1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Devenez membre - Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

«Les banques européennes : cette fois-ci une solution à la crise et pas une cause de la crise»
Le Cercle des économistes09/06/2020 à 09:40

Patrick Artus
Patrick Artus

Patrick Artus

Natixis

Chef économiste

https://www.natixis.com/natixis/jcms/j_6/fr/accuei

(Crédits photo : Pexels - Philipp Birmes)

Jugées responsables de la crise de 2008, les banques n'y sont pour rien dans le déclenchement de l'actuelle récession. Mais selon Patrick Artus, les grands établissements bancaires risquent de payer un lourd tribut au coronavirus 

De la mi-2007 à la fin de 2013, les banques européennes ont été une des causes de la crise des subprimes puis de la zone euro. A cette période, elles ont considérablement durci les conditions du crédit, aussi bien aux ménages qu'aux entreprises, ce qui a conduit à une contraction du crédit et à la récession.

Les banques européennes ont été touchées par les pertes réalisées sur les produits titrisés construits à partir des crédits immobiliers aux Etats-Unis, et par un mécanisme de contagion avec une défiance mondiale vis-à-vis des banques qui avaient considérablement accru leur coût de financement (les marchés financiers valorisaient une probabilité annuelle de faillite des banques à 0% en 2007, puis de 5% en 2011). En conséquence de cette crise bancaire, il y a donc eu dans la zone euro amplification du recul de l'investissement des entreprises (qui ne retrouvent qu'en 2015 leur niveau de 2007), et division par trois du niveau de la construction de logements entre 2007 et 2009. Il faut attendre 2014 et l'annonce de la politique monétaire non conventionnelle de la BCE pour que les conditions du crédit bancaire redeviennent normales dans la zone euro.

Des banques en situation de prêter

La situation est tout à fait différente aujourd'hui. Tout d'abord, les banques sont en situation de prêter. Les fonds propres des établissements au début de la crise du Covid permettent un accroissement de 90% de l'encours de crédit en respectant les règles prudentielles ; il n'y a pas de perte sur les actifs financiers détenus par les banques qui amenuisent leur capacité à distribuer du crédit.

Ensuite, les Etats de la zone euro ont compris qu'ils pouvaient utiliser le lien entre les banques et les entreprises pour soutenir l'économie. Les banques commerciales distribuent les prêts garantis par les Etats ou les banques publiques, en sachant analyser les besoins et les risques de leurs clients.

Le contraste avec la situation américaine est ici intéressant. Aux Etats-Unis, même les entreprises de taille moyenne se financent essentiellement sur le marché obligataire (du High Yield) ; certes la Réserve Fédérale achète des obligations High Yield et a créé un programme d'achats de prêts aux PME. Mais on observe que la transmission de ces programmes aux entreprises est beaucoup moins bonne aux Etats-Unis, avec un financement essentiellement de marché aux entreprises, que dans la zone euro, avec un financement essentiellement bancaire des entreprises, en l'absence du relais des banques aux Etats-Unis. On attend ainsi un taux de défaut montant jusqu'à 10% sur les entreprises moyennes aux Etats-Unis, seulement jusqu'à 6% dans la zone euro.

De nombreux défis demeurent

Utiliser le canal du crédit bancaire pour soutenir les entreprises est donc efficace. Il reste cependant de nombreux défis.

D'abord, malgré les mesures de soutien, les faillites d'entreprises vont se multiplier, ce qui va dégrader progressivement la situation des banques. Ensuite, même si les entreprises passent cette crise grâce aux prêts garantis par les Etats, elles vont, après la crise, être beaucoup plus endettées, donc beaucoup moins aptes à investir et à créer des emplois ; il faudrait donc, dans un second temps, être capable de transformer ces prêts bancaires en fonds propres ou en quasi-fonds propres.

Enfin, le modèle économique des banques européennes, avec des fonds propres de très grande taille, s'est révélé efficace puisqu'il permet aux banques de prêter dans une récession avec des ajustements mineurs dans la régulation. Mais il faut comprendre qu'il génère un modèle d'intermédiation coûteuse, puisque les banques supportent un coût élevé qui est le besoin de rentabiliser ces fonds propres de grande taille.

9 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • nayara10
    08 juin22:22

    ***Les banques européennes sont inso lvables. Les comptes sont justes maquillés habilement. ***Elles payent beaucoup d'impôts et parfois des taxes exceptionnelles ...La pire secteur de l'économie ,c'est le secteur Fonctionnariat .A lui seul ,il est plus qu'insolvable ,car renfloué toujours et encore plus ...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer