1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

GB/Indicateurs-L'inflation au plus bas depuis près de trois ans
Reuters13/11/2019 à 11:08

    LONDRES, 13 novembre (Reuters) - Principaux indicateurs
économiques britanniques publiés depuis le début du mois:    
    
    * L'INFLATION AU PLUS BAS DEPUIS TROIS ANS
    13 novembre - L'inflation au Royaume-Uni est revenue en
octobre à son rythme le plus faible depuis novembre 2016,
donnant ainsi un léger coup de pouce au pouvoir d'achat des
ménages avant les élections législatives prévues le 12 décembre.
    Les prix des biens et services payés par les consommateurs
ont augmenté de 1,5% sur un an en octobre après une hausse de
1,7% en septembre, en raison principalement d'une baisse des
tarifs de l'électricité et du gaz, a déclaré l'Office national
de la statistique (ONS). 
    Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en
moyenne une progression de 1,6%.
    La Banque d'Angleterre a annoncé le semaine dernière que
l'inflation devrait probablement reculer à 1,25% en début
d'année prochaine en raison de l'encadrement des tarifs de l'eau
et de l'électricité mais qu'elle devrait dépasser l'objectif de
2% d'en près de trois ans.
    L'inflation de base, qui exclut l'énergie, les carburants,
l'alcool et le tabac, est restée stable à 1,7% sur un an, comme
prévu par le consensus.
    Les prix du gaz ont chuté de 8,7% par rapport à septembre,
ceux de l'électricité de 2,2% en raison de leur plafonnement par
l'autorité de régulation du secteur. 
    Tableau:  
    
    * PLUS FORTE BAISSE DE L'EMPLOI DEPUIS 2015
    12 novembre - Les employeurs britanniques ont procédé sur le
trimestre juillet-septembre à des réductions d'effectifs d'une
ampleur sans précédent depuis plus de quatre ans, montrent les
statistiques officielles publiées mardi, qui suggèrent un
ralentissement du marché du travail à l'approche du Brexit. 
    Le nombre de personnes occupant un emploi au Royaume-Uni a
diminué de 58.000 à 32,753 millions. Ce recul est moins marqué
qu'attendu puisque les économistes interrogés par Reuters
prévoyaient en moyenne une baisse de 94.000 mais il est sans
précédent depuis la période mars-mai 2015.
    Le nombre de demandeurs d'emploi a parallèlement baissé de
23.000 à 1,306 million. 
    L'Office national de la statistique (ONS) précise que la
croissance des salaires, primes incluses, a ralenti à 3,6% sur
un an après 3,7% sur juin-août. Ce chiffre est inférieur à la
plus faible des estimations du consensus Reuters mais reste
proche de son plus haut niveau en dix ans. 
    Le taux de chômage a parallèlement reculé à 3,8%, son plus
bas niveau depuis 1975.
    Tableau  
    
    * BAISSE DE 0,3% DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE EN SEPTEMBRE
    11 novembre - La production industrielle au Royaume-Uni a
subi en septembre une baisse de 0,3%, plus marquée qu'attendu,
en raison du recul de l'activité dans le secteur manufacturier,
montrent les statistiques publiées lundi. 
    Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en
moyenne un recul de 0,2% seulement. 
    La production manufacturière a baissé de 0,4% par rapport à
août alors que le consensus la donnait en repli de 0,3%
seulement. 
    Sur un an, la production industrielle accuse une baisse de
1,4% et la production manufacturière un recul de 1,8%.
    Tableau  
    
    * LA CROISSANCE A RALENTI À 1,0% SUR UN AN AU T3
    11 novembre - La croissance de l'économie britannique a
ralenti plus que prévu au troisième trimestre pour tomber, en
rythme annuel, à son plus bas niveau depuis près de dix ans, le
ralentissement économique mondial et les inquiétudes liées au
Brexit ayant affecté les investissements des entreprises et le
secteur manufacturier.    
    La croissance annuelle du PIB est ressortie à 1,0% contre
1,3% au deuxième trimestre et 1,1% anticipé par les économistes
interrogés par Reuters, a annoncé l'Office national de la
statistique (ONS) vendredi. 
    Il s'agit du chiffre le plus faible depuis le premier
trimestre 2010.
    
    
    
    * L'INDICE PMI DES SERVICES REMONTE À 50,0 en octobre 
    5 novembre - L'activité du secteur des services britanniques
a stagné en octobre, l'incertitude liée au Brexit se traduisant
par la raréfaction des nouveaux contrats, montrent mardi les
résultats de l'enquête mensuelle d'IHS Markit auprès des
directeurs d'achats.
    L'indice PMI sectoriel est remonté à 50, le niveau séparant
contraction et expansion, après 49,5 en septembre, alors que les
économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un
chiffre de 49,7. Les nouveaux contrats de services ont subi leur
plus baisse en six mois, précise l'enquête.
    Les PMI de l'industrie manufacturière et de la construction
continuant de refléter une contraction de l'activité, l'indice
regroupant l'ensemble des secteurs de l'économie, reste sous le
seuil de 50 pour le troisième mois consécutif, du jamais vu
depuis 2009.
    Les chiffres d'octobre sont cohérents avec une contraction
de 0,1% du produit intérieur brut (PIB), estime Chris
Williamson, économiste d'IHS Markit.
    
    * L'INDICE PMI MANUFACTURIER REMONTE À 49,6
    1er novembre - L'activité du secteur manufacturier au
Royaume-Uni a continué de se contracter en octobre mais à un
rythme moins marqué grâce à un mouvement de restockage des
entreprises avant l'échéance du 31 octobre fixée pour le Brexit,
finalement reportée, montre vendredi l'enquête mensuelle d'IHS
Markit auprès des directeurs d'achats. 
    L'indice PMI est remonté à son plus haut niveau depuis avril
à 49,6 après 48,3 en septembre, restant cependant sous le seuil
de 50 à partir duquel il traduit une croissance de l'activité. 
    Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en
moyenne un chiffre en baisse à 48,1 et l'estimation la plus
optimiste le donnait à 49,5.
    Les résultats de l'enquête montrent que les nouvelles
commandes restent orientées à la baisse dans leur ensemble même
si les commandes à l'export affichent leur plus forte croissance
depuis décembre. 
    IHS Markit note aussi que le secteur des biens d'équipement
souffre particulièrement du report des projets d'investissement
de nombreuses entreprises.
    
    Les indicateurs publiés en octobre  

 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer