Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Vers un hard brexit dommageable pour tout le monde

Le Cercle des économistes20/03/2017 à 10:16

Vers un hard brexit dommageable pour tout le monde

 

La première ministre britannique, Teresa May, s’y est engagée : le processus officiel de sortie du Royaume-Uni de l’Europe sera enclenché avant la fin du mois de mars. Outre la dévaluation de la livre sterling déjà en cours, Philippe Trainar recense une série d’autres conséquences, jusqu’à la redistribution des cartes dans l’économie internationale.

Le Royaume-Uni a voté en faveur du « leave » par 52% contre 48%, ouvrant une période de grande incertitude économique et financière pour le pays. Contrairement aux électeurs, les experts ne voient guère les bénéfices économiques que le Royaume-Uni pourrait tirer du brexit. Les pertes économiques et financières sont potentiellement beaucoup plus importantes pour le Royaume-Uni que pour le reste de l’Union Européenne. En revanche, les pertes politiques sont probablement plus importantes pour les continentaux dont le projet européen est décrédibilisé et déstabilisé. Il est symptomatique que la plupart des candidats à l’élection présidentielle soient ou ouvertement opposés au projet européen ou sceptiques et, autant que possible, silencieux sur l’Europe et ses défis.

 

Il est de plus en plus clair que le brexit sera un « hard brexit » car un soft brexit ne satisfait aucune des contraintes politiques qui ont conduit au succès du « leave », notamment la fin du financement du budget européen, la fin de la libre circulation des personnes au sein de l’Europe et la remise en cause des principales régulations européennes. Un « hard brexit » s’analyse en un accroissement des barrières à l’accès, des biens et services britanniques, aux marchés européens, et aux marchés avec lesquels l’Europe a négocié des accords commerciaux plus favorables que les règles internationales en vigueur.

 

Ses conséquences se résument à une perte de 3 à 6% du PIB pour le Royaume-Uni et de 0,3 à 0,6% pour l’Europe continentale. La situation la plus coûteuse pour le Royaume-Uni correspond à la situation la moins coûteuse pour l’Europe continentale et inversement. La différence entre les deux scénarios dépend de la politique économique qui sera suivie. Si la politique monétaire britannique est suffisamment accommodante pour induire une dépréciation suffisamment forte de la livre, et si la politique budgétaire est elle-même suffisamment accommodante pour abaisser agressivement le taux d’imposition de l’IS, et plus largement des entreprises et du capital, alors le Royaume-Uni détournera à son profit une masse importante d’investissements directs et c’est le scénario le moins coûteux pour le Royaume-Uni et le plus coûteux pour l’Europe qui se réalisera.

 

Dans tous les cas de figure, le secteur financier britannique restera le grand perdant du brexit au profit de l’Europe continentale… ce qui ne veut pas dire que la France y gagnera dans la mesure où sa fiscalité, et ses lois sociales, y sont très peu attractives.

 

D’ores et déjà, la livre s’est dévaluée de 9%. Les exportateurs britanniques ont toutefois jusqu’à présent privilégié le redressement des marges par rapport aux gains de compétitivité, ce qui devrait limiter le redressement en volume des exportations. Si le Royaume-Uni souhaite absorber le choc du brexit, il va donc devoir non seulement poursuivre la dévaluation de la livre, mais aussi passer rapidement à la seconde étape de son plan combinant baisse agressive de la fiscalité sur les entreprises et négociation commerciale agressive sur les biens et services, notamment avec les Etats-Unis… à un moment où ceux-ci se ferment. Autant dire que le coût politique de cette négociation, en termes de perte d’indépendance du Royaume-Uni vis-à-vis des Etats-Unis risque d’être important. Guerre des monnaies, compétition fiscale internationale et redistribution des cartes géostratégiques sont donc plus que jamais à l’ordre du jour de l’économie internationale.

 

Philippe TRAINAR

Membre du Cercle des économistes

Professeur au CNAM - Chaire Assurance

Fondation SCOR pour la Science

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.