Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Quelle monnaie d’après ?
information fournie par Le Cercle des analystes indépendants 23/07/2020 à 11:15

François d'Hautefeuille
François d'Hautefeuille

François d'Hautefeuille

Evariste Quant Research

Cofondateur & président

https://www.evariste-quant-research.com/

Les investisseurs doivent commencer à s'intéresser aux nouvelles opportunités offertes par les technologies blokchain pour diversifier et sécuriser leurs actifs. (crédit photo : Dmitry Demidko / Unsplash)

Les investisseurs doivent commencer à s'intéresser aux nouvelles opportunités offertes par les technologies blokchain pour diversifier et sécuriser leurs actifs. (crédit photo : Dmitry Demidko / Unsplash)

1. La crise sanitaire du coronavirus va sans doute accélérer la transformation numérique de l'économie financière du fait de l'augmentation du risque systémique de l'architecture financière classique.

2. La technologie blockchain permet d'étendre à la finance le concept de l'Internet comme système décentralisé, globalisé, à faible coût et sécurisé contre tout risque systémique.

3. Les titres numériques (« security tokens » tels le Jefferson Coin ™) sont appelés à se développer rapidement en parallèle des actifs numériques non réglementés (« unregulated tokens » : Bitcoin, Ethereum, …) et des monnaies numériques (« e-money tokens » obéissant à la directive européenne de monnaie électronique version 2).

Ces nouvelles technologies vont impacter d'une manière radicale la structure de la monnaie, des banques et des marchés financiers.

Les néobanques ? Révolution financière ou simple innovation marketing ?

Les néobanques comme Revolut, Bnext, N26, Monzo, Starling Bank et de fintechs tels Wirecard ont déjà fortement impacté la finance. Certaines ont déjà réussi à capter une clientèle importante via l'innovation de leur processus d'ouverture de compte, des frais réduits sur les paiements via carte bancaire, en particulier à l'international, et la possibilité de se connecter à des systèmes de paiement via téléphone portable comme Google Pay, Samsung Pay ou Apple Pay. Mais leur succès reste très fragile car elles sont pour l'instant davantage des « financial hubs » de type Amazon redistribuant leur base de clientèle « digital natives ». Étant donné le montant limité de leurs fonds propres, elles restent souvent adossées à des banques « classiques ». Elles n'ont souvent pas les fonds propres pour capter des montants d'épargne supérieurs à la garantie des dépôts et encore moins la possibilité de distribuer des prêts bancaires financés par leurs propres dépôts. Toutefois, certaines disposent déjà d'agrément bancaire propre. Ainsi, Revolut avec sa licence bancaire en Lituanie et bientôt au Royaume-Uni, risque bien de nous surprendre.

La faillite de Wirecard, le côté obscur des crypto technologies ?

La récente faillite de Wirecard est une illustration de la fragilité de certaines fintechs. Wirecard a été sans conteste un des plus grands succès fintechs. Sa capitalisation boursière a culminé autour de 25 Mds EUR soit plus que la Deutsche Bank (alors autour de 15 Mds EUR). Sa faillite semble liée à une fraude liée à la disparition de 2 Mds USD de liquidités via des comptes bancaires fantômes aux Philippines.

La capitalisation boursière de Wirecard a culminé en 2018 à 25 Mds EUR. Elle est désormais en faillite du fait d'une fraude. (Source : Bloomberg, Evariste Quant Research. Bloomberg LP n'est pas responsable de cette analyse)

La capitalisation boursière de Wirecard a culminé en 2018 à 25 Mds EUR. Elle est désormais en faillite du fait d'une fraude. (Source : Bloomberg, Evariste Quant Research. Bloomberg LP n'est pas responsable de cette analyse)

Source : Bloomberg, Evariste Quant Research. Bloomberg LP n'est pas responsable de cette analyse.

Le Bitcoin, vraie ou fausse néo monnaie ?

Le bitcoin est de loin la cryptomonnaie non réglementée qui a eu le plus de succès, aussi bien en termes de performances, d'encours (autour de 170 Mds USD à ce jour), de notoriété, et aussi de disruption technologique.
Nous restons prudents quant à l'utilisation du Bitcoin comme monnaie numérique et même comme placement financier. La volatilité du Bitcoin fluctue entre 60 et 100% soit entre 3 et 5 fois celle des actions. C'est donc un placement extrêmement dangereux à ne traiter que sur des montants très faibles (1.000 EUR de Bitcoin est l'équivalent du risque d'un portefeuille d'allocation d'actif de 10.000 EUR si on raisonne en termes de risque). Certes, la corrélation du Bitcoin avec les actifs financiers classiques est nulle et certains y voient donc un actif de décorrélation même pour certains institutionnels.

La cause majeure de la hausse fulgurante du Bitcoin a été l'innovation du « calcul distribué » via le problème du consensus « Proof of Work » et son « mining » soit la possibilité d'émettre de nouveaux Bitcoins en résolvant des algorithmes mathématiques extrêmement complexes et donc coûteux en termes d'énergie utilisée. Ce mining a été programmé en « organised scarcity » (rareté programmée) qui limite de plus en plus la possibilité de créer de nouveaux Bitcoins alors que la demande explosait du fait de campagnes de presse et aussi du vide juridique des autorités règlementaires et fiscales qui ont longtemps laissé ce marché se développer sans règlementation et sans taxation.

