Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Sensorion : un accord transformant avec l’institut Pasteur
information fournie par Biotech Finances29/05/2019 à 18:08

La biotech a signé un partenariat stratégique avec l'Institut Pasteur dans le domaine des thérapies géniques ciblant les pertes de l'audition. (crédit : Adobe Stock)

La biotech a signé un partenariat stratégique avec l'Institut Pasteur dans le domaine des thérapies géniques ciblant les pertes de l'audition. (crédit : Adobe Stock)

Les discussions auront duré six mois. Elles ont abouti à la signature d'un accord majeur pour Sensorion : un partenariat stratégique avec l'Institut Pasteur dans le domaine des thérapies géniques ciblant les pertes de l'audition. Dans ce cadre, la biotech parisienne prend des options de licence exclusives sur plusieurs projets, dont deux sont en phase préclinique avancée, et obtient un droit de « première négociation » sur l'ensemble des programmes de recherche du prestigieux institut parisien de recherche médicale, dans le domaine des maladies génétiques de l'oreille interne.

L'unité de Génétique et Physiologie de l'Audition de l'Institut Pasteur, dirigée par le Professeur Christine Petit, par ailleurs présidente du conseil scientifique de Sensorion, est l'une des plus en pointe, dans le monde, dans la recherche sur les causes génétiques des surdités profondes. Dans un contexte de concurrence grandissante, dans le champ des maladies de l'oreille interne – outre-Atlantique, Decibel Therapeutics a levé 55M$ en juin 2018 et Akouas 50M$ en aout - Sensorion s'est rapidement positionnée comme partenaire potentiel pour les programmes très convoitées de l'Institut Pasteur. Les négociations ont officiellement débuté en novembre. « Ils ont été sensibles à notre expertise dans l'oreille interne, dont témoigne notre portefeuille de projets existants, et notre volonté de co-développer... et non de disparaitre avec les droits », explique Nawal Ouzren, CEO de Sensorion.

Des prochains résultats attendus

Le premier projet de thérapie génique concerne le syndrome de Usher de type 1, une pathologie qui touche 16.000 enfants entre l'Europe et aux États-Unis, provoquant une surdité dès la naissance et causée par la défaillance de plusieurs gènes. Le second vise les surdités engendrées par la mutation du gène DFNB9, codant pour l'Otoferline, une protéine chargée de la transmission du signal sonore au système nerveux (environ 30,000 enfants). L'institut Pasteur, qui mène actuellement les derniers essais chez l'animal, devrait passer la main dans les prochaines semaines à Sensorion. Une fois l'option exercée, la biotech parisienne lancera les derniers chantiers – toxicologie règlementaire, conception des essais cliniques, industrialisation, etc. – avant les premiers essais chez l'homme, d'ici deux à trois ans.

Bien avant cela, l'actualité de la société sera dominée par les prochains résultats cliniques, attendus au second semestre. Ceux de SENS-401 dans la perte auditive aiguë – des données intermédiaires de phase II portant essentiellement sur la sécurité - et dans la préservation de l'acuité auditive avec les implants cochléaire– des données précliniques cette fois - dans le cadre du partenariat avec le groupe australien Cochlear. Mais c'est surtout le verdict de la phase II, en cours avec SENS-111 dans la névrite vestibulaire – un « no-go », confesse Nawal Ouzren – qui sera le rendez-clé cette année. En effet, l'autonomie financière de la société ne dépasse pas six mois et SENS-111 est son seul actif valorisable...

...A moins que l'accord avec Pasteur ne suscite l'intérêt de nouveaux investisseurs. Une hypothèse plausible dans ce champs d'innovation, la thérapie génique, où les « deals »  se font à des prix vertigineux (rachat d'Avexis par Novartis pour 8,7 milliards de dollars en 2018, rachat de Spark par Roche en février, pour 4,7 milliards, rachat de Nightstar par Biogen pour 877 millions en mars). Et il concerne parfois même des sociétés françaises au stade préclinique, comme en témoigne l'accord entre la biotech française non cotée Vivet Therapeutics et le géant américain Pfizer d'un montant de 45M$ pour 15% du capital, en avril dernier. Une prochaine levée de fonds serait bienvenue pour Sensorion. Elle permettrait à la société de sortir de la précarité financière et de disposer d'un peu d'oxygène pour négocier un éventuel partenariat pour SENS-111. Elle démontrerait aussi que Sensorion a plus d'un actif valorisable dans son « pipe »

Biotech Finances - «Biotech Finances est un média spécialisé sur l'écosystème francophone des biotechs et des medtechs»

Valeurs associées

Euronext Paris 0.00%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.