Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Intelligence artificielle, faut-il prendre ses profits sur Nvidia ?
information fournie par Le Cercle des analystes indépendants 02/06/2023 à 11:50

François d'Hautefeuille
François d'Hautefeuille

François d'Hautefeuille

Evariste Quant Research

Cofondateur & président

https://www.evariste-quant-research.com/

Nvidia Voyager (crédit photo : Nvidia /  )

Nvidia Voyager (crédit photo : Nvidia / )

L'action Nvidia a monté de 40% la semaine dernière et de 140% depuis le début de l'année. Cette performance stratosphérique est le marqueur financier de la révolution industrielle dans laquelle nous entrons. Avec l'économie verte, l'intelligence artificielle va sans doute modifier en profondeur notre économie et donc nos sociétés. Nous avons recommandé l'action Nvidia à l'achat dans notre article du 17 février 2023. Depuis, l'action est montée de 77% contre -3% pour le CAC 40. Faut il conserver les actions ou prendre ses profits ? Tel est l'objet de cette note.

Les actions super croissance, le « nec plus ultra » de la finance

Valoriser les valeurs de « super croissance » est la partie la plus profitable mais aussi la plus difficile de la finance. De fait, par définition, une valeur de super croissance voit son statut continuellement remis en cause par l'arrivée de concurrents, les limites de la croissance du marché, la règlementation et le progrès technologique. Il faut une capacité extraordinaire d'innovation pour maintenir une avance technologique et éviter la descente aux enfers des anges déchus (Nokia, Intel, …).

A lire aussi // pourquoi il faut acheter Nvidia

La difficulté majeure pour valoriser une action de super croissance tient au caractère intrinsèquement aléatoire de ses profits futurs. Qui peut anticiper avec précision un futur aussi incertain que celui de l'IA, une technologie en pleine explosion à la fois technologique et financière. Autant de questions cruciales pour comprendre l'avenir de nos sociétés, auxquelles seule l'intelligence collective du marché et non pas celle des plus grands esprits et des plus puissants cartels peuvent donner une réponse fragmentaire. Telle est la force et la magie du capitalisme qui arrive par la force du marché à trouver l'équilibre économique optimal d'allocation des ressources pour optimiser la création de richesse collective.

Il ne s'agit pas là simplement de mettre en exergue les principes fondateurs du capitalisme et de l'économie de marché, mais surtout de créer une rentabilité concrète pour l'investisseur. Certes, les valeurs technologiques font souvent peur à l'investisseur non averti. Quand elles font la une des médias, comme c'est le cas actuellement pour Nvidia, on craint souvent la création d'une bulle spéculative avec une forte correction comme le si fameux crash du Nasdaq en 2000 (baisse de 40% à la suite de l'explosion de la bulle internet).

Quel rôle pour l'IA pour valoriser les actions de super croissance ?

C'est là que l'IA en finance peut jouer un rôle si important et cela à deux niveaux. Tout d'abord, par un « chat gpt » financier, on peut créer des algorithmes « top down » qui vont analyser l'univers investissable et présélectionner les valeurs les plus susceptibles de performer. Mais une telle analyse peut et doit être complétée par une analyse « bottom up » qui va valider le scoring « top down » et permettre de choisir les meilleures valeurs. Par cette méthode, on peut identifier des pépites de marché avant leur mise en exergue par les médias. Ainsi, combien d'investisseurs sont conscients qu'Eli Lilly est la plus grande capitalisation boursière pharmaceutique et la valeur la plus performante du big pharma bien devant des monstres médiatiques comme Pfizer, Merck, ou Roche et Sanofi, etc…

Usque ascendat ?

Nvidia a-t-il atteint des niveaux spéculatifs ? Certes, aucune entreprise ne peut atteindre un taux de croissance de 140% de ses résultats quand elle est parmi les 4 premières entreprises mondiales et quand le taux de croissance de l'économie mondiale est autour de 3 à 4%. On a donc forcément un « re rating » de la valeur, c'est-à-dire un ajustement de son PE sur des niveaux plus élevés de croissance future des résultats.

Il faut donc compléter l'intelligence des experts par l'expertise de l'intelligence collective du marché. En France, l'intelligence du marché et de la finance a mauvaise réputation. On n'y voit qu'agiotage des spéculateurs dans un jeu sans création de vrai valeur industrielle et donc économique. Pourtant, ce sont bien les marchés qui ont toujours raison.

La question n'est donc pas si certaines valeurs value sont sous valorisées sur une base de « discount cash-flow ». On ne saurait douter que bien de telles valeurs le sont et le resteront ! Mais ces « laides endormies » sont-elles intéressantes à considérer quand le monde offre tant de valeurs de super croissance avec des perspectives bien plus prometteuses. C'est toute la force de l'allégorie de Keynes sur la fameuse « beauty contest » (concours de beauté) : la question n'est pas de savoir quelle est la plus belle femme d'un concours de beauté, mais laquelle sera sélectionnée par le jury dans son ensemble.

Quelle évolution des fondamentaux Nvidia ?

Nvidia vient de frôler les 1000 milliards de capitalisations boursière. Le cours a réagi aux annonces de nouveaux produits lors du salon technologique à Taïwan et des prévisions de chiffre d'affaires au deuxième trimestre en hausse de 60% à 11 milliards de dollars. Le concepteur de puces semble le mieux positionné pour capter la nouvelle demande liée à l'IA. Son CEO, Jen-Hsun Huang, un américano taiwanais, confirme l'adoption de ses produits par les géants de la tech (Amazon, Microsoft et Meta) pour faire face aux besoins exponentiels de calcul. D'autre part, la société a signé un partenariat avec WPP, leader mondial de la publicité pour travailler sur une plateforme d'IA générative 3D.

