Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Wall Street toujours plus haut
Le Cercle des analystes indépendants07/11/2019 à 08:00

Eric Galiègue
Eric Galiègue

Eric Galiègue

Valquant Expertyse

Président

Porté par les espoirs d'accord commercial, Wall Street dépasse ses précédents records (Crédits photo : Pixabay - David Vives )

Voilà donc Wall Street au plus haut historique. Au terme d'un marché haussier qui n'en finit plus de durer, l'indice S&P 500 a dépassé le niveau des 3 000 points. 

Parcours du S&P 500 sur 20 ans. Source : FactSet

Finalement, c'est bien la tendances des bénéfices, à laquelle Wall Street est si sensible, qui guidé l'indice S&P 500, comme le montre le graphique ci dessus.

C'est un pied de nez à la saisonnalité qui veut que la période actuelle soit une des plus dangereuses pour les actions. C'est aussi un pied de nez au risque général, dont nous disons depuis 3 ans qu'il n'a cessé d'augmenter, jusque maintenant...le moment ou Wall Street fête son plus haut historique. La mécanique sous-jacente est bien connue : plus les risques augmentent, plus le système génère des anticorps, dont l'objectif est d'éviter que le risque devienne réalité. Les anticorps, c'est la liquidité surabondante qui a été injectée par les banques centrales et que la sphère financière exige toujours en plus grande quantité.

L'addiction est une pathologie clairement diagnostiquée : la situation actuelle du marché monétaire américain, qui a désormais besoin de béquilles fournies par la Fed, est un bel exemple concret. La Banque Centrale des USA prend en pension à une journée dans ses opérations de « repo », plus de 100 Mds$ de papiers divers et variés, pour s'assurer que les taux du marché monétaire ne flambent pas. Ce problème complexe de tuyauterie monétaire a été largement décrit, mais finalement le médecin reste au chevet du malade qu'est devenu le marché monétaire américain : la Fed a décidé de procéder à des achats de t-bills à hauteur de 60Mds$ par mois. Cette situation particulièrement inquiétante, puisqu'elle nous rappelle les débuts de la crise de notre propre marché interbancaire en 2007, a été causée, dit-on, par la conjonction de plusieurs phénomènes purement techniques. En fait, le secrétariat au Trésor américain par la voie de son patron, Steven Mnuchin, considère que les règles prudentielles qui s'imposent aux banques commerciales sont trop sévères, et stérilisent de plus en plus de liquidités. Mais le doute subsiste, qui justifie ce que l'on peut appeler un nouveau Quantitative Easing américain.

Si la liquidité est nécessaire au système bancaire dans ses opérations à très court terme, elle a aussi eu pour effet de faire baisser les taux obligataires à des niveaux particulièrement bas. La faiblesse de ces taux obligataires, associée à la grande disponibilité du crédit, est bien sur un moteur très puissant pour justifier la hausse des cours des actions. Toutes choses égales par ailleurs, la baisse des taux induit une baisse de la rentabilité attendue, ce qui mécaniquement gonfle la valeur et le prix des actions. L'autre phénomène, plus spécifiquement américain, est que la baisse des taux permet aux entreprises américaines de financer des rachats massifs d'actions, qui constituent un deuxième dividende. Plutôt que d'investir dans la sphère réelle et de contribuer à la croissance économique générale, les entreprises américaines préfèrent acheter leurs propres actions pour les annuler. Elles peuvent ainsi montrer une hausse du bénéfice par action, et donc, normalement et toutes choses égales par ailleurs, produire directement une hausse du cours. Le cas d'Apple, qui a publié récemment ses comptes trimestriels, est un exemple édifiant. La première entreprise du monde par la capitalisation boursière (qui dépasse 1100 Mds$), a en effet publié un bénéfice net trimestriel en masse à nouveau en baisse, alors que son bénéfice par action a progressé. Depuis 5 ans, il a progressé de 70%, alors que son bénéfice net en masse, a augmenté de 25%. Depuis début 2018, l'indicateur prospectif annuel du bénéfice par action a progressé de +11% alors que la bénéfice en masse (le numérateur) a baissé de 3,5%...

Evolution des bénéfices par action

Ainsi va la magie des taux bas et de ce monde d'hyper liquidité : elle transforme la baisse des profits en hausse du bénéfice par action. Elle transforme le risque en hausse du cours des actions. Et explique largement la hausse de Wall Street, qui demeure tirée par la progression du bénéfice par action et aujourd'hui, ne montre pas de signe de surévaluation au niveau du S&P en tous cas. Grace à l'hyper liquidité.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

5029.19 -0.20%
31.86 -11.48%
4.32 +3.47%
12.89 -1.06%
11.44 -9.35%

Les Risques en Bourse

Fermer