1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La Grèce veut réduire de €30 mds les créances des banques
Reuters18/09/2019 à 18:54

    ATHENES, 18 septembre (Reuters) - La Grèce espère obtenir
prochainement le feu vert des autorités de l'Union européenne au
lancement d'un système de garanties publiques visant à aider ses
banques à se décharger de 30 milliards d'euros de créances
douteuses, a-t-on appris mercredi de plusieurs sources bancaires
impliquées dans le projet.
    Les banques grecques sont handicapées par quelque 80
milliards d'euros de créance à risques depuis la crise
financière qui a ébranlé le pays et fait chuter d'un quart
l'activité économique. Réduire ce fardeau leur permettrait
d'augmenter les volumes de prêts aux entreprises et aux ménages
et d'améliorer leur rentabilité.
    Pour favoriser ce processus, le nouveau gouvernement
conservateur au pouvoir à Athènes compte sur le dispositif
Hercules Asset Protection Scheme (HAPS), qui vise à favoriser la
titrisation des créances douteuses sous forme d'ABS
(asset-backed securities).
    Il permettrait de créer des véhicules financiers ad hoc
(special purpose vehicles, SPV) qui émettraient des obligations
bénéficiant de la garantie de l'Etat pour leurs tranches senior.
    "Il s'agit d'un dispositif qui devrait débarrasser les
bilans des banques d'environ 30 milliards d'euros de prêts
douteux. Il serait volontaire mais les banques se sont engagées
à y participer", a dit l'un des banquiers.
    Les autorités grecques espèrent que le projet obtiendra
prochainement l'aval formel de l'autorité de supervision
bancaire européenne, qui dépend de la Banque centrale européenne
(BCE), et que les autorités de la concurrence à Bruxelles n'y
verront pas une entrave à la concurrence.
    Les créances douteuses représentaient 45,2% de l'encours
global de prêts des banques grecques fin mars alors que
l'objectif du secteur est de le ramener sous 20% d'ici la fin
2021.
       

 (George Georgiopoulos; Marc Angrand pour le service français)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer