Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

« Quels écosystèmes pour l'innovation ? » par Françoise Benhamou du Cercle des économistes

Boursorama29/06/2015 à 13:58

Le cadre institutionnel propice à l'innovation doit être lisible et stable

« Et si le travail était la solution ? ». C’est le thème traité cette année aux Rencontres Economiques d’Aix en Provence, du 3 au 5 juillet. L’innovation tient une place importante dans la création d’emplois. A condition de prévoir un encadrement clair, explique Françoise Benhamou.

L’innovation est perçue comme une condition nécessaire mais non suffisante de la croissance économique. Nombre d’économistes – notamment Robert J. Gordon - s’inscrivent dans la lignée de l’analyse de Robert Solow, prix Nobel d’économie en 1987, qui soulignait que les ordinateurs sont partout, mais que leur effet sur la productivité ne se perçoit pas. Rejoignant ce qu’on a appelé « le paradoxe de Solow », ils contestent l’effet de la révolution des technologies de la connaissance sur la productivité et la croissance.

Une illustration : si inventifs soient-ils du point de vue de leurs modèles économiques et sociétaux, les développements de l’économie du partage détruisent des emplois sans déboucher à court terme sur de véritables gains pour la croissance. L’innovation est alors plus destructrice que créatrice. D’autres voies sont toutefois plus prometteuses, par exemple autour de l’Internet des objets. On doit alors se demander quelles sont les conditions requises afin de constituer des écosystèmes favorables à ces innovations.

Celles-ci sont de trois ordres. Premièrement, le cadre institutionnel doit être lisible et stable : qu’il s’agisse de normes environnementales ou sociales, ou encore de règles fiscales, les changements doivent être pesés et cohérents afin de ne pas perturber les paramètres qui président à l’élaboration des plans d’affaires. Deuxièmement, des sources de financements doivent être disponibles, pas seulement au démarrage, mais pour le développement de projets dont la deuxième phase est souvent celle des difficultés. Troisièmement, et c’est là la plus importante des conditions, des centres de recherche attractifs et bien dotés doivent accueillir des talents venus d’horizons divers, dont les formations et les disciplines interagissent : l’ingénieur doit pouvoir dialoguer avec le chercheur en sciences humaines comme avec le biologiste ou le médecin.

Ajoutons deux autres conditions : la capacité à intégrer la possibilité de l’échec est essentielle. L’aversion au risque du financeur bride la propension à innover ; bien peu d’initiatives sont vouées à la réussite et l’aptitude de l’écosystème à promouvoir les expériences les plus innovantes, au risque de l’échec, participe de la construction d’une économie nouvelle. Quant au rôle de l’Etat, il est loin d’être négligeable.

On peut mentionner l’exemple de la politique israélienne qui démarre dans les années 1990 avec une politique de recherche de pointe et la création d’un fonds d’investissement géré par des acteurs issus du secteur privé, doté de 210 millions de dollars dont 85% provenant de fonds public. Israël est le pays qui compte le plus de start-up par habitant (600 participations chaque année entre 2003 et 2012, 3500 entreprises technologiques actives – source : Knowledge@Wharton).

C’est sans doute dans l’invention d’un nouveau partenariat de ce type, entre un Etat facilitateur et la profusion des initiatives privées, que l’innovation est appelée à révéler des talents et à donner naissance à l’économie de demain.

Françoise Benhamou

 

Françoise Benhamou est professeur des universités. Dernier livre publié « Le Livre à l’heure numérique. Papier, écrans. Vers de nouveaux vagabondages » (Le Seuil).

Ses principaux domaines d’expertise sont l’économie de l’énergie et du changement climatique, l’économie de réseaux, l’économie des télécommunications, l’économie industrielle.

Le Cercle des économistes a été créé en 1992 avec pour objectif ambitieux de nourrir le débat économique. Grâce à la diversité des opinions de ses 30 membres, tous universitaires assurant ou ayant assuré des fonctions publiques ou privées, le Cercle des économistes est aujourd’hui un acteur reconnu du monde économique. Le succès de l’initiative repose sur une conviction commune : l’importance d’un débat ouvert, attentif aux faits et à la rigueur des analyses. Retrouvez tous les rendez-vous du Cercle des économistes sur leur site.

 

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.