Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

« Relance économique : la BCE en fait-elle assez ? » par Christian de Boissieu du Cercle des économistes

Boursorama26/01/2015 à 11:55

Le "quantitative easing" de la BCE, malgré son ampleur, ne pourra pas résoudre les problèmes de l'Europe à lui seul souligne Christian de Boissieu.

La Banque Centrale Européenne vient d'enclencher une opération de financement de l'économie 'non conventionnelle' sur le Vieux Continent. Le montant est plus élevé que prévu mais, selon Christian de Boissieu, cette mesure - nécessaire - ne sera pas suffisante.

Le QE (« quantitative easing ») de la BCE annoncé jeudi 22 janvier est tardif, conséquence des réticences allemandes et de la sous-estimation par la banque centrale du risque de déflation dans la zone euro. Mais il est impressionnant. Aucun analyste n'avait prévu  un tel paquet  de  1.140 milliards d'euros ; les prévisions étaient de l'ordre de 500 à 600 milliards étalés sur un an, alors que le programme  va durer au moins un an et demi.

On peut toujours faire des comparaisons et constater que notre QE ne représente que 12% du PIB de la zone euro, contre le double aux Etats-Unis ou au Japon. Mais comme  dit Morgan Stanley, il faut aussi tenir compte de la taille relative du marché-cible.

« Dernières cartouches »

La BCE tire là ses dernières cartouches. Avec le taux directeur proche de zéro, avec le  TLTRO (et  les deux premières opérations  décevantes), avec un taux négatif sur les facilités de dépôts, avec les rachats d'ABS et de « covered bonds » (désormais incorporés au  QE),  avec le QE et les achats mensuels d'obligations pour 60 milliards à partir de mars, on voit mal ce qui pourrait être ajouté ! Intervenir, non seulement sur le marché secondaire, mais aussi sur le marché primaire ? Pour les obligations souveraines, ce serait  violer la règle du « no-bail out » du traité de Maastricht qui interdit le financement direct des Etats par la banque centrale, s'exposer à une censure des tribunaux  et à un clash avec l'Allemagne. Pas question.

Efficacité incertaine sur l'économie réelle

L'efficacité de ce QE n'est pas garantie. Ce n'est pas parce que l'hélicoptère friedmanien va déverser sur la zone un tombereau de liquidités qu'elles vont mécaniquement financer l'économie réelle, à savoir  la consommation, l'investissement... L'impact sur le taux de change  joue depuis juin, et va se prolonger. Donc le canal du taux de change fonctionne, avec une limite probable : l'excédent courant de la zone  va fixer un seuil  au bienvenu  recul  de l'euro.

Le canal du crédit est plus incertain, et c'est là que va se jouer le sort du QE. Pour que les liquidités se transforment en crédit (qui, pris globalement, continue à reculer), en investissement, en consommation... il faut de l'envie et de la confiance chez les emprunteurs et les banques. Il faut aussi que la « jambe » réglementaire ne contrarie pas trop la « jambe » monétaire. Quant à faire remonter les anticipations d'inflation vers la cible de la BCE (juste en dessous de 2% d'inflation par an) afin de réduire les taux réels, cela prendra du temps. Inévitablement une part significative du QE viendra alimenter des bulles sur des marchés d'actifs.

« Nécessaire » mais « pas suffisant »

Le QE de la BCE est nécessaire, certainement pas suffisant, pour faire repartir l'investissement, la croissance, l'emploi, l'inflation. Ne pas tout demander à la politique monétaire ! Ce QE n'aura de portée que s'il est accompagné d'une mise en route plus  rapide que prévu  du plan Juncker en Europe, de mesures fiscales nationales supplémentaires en faveur de l'investissement productif et d'une accélération des réformes structurelles dans des pays comme la France ou l'Italie. Il est grand temps de combiner plusieurs impulsions reflationnistes, comme nous y invite le résultat des élections en Grèce.

Christian de Boissieu

Christian de Boissieu est vice-président du Cercle des économistes, professeur d'économie à l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne, professeur au Collège d'Europe à Bruges, et membre du Collège de l'Autorité des Marchés Financiers (AMF).

Ses principaux domaines d'expertise sont la monnaie ; la finance ; la banque ; les politiques économiques et l'intégration européenne.

Le Cercle des économistes a été créé en 1992 avec pour objectif ambitieux de nourrir le débat économique. Grâce à la diversité des opinions de ses 30 membres, tous universitaires assurant ou ayant assuré des fonctions publiques ou privées, le Cercle des économistes est aujourd'hui un acteur reconnu du monde économique. Le succès de l'initiative repose sur une conviction commune : l'importance d'un débat ouvert, attentif aux faits et à la rigueur des analyses. Retrouvez tous les rendez-vous du Cercle des économistes sur leur site.

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.