C'est dire combien le potentiel généré par le développement de l'IA est important aux yeux des investisseurs, et son impact se diffuse sur d'autres secteurs tel les big pharma à l'instar d'Eli Lilly qui adopte une stratégie d'alliances avec des startups en IA pour accélérer la recherche de nouveaux traitements.

Faut prendre ses profits sur Nvidia ?

Ces performances boursières nous incitent à poser la question sur les niveaux de valorisation.

Cours de l'action Nvidia et historique des estimations de profit.

Source : Bloomberg LLP et Evariste Quant Research. Bloomberg n'est pas responsable de cette analyse.

Source : Bloomberg LLP et Evariste Quant Research. Bloomberg n'est pas responsable de cette analyse.

On remarque que les profits anticipés de Nvidia ont été révisés à la baisse sur 2023 d'un plus haut à 6 USD mi 2022 à un final de 3.26 en 02/2023. Dans le même temps, les profits 2027 ont été révisé de 9.5 USD à 15 USD soit une hausse de 50% !

Si on regarde les PE forward ajustés sur le cours de 378 USD (contre 123 USD au début de l'année soit une performance de 140% !), on a un PE de 54 pour 2024 (378 USD divisé par 7.03 USD). Mais si les experts révisent leurs profits sur leurs anticipations historiques les plus basses, le PE 2024 attendrait 151 !!! Dans ce cas, on aurait certainement un effondrement du cours sur ses plus bas de l'année soit au moins 123 USD…

On peut chercher un niveau de valorisation par l'étude du PE forward 2027. Là encore, les anticipations de profit 2027 ont radicalement changé passant de 14.5 USD contre un plus bas de 8 USD fin 2022. Cela donne un PE forward de 26 pour 2027 et de 47 si on prend un stress scénario de révision à la baisse du profit estimé sur les plus bas historiques de 8 USD.
On est donc sur des valorisations sans doute déjà trop hautes pour acheter la valeur. Est-il pour autant temps de la vendre ?
Si on regarde le cours historique de Nvidia, on voit bien que l'action est particulièrement volatile. Ainsi, en 2020, le cours est monté de 700% sur l'année passant de 27 USD à 235 USD soit une multiplication par 7. Le PE 2020 était de 305 avec un prix de 235 USD pour des profits de seulement 0.77 USD et cela après des années de perte et de stagnation des cours.
Enfin et surtout, nous n'avons pas encore eu de signaux hebdomadaires IA de revente de l'action. Nous restons donc long mais nous ne recommandons pas d'acheter sur ces niveaux et plutôt de chercher d'autres pépites, par exemple dans la santé.

Conclusion

“Price is what you pay, value is what you get” (le prix est ce qu'on paye, la valeur ce qu'on reçoit). Cette maxime célébrissime de Warren Buffet est particulièrement importante pour valoriser une action hyper croissance comme Nvidia. L'étude historique et prospective des profits montre que les modèles classiques de « discount cash flows » (actualisation des profits futures) ne fonctionnent pas sur une action aussi difficile à valoriser. Les analystes financiers ne sont souvent pas capables d'anticiper la croissance future des profits d'une action aussi complexe en termes de technologie, de concurrence et d'appétence du marché.

Ceci se traduit par une volatilité extrême des profits anticipés et donc de la valeur. En fin de compte, c'est surtout l'intelligence collective du marché voire le « forward guidance » du management qui sont capables d'estimer une vraie valeur. Mais s'en remettre au marché et donc à la foule pour valoriser une action aussi exceptionnelle veut aussi dire spéculation, comportements de momentum et donc risque majeur de bulles financières. C'est la raison pour laquelle des outils d'intelligence artificielle sont si importants non seulement pour avoir le courage d'acheter mais aussi la rigueur de vendre de telles actions supersoniques.


Méthodologie de cette recherche action

Nous valorisons une action selon trois dimensions via un processus de filtrage « top down » adossé à une analyse fondamentale « bottom up ». Ces dimensions sont
1.    Définition d'un Univers d'Investissement GARP (Growth at Real Price) (actions de croissance à prix value)
2.    Scoring mensuel d'intelligence artificielle « top down »
3.    Validation fondamentale « bottom up ».

1.    Notre univers GARP repose sur l'identification d'un univers d'investissement d'actions de croissance long terme via des filtres quantitatifs sélectionnant des valeurs au sein de l'univers investissable (actions France soumises à des contraintes de liquidité).
2.    Le scoring intelligence artificielle identifie sur une base mensuelle au sein de cet univers de 100 actions multi caps environ 30 actions long term growth qui sont les plus attractives en termes de valorisation. Le but est d'identifier des actions growth à prix value, c'est-à-dire des actions dont le prix est attractif par rapport à la valeur long terme.
3.    Enfin, l'analyse fondamentale finale permet de valider l'ensemble du processus ci-dessus en focalisant l'effort de recherche humain et non pas machine sur des valeurs déjà pré sélectionnées via un empilement de filtres.

Evariste Quant Research est un cabinet indépendant d'analyse et de recherche financière basée sur des solutions d'Intelligence Artificielle appliquées à la gestion d'actifs. Mohamed Abdennadher est analyste financier chez Averoes Finance à Tunis.

Disclaimer.
Cette analyse financière n'est pas un conseil en investissement. Evariste Quant Research et leurs clients peuvent détenir des titres mentionnés dans cette analyse.

Valeurs associées

NASDAQ +0.08%

3 commentaires

  • 13 juin 23:23

    Que je me marre, les mêmes soit disant spécialistes de l an 2000, avant le crack. Ils racontaient n importe quoi. Fuir de toute urgence ces avis.


Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.