Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Chute des marchés européens dans un contexte d'accumulation des doutes

Boursorama20/08/2015 à 18:32

Les marchés européens ont subi une nette contraction jeudi, le CAC40 perdant 2,06% à la clôture.

Les marchés européens ont de nouveau terminé dans le rouge vif jeudi, après une séance de mercredi ayant déjà ployé face au pessimisme ambiant.

Le CAC40 n’a cessé de s’enfoncer progressivement dans le rouge jeudi 20 août, cédant du terrain dans un climat de marché tendu à l’instar des autres grands indices boursiers européens. L’indice parisien a terminé en baisse de 2,06%, sous le seuil des 4.800 points. La veille, l’indice avait déjà perdu 1,75% dans un contexte de marché similaire à celui d’aujourd’hui. Même chose du côté du Dax allemand, en baisse de 2,34% jeudi après une précédente contraction de 2,14% mercredi.

La place de Paris a accentué ses pertes après 15h dans le sillon de Wall Street. Le marché américain a ouvert en baisse et semblait persister sur cette tendance en début de séance. Le Dow Jones perdait 1,3% à 17h35, lors de la clôture des principaux indices européens.

Les nouvelles mitigées effacent les rares raisons d’optimisme

Les marchés européens comme américains ne semblaient pas tant céder face à une nouvelle en particulier, mais plutôt face à un ensemble de récentes nouvelles mitigées, conférant aux investisseurs un sentiment de prudence, voire de défiance.

La baisse était, ce jeudi, de nouveau attribuée aux inquiétudes sur la Chine ainsi qu’à la politique monétaire de la Fed, cette dernière affichant toujours son intention de relever prochainement ses taux directeurs, sans que la date ne soit connue.

Pourtant, tout pousse progressivement à penser que la hausse des taux directeurs de la banque centrale américaine devrait être repoussée après septembre, contrairement à ce qui était anticipé précédemment. Bien que le dernier compte-rendu du FOMC, publié mercredi soir, ait laissé sceptiques les investisseurs sur les intentions exactes de la Fed, le courtier XTB notait jeudi qu’« à l’issue de la diffusion de ce communiqué, la probabilité d’une hausse des taux en septembre a chuté à 36%, contre 50% en début de semaine ». Cette probabilité est en effet régulièrement calculée en fonction des opinions émises par des gérants.

La perspective d’un recul d’une hausse des taux de la Fed n’a pas réussi à redonner du baume au cœur aux investisseurs, conscients d’un certain nombre de problèmes économiques qui touchent actuellement les grandes économies mondiales.

Les investisseurs s’interrogent de plus en plus sur la Chine

La Chine est de plus en plus présente au cœur de ces doutes. Peu de nouvelles sont venues de l’Empire du Milieu ce jeudi, mais l’accumulation de récentes nouvelles mitigées (marché boursier nerveux, dévaluation du yuan, industrie et exportations en berne), semble conférer à un nombre grandissant d’investisseurs le sentiment que le moteur chinois donne des signes de faiblesses.

Il semble par ailleurs encore difficile d’estimer dans quelle mesure ce ralentissement est susceptible, ou non, d'impacter à moyen terme les autres économies mondiales, mais ce risque semble être pris en compte avec de plus en plus de sérieux par les investisseurs.

Les doutes sur la Chine se reflètent également sur le marché des matières premières, dont les prix continuent globalement à se contracter, notamment en ce qui concerne le pétrole, au plus bas depuis six ans et demi. La contraction des prix du pétrole, bien qu’elle bénéficie aux pays importateurs (notamment occidentaux), accentue également les perspectives d’une très faible inflation mondiale cette année. Or, l'inflation zéro laisse plusieurs grandes économies occidentales toujours proches de la déflation.

L'Europe et les autres émergents laissent également quelques doutes

La conjoncture économique est par ailleurs morose dans un certain nombre de pays. En-dehors de la Russie et du Brésil qui subissent une période de récession et de forte inflation, la zone euro continue de laisser quelque peu sceptique. La récente salve de données semestrielles a montré que la croissance reste toujours fade sur le Vieux contient, après un premier trimestre qui avait semblé donner des signes de redécollage économique. Le cas français est représentatif de ce sentiment, avec un T1 où la croissance a progressé de 0,7%, suivi d’un T2 où la croissance a cette fois-ci été nulle.

Le plan de relance monétaire de la BCE (« quantitative easing »), débuté en mars dernier, ne semble pas parvenir à redynamiser l’économie européenne d‘une manière aussi nette qu’espéré.

Le règlement temporaire du dossier grec, suite à l’acceptation du plan d’aide de 86 milliards d’euros, ne semble pas rassurer spécialement les investisseurs, ou tout du moins, cette bonne nouvelle semble éclipsée par les nouvelles plus mitigées qui en réduisent la portée pour les investisseurs. La Grèce a pourtant bien remboursé les 3,4 milliards d'euros qu'elle devait ce jour à la banque centrale européenne (BCE), un soulagement pour la communauté financière qui s'était inquiétée dès la fin juin de cette importance échéance face à laquelle le pays ne semblait alors pas pouvoir faire face.

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Mes listes

valeur

dernier

var.

20.3 -0.98%
35.55 +1.77%
0.88 -1.84%
73.02 +0.55%
23.5 +0.36%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.