Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les aéroports de Nice et Lyon aiguisent les appétits

Reuters07/09/2015 à 19:23

LA PRIVATISATION DES AÉROPORTS DE NICE ET LYON AIGUISE LES APPÉTITS

par Freya Berry et Emiliano Mellino

LONDRES (Reuters) - De nombreux investisseurs, français comme étrangers, se préparent à participer à la privatisation des aéroports régionaux de Nice-Côte d'Azur et de Lyon-Saint Exupéry, ont dit à Reuters des sources proches du dossier.

Comme le prévoit la loi Macron pour la croissance et l'activité, promulguée début août, le gouvernement va mettre en vente les participations de 60% qu'il détient au capital de chacun des deux aéroports.

Ces deux nouvelles privatisations interviennent après la cession, en fin d'année dernière et pour 308 millions d'euros, de 49,9% du capital de l'aéroport de Toulouse-Blagnac au consortium chinois Symbiose dont la candidature avait provoqué une vive polémique parmi les élus locaux.

Avec ses 11,7 millions de passagers l'an dernier, l'aéroport de Nice, premier aéroport régional français, est le plus convoité par les repreneurs potentiels. Selon des sources proches du dossier, il pourrait être valorisé à environ 1,5 milliard d'euros.

Ces mêmes sources estiment que la valorisation de Lyon-Saint Exupéry, le deuxième aéroport régional avec 8,5 millions de passagers, pourrait quant à elle atteindre quelque 900 millions d'euros.

A ces niveaux de valorisation, les repreneurs potentiels devront débourser au moins 900 millions d'euros pour prendre le contrôle de l'aéroport de Nice et quelque 540 millions pour celui de Lyon.

Selon des sources, les ventes des 60% de Nice-Côté d'Azur et de Lyon Saint-Exupéry devraient être finalisées début 2016.

Ces sources s'attendent aussi à ce que les cahiers des charges accompagnant les appels d'offres exigent explicitement des candidats qu'ils aient de solides expériences ou expertises dans le secteur aéroportuaires.

Sollicitée, l'Agence des participations de l'Etat (APE), qui pilote les deux projets de privatisation, n'a pas souhaité faire de commentaires.

LES BANQUES D'AFFAIRES EN COURS DE RECRUTEMENT

L'italien Atlantia, l'opérateur de l'aéroport de Rome, et le groupe d'investissement australien Macquarie font, selon les sources, partie des prétendants, tout comme l'aéroport de Singapour, le fonds Global Infrastructure Partners (GIP), qui contrôle l'aéroport London City, ainsi que le fonds Industry Funds Management qui détient des participations minoritaires dans les aéroport de Vienne et de Manchester.

Les groupes espagnols Ferrovial et Aena, le groupe Malaysia Airport songent aussi à se porter candidats, ajoutent les sources.

Les différents prétendants cités par les sources n'ont pas souhaité commenté ces informations ou n'ont pas répondu dans l'immédiat aux sollicitations de Reuters.

Côté français, le groupe de BTP et de concessions Vinci se prépare à participer aux appels d'offres au sein d'un consortium avec la Caisse des dépôts (CDC) et l'assureur Predica, filiale du groupe Crédit agricole.

Aucun des trois groupes français n'a souhaité faire de commentaire.

Candidat malheureux au rachat de la participation de l'Etat au capital de Toulouse-Blagnac, le groupe ADP a réaffirmé son souhait de participer à la privatisation de Nice-Côte d'Azur mais reste réservé pour l'aéroport de Lyon en raison de risques de conflits d'intérêts.

Le fonds spécialisé dans les infrastructures Cube entend lui aussi participer aux enchères pour Lyon au sein d'un consortium avec l'aéroport de Genève.

Deux fonds de pension canadiens, celui des enseignants de l'Ontario et le Canadian Pension Plan (CPP), seraient aussi intéressés, tout comme les fonds souverains d'Abou Dhabi ou de Singapour

L'APE a déjà lancé fin juillet des appels d'offres pour mandater les banques d'affaires qui seront chargées de conseiller le gouvernement.

Les offres des banquiers d'affaires sont attendues avant la date butoir du 10 septembre.

(Matthieu Protard pour la version française, édité par Gilles Guillaume)


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.