1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

GB/Indicateurs-L'inflation a fortement ralenti en août
Reuters18/09/2019 à 10:59

    LONDRES, 18 septembre (Reuters) - Principaux indicateurs
économiques britanniques publiés depuis le début du mois:
    
    * L'INFLATION AU PLUS BAS DEPUIS DÉCEMBRE 2016
    18 septembre - Les prix à la consommation ont augmenté le
mois dernier à leur rythme le plus faible depuis décembre 2016,
soit un coup de pouce bienvenu avant le Brexit pour le pouvoir
d'achat des ménages britanniques, qui bénéficient déjà de la
plus forte croissance des salaires depuis onze ans. 
    Les prix des biens et services payés par les consommateurs
ont augmenté de 1,7% sur un an en août, après une hausse de 2,1%
en juillet, a déclaré l'Office national de la statistique (ONS).
Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne
une progression de 1,9%. D'un mois sur l'autre, le rythme annuel
de l'inflation a connu sa plus forte baisse depuis la fin 2014. 
    Ce ralentissement de l'inflation est principalement dû à une
baisse du prix des jeux vidéo et à une hausse moindre que l'an
passé du prix des vêtements à la fin des ventes estivales, a
déclaré Mike Hardie, statisticien à l'ONS. 
    Les prix de l'immobilier ont de leur côté enregistré une
hausse de seulement 0,7% en termes annuels, leur plus faible
progression depuis 2012, la faiblesse du marché londonien se
répercutant sur d'autres régions d'Angleterre. 
    
    * HAUSSE DES SALAIRES DE 4% MAIS L'EMBAUCHE RALENTIT
    10 septembre - Les salaires ont connu cet été leur hausse la
plus forte depuis la mi-2008 avec un taux de chômage revenu au
plus bas depuis le milieu des années 70.
    Mais les embauches ont été inférieures aux attentes et les
postes vacants sont au plus bas depuis la fin 2017, signe que
l'approche du Brexit rend les entreprises nerveuses.
    L'Office national de la statistique a annoncé mardi que la
hausse totale des rémunérations, soit primes incluses, a été de
4,0% annuels sur trois mois à fin juillet contre 3,8% sur trois
mois à fin juin. Cette hausse dépasse toutes les prévisions
d'une enquête Reuters auprès d'économistes.
    Hors primes, la hausse des rémunérations est de 3,8%,
conforme au consensus Reuters.
    Le taux de chômage est revenu à 3,8%, au plus bas depuis les
trois mois à fin janvier 1975.
    Le nombre de créations d'emplois a été de 31.000, bien
inférieur au consensus (53.000).
    
    Tableau:      
    
    * CROISSANCE PLUS FORTE QUE PRÉVU EN JUILLET, DE 0,3%
    9 septembre - L'économie britannique a affiché une reprise
plus forte que prévu en juillet, selon des données publiées
lundi par l'Office national de la statistique (ONS) qui
devraient apaiser les craintes de voir le pays entrer dans sa
première récession depuis la crise financière en raison du
Brexit.
    Le produit intérieur brut (PIB) est ressorti en hausse de
0,3% pour le seul mois de juillet par rapport au mois précédent,
sa plus forte hausse depuis janvier. Les économistes interrogés
par Reuters prévoyaient en moyenne une croissance de 0,1%.
    La croissance a été tirée par les services mais l'ONS note
un ralentissement dans ce secteur depuis le début de 2019.
    Même si la plupart des économistes s'attendent à une reprise
modeste de la croissance pour le trimestre en cours, une série
d'indicateurs a montré que l'activité avait été affectée par la
crise du Brexit, notamment en août. Ils évoquent le risque d'une
nouvelle contraction du PIB au troisième trimestre, ce qui
ferait entrer techniquement le pays en récession.
    L'ONS a précisé que le PIB avait stagné sur la période
mai-juillet par rapport aux trois mois précédents. Les
économistes attendaient en moyenne une contraction de 0,1% sur
un an.
    Par rapport à juillet 2018, le PIB a augmenté de 1,0%, alors
que le consensus qui était à +0,8%.
     Tableau du PIB  
     Tableau de la balance commerciale  

    Les indicateurs publiés en août  

 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer