibre s'opère par le fait que l'actif est diminué du même montant que la provision enregistrée au niveau des charges.
Dans le cas d'une provision pour risques et charges, l'actif ne bouge pas, c'est seulement au passif que l'équilibrage s'opère : la provision doit être perçue comme une nouvelle ressource et vient augmenter le passif de l'entreprise, ce qui a pour effet de neutraliser la différence entre le résultat net ajusté et le résultat net réel enregistré à la fin de l'exercice au niveau des capitaux propres.

La reprise des provisions

Ce qu'il est important de retenir, c'est que les dépréciations constatent une perte de valeur qui n'est pas définitive et que les provisions pour risques et charges peuvent être mal calibrées. Le contexte qui a amené l'entreprise à réaliser ces provisions peut changer et celle-ci devra donc agir en conséquence, c'est-à-dire reprendre partiellement ou totalement la provision ou bien augmenter cette dernière si la probabilité que le risque se matérialise augmente.

Par exemple, pour le cas des provisions pour risques et charges, il faut bien comprendre que la provision est passée lorsque le risque est fort probable, mais le montant que l'entreprise va devoir dépenser pour faire face à ce risque est seulement estimé, il n'est pas clairement défini. La date d'échéance de ce risque n'est pas connue non plus. A la fin de l'année si on suppose que le risque n'existe plus, on va reprendre l'argent qui est au passif et considérer qu'il s'agit d'un produit dans le compte de résultats. La provision va disparaître du bilan. Si les charges anticipées viennent en effet à être comptabilisées sur un ou plusieurs exercices ultérieurs, alors la reprise des provisions effectuées en 2021 par TTE permettra de neutraliser les charges correspondantes qui n'auront donc aucun impact sur les résultats des exercices en question.

Le cas de la provision de TotalEnergies

Dans sa publication, lorsque TotalEnergies parle d'une provision de 4.1 Mds$ il s'agit en réalité d'un mix entre dépréciations et provisions pour risques et charges. Le détail exact de ce qui a été pris en compte est cependant très difficile à obtenir, d'autant plus que ces 4.1 Mds$ ne concernent pas uniquement les activités de Arctic LNG 2 mais aussi d'autres actifs russes auxquels le groupe est exposé.

En gros la manœuvre comptable qu'a effectuée TTE consiste à assumer d'une part la perte de valeur de sa participation dans le projet (dépréciation) et d'autres part des dépenses qui n'ont pas eu lieu sur le trimestre mais qui ont de grandes chances d'être constatées sur les exercices à venir. Le point clef, c'est que TTE a enregistré ces provisions sur un trimestre particulièrement bon (ce qui réduit à l'occasion son assiette imposable) et a enveloppé cette manœuvre comptable dans une belle opération de communication. Le groupe pourra se servir de cette nouvelle ligne de ressources créée pour potentiellement absorber des lourdes charges sur un exercice qui pourrait être moins bon.

Le même genre de manœuvres comptables peuvent être effectuées lorsqu'il y a une restructuration d'un groupe. Ces nouvelles sont généralement bien accueillies par le marché quand le groupe arrive à les annexer à une belle publication, alors qu'il s'agit quand même de signaler aux actionnaires que des risques imprévus au départ sont en train de se matérialiser.

0 réponse

9 réponses

  • 04 mai 2022 09:59

    Excellent!


  • 04 mai 2022 10:04

    oui excfp j'ai bien aimé le résumé


  • 04 mai 2022 10:05

    Merci de l'éclairage ! Les choses vont sans dire...mais elles vont mieux en les disant ☺


  • 04 mai 2022 10:18

    MERci :)


  • 04 mai 2022 10:29

    Très clair.
    Qui en est l'auteur ? 


  • 04 mai 2022 11:26

    Etienne Monceau
    Analyste


  • 04 mai 2022 12:03

    Merci Gekko235 !
    Pour ma part, je viens de vendre mes actions à l'instant. Un gain d'environ 10% Encore merci TOTAL! 😊


  • 04 mai 2022 12:52

    Brillant


  • 05 mai 2022 13:26

    Un effort remarquable, merci.


Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer
Retour au sujet TOTALENERGIES

9 réponses

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.