L'administration Trump (suivi par l'Europe) a freiné cette euphorie. Elle a mis en place des standards de connaissance clients plus stricts via la SEC. Elle a freiné un élargissement au grand public du marché des ETFs Bitcoins et autres. Enfin, elle a ajusté la taxation sur celle des autres placements financiers. Les premières règles véritables au niveau européen ne datent que de début 2020 via la 5ème Directive Anti-Blanchiment d'Argent.

Il est possible d’acheter des ETFs crypto dérivatives en bourse de Suède (Bitcoin Tracker) ou en Suisse (21 Shares). (source : Source : Bloomberg, Evariste Quant Research. Bloomberg LP n'est pas responsable de cette analyse)

Il est possible d’acheter des ETFs crypto dérivatives en bourse de Suède (Bitcoin Tracker) ou en Suisse (21 Shares). (source : Source : Bloomberg, Evariste Quant Research. Bloomberg LP n'est pas responsable de cette analyse)

La technologie « blockchain », voici l'innovation disruptive qui va révolutionner la finance !

La création du Bitcoin est aussi liée à une deuxième innovation bien plus importante et révolutionnaire pour le marché financier via la technologie blockchain. Cette technologie permet de traiter et de stocker les Bitcoins mais aussi n'importe quel type d'actifs numériques (actions, prêts, immobilier physique).
Cette technique de « partage de registre » (blockchain) est une technologie de rupture. Elle déstabilise la finance « ancienne » : banque (monnaie : money token ou crypto monnaies) ou gestion de l'épargne (security token), grâce à une prestation qui sécurise, crée la confiance et diminue les coûts. Elle est donc au cœur de la création de richesse par optimisation des mécanismes de marché.

Cette technologie de «registre distribué» est une architecture décentralisée qui s'assimile dans son ingénierie à l'Internet. Avec cette technologie, des « nodes » (nœuds informatiques) sont déployés dans le monde entier et participent à valider les transactions via différents algorithmes de consensus de calcul distribué. Ainsi, cette architecture financière numérique se construit comme alternative disruptive (« destruction créatrice ») aux marchés financiers classiques aussi bien en termes de bourse, de règlement livraison, de dépositaire, et même de signatures de contrats financiers attachés à ces transactions (connaissance client, contrats de prêts, etc…).

Concrètement, un investisseur pourra ainsi choisir de traiter des actifs financiers non plus via des marchés centralisés comme les bourses historiques ou électroniques, mais aussi via des marchés numériques centralisés et règlementés ou décentralisés.

Ces marchés numériques sont globalisés et de plus en plus sécurisés car cantonnés. Nous revenons donc à l'origine même du capitalisme comme système favorisant le libre commerce des idées, des biens et des services via des marchés plus décentralisés et mondiaux.

Un investisseur pourra aussi choisir de stocker ses placements non plus dans une banque dépositaire mais sur des comptes d'actifs numériques stockés sur la blockchain et dont les clés privées sont protégées dans une clé de sécurité crypto connectée à l'ordinateur.

La clé de sécurité crypto Ledger Nano X est développée par la société française Ledger de Vierzon, région Centre. Elle s'est imposée comme leader mondial dans les dispositifs de sécurité en « self-custody ». Ceci limite le risque de l'investisseur contre tout risque de crise financière. Cela peut aussi lui permettre de voyager facilement avec ses actifs numériques.

Cette technologie est aussi particulièrement importante pour traiter des Bitcoins et autres cryptoactifs. De fait, il y a eu un nombre important de fraudes dans la conservation des Bitcoins via des faillites retentissantes tels le crypto exchange Mt. Gox au Japon. Nous recommandons de ce fait de n'utiliser que :
- des crypto exchanges sérieux domiciliées aux USA comme Kraken et Coinbase, ou au Luxembourg (Bitstamp ayant fait un partenariat avec Ledger) ;
- des security token exchanges réglementés comme le SECDEX Exchange.

Quelle différence entre les e-money tokens et les security tokens ?

La plupart des cryptoactifs présents sur le marché sont actuellement des « unregulated tokens », soit des actifs numériques non réglementés. Nous anticipons un fort développement des « security tokens » (titres numériques). Ces titres numériques combinent la technologie blockchain avec des investissements financiers classiques (parts de fonds d'investissement).

Conclusion

1. Les investisseurs doivent commencer à s'intéresser aux nouvelles opportunités offertes par les technologies blokchain pour diversifier et sécuriser leurs actifs.

2. Nous recommandons une grande prudence dans les investissements sur les actifs numériques non réglementés Bitcoin, ethereum et XRP du fait de la grande volatilité de ces actifs et de la difficulté à les valoriser.

3. Les néobanques comme Revolut, Bnext, Monzo, Starling Bank et N26 sont intéressantes pour leur grande innovation technologique. Nous recommandons de limiter à moins de 100.000 EUR (montant de garantie de dépôts bancaires) tout dépôt bancaire dans ces néobanques.

4. Nous pensons que les security tokens vont révolutionner la finance dans les années à venir en ouvrant à tous l'accès à une banque numérique (crypto bank) sécurisée, globalisée et à faibles coûts.

Valeurs associées

66 678.69 USD NEXC -1.01%
3 455.29 USD NEXC -1.33%

3 commentaires

  • 30 juillet 17:52

    Mise à part les commentaires très négatifs de nos banquiers habituels comment connaitre la fiabilité de société comme MAN INVESTEMENTS qui propose des placements à terme 22,8 % sur un an pour 25000 €Internet les dézingue mais il y a quelque chose d'attirant quand même ??? Avez vous des infos conseils SVP


Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.