1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pourquoi et comment investir dans les cryptoactifs ?
Le Cercle des analystes indépendants23/01/2020 à 08:40

François d'Hautefeuille
François d'Hautefeuille

François d'Hautefeuille

Evariste Quant Research

Cofondateur & président

https://www.evariste-quant-research.com/

"Certains mettent en cause la raison d'être des cryptoactifs dans la mesure où leur valeur est souvent difficile à établir et semble plus reposer sur des phénomènes de spéculation que d'investissement. Cependant, on peut affirmer que les cryptoactifs apportent une vraie innovation au fonctionnement financier. " (Crédits photo : Pexels - Worldspectrum)

Les cryptoactifs sont des actifs financiers à part entière. Leur développement est inéluctable avec un impact difficile à anticiper sur les «monnaies fiat» traditionnelles.

Investir dans ces cryptoactifs peut être dangereux à de nombreux titres :
1. Très forte volatilité
2. Difficulté à analyser la valeur des actifs sous-jacents
3. Risque de fraude
4. Risque de faillite d'un intermédiaire financier

Il est possible de maîtriser ces risques via les techniques suivantes :
1. Investissement via des marchés régulés de cryptoactifs
2. Utilisation de courtiers internet reconnus 
3. Achat d'ETFs sur les marchés suédois, suisses et américains
4. Achat de fonds de cryptoactifs à gestion active
5. Achat d'un portefeuille électronique de cryptoactifs comme le Ledger Nano X

Quel avenir pour les cryptoactifs ?

La capitalisation de marché des cryptoactifs a augmenté fortement au cours des dernières années. Certains y entrevoient une simple bulle financière qui ne durera pas. D'autres, à commencer par les banques centrales, distinguent un changement majeur de la nature de la monnaie avec un impact potentiel à moyen terme sur les « monnaies fiat ».

Qu'est-ce qu'une « monnaie fiat » ?

Une monnaie fiat est une monnaie dont la valeur repose uniquement sur la confiance des détenteurs dans la capacité de la banque centrale à assurer la stabilité de la valeur de cette monnaie sur le moyen terme. Ce type de monnaie s'est imposé à la suite des accords de Bretton Woods négociés par Keynes en 1946. Il permet d'ajuster l'offre de monnaie en fonction de la demande de l'économie réelle. Il est au cœur de la stabilisation du cycle économique depuis 1945. La grande dépression de 1929 avait en effet mis en exergue les limites d'une monnaie uniquement indexée sur l'or. Rien ne garantit en effet que le stock d'or mondial augmente en ligne avec la demande de monnaie requise par la croissance mondiale.

Les cryptoactifs ont-ils un avenir ?

Certains mettent en cause la raison d'être des cryptoactifs dans la mesure où leur valeur est souvent difficile à établir et semble plus reposer sur des phénomènes de spéculation que d'investissement. Cependant, on peut affirmer que les cryptoactifs apportent une vraie innovation au fonctionnement financier. 
En effet :
1. La valeur de leur cours est souvent totalement décorrélée de celle des autres actifs financiers, en particulier des actions ;
2. La technologie blockchain de registre distribué qui est au cœur de leur fonctionnement s'affirme comme innovation disruptive pour les marchés financiers.

Performance comparée des principaux cryptoactifs avec une volatilité ajustée autour de 15%. Leur valeur se reprend à la suite du marché baissier de fin 2019. (source : Evariste Quant Research) :

Qu'est-ce qu'un cryptoactif ?

Un cryptoactif est un actif numérique qui n'est pas émis par une banque centrale mais par un émetteur privé. Le premier et le plus connu de ces actifs est le Bitcoin qui est émis non pas sur un marché organisé mais sur un marché totalement décentralisé constitué d'un grand nombre d'ordinateurs interconnectés. Ces ordinateurs spécialisés ont aussi un rôle de « banque centrale » pour créer de nouveaux Bitcoins via un mécanisme de « mining ». De fait, seule la résolution d'équations mathématiques très complexes permet de créer de nouveaux Bitcoins. La corrélation des cryptoactifs est relativement forte. Elle est par contre faible avec le S&P ou le change EURUSD. (Données journalières depuis 2018).

La corrélation des cryptoactifs est relativement forte. Elle est par contre faible avec le S&P ou le change euro-dollar. (Données journalières depuis 2018). (Source : Bloomberg, Evariste Quant Research. Bloomberg LP n'est pas responsable de cette analyse.)

Qu'est-ce que la « blockchain » ?

La blockchain est une nouvelle technologie qui permet de traiter un actif financier de manière décentralisée. Dans un marché classique, un teneur de registre centralise l'ensemble des transactions réalisées sur le marché. Dans un marché « blockchain », c'est l'ensemble des ordinateurs du réseau blockchain qui tiennent ce registre financier. Ce registre distribué permet de créer de nouveaux fonctionnements de marché moins coûteux, et ouverts à des actifs non éligibles aux marchés classiques comme les cryptoactifs.

Pourquoi le Bitcoin a-t-il eu tendance à monter ?

Une innovation majeure du Bitcoin est son mécanisme de rareté programmée « programmed scarcity ». De fait, les inventeurs du Bitcoin ont prévu dès sa création une limite au nombre maximum de Bitcoins qui pourront être créés. Or, la demande de Bitcoin a eu tendance à croître du fait du « hype » (phénomène de mode) sur ce type d'actifs financiers. Du fait de cette raréfaction croissante de l'offre de Bitcoin, certains analystes anticipent une forte hausse du cours de Bitcoins dans les années qui viennent.
Pourquoi les cryptoactifs sont-ils si volatiles ?

Les cryptoactifs sont parmi les actifs financiers les plus risqués au monde. Le Bitcoin a ainsi une volatilité autour de 100% soit sept fois supérieure à celle des actions et 20 fois supérieure à celle des obligations. Ceci explique les avertissements répétés des autorités de marché disant que ces investissements doivent être réservés à des investisseurs avertis et pour des montants très limités.

Cette volatilité du Bitcoin peut s'expliquer par la difficulté à estimer sa valeur d'équilibre. Un tel actif peut se rapprocher de celui des tulipes en Hollande au 16e siècle. L'offre était très limitée car la spéculation se limitait à des variétés très « baroques ». La demande a explosé en conjonction avec une sur-liquidité du marché. Le prix a ainsi explosé avant de s'effondrer. Craig Wright, l'un des initiateurs de Bitcoin SV - un « hard fork » (sous devise) de Bitcoin, avait protégé ses fonds en Bitcoin (BTC) dans une fiducie nommée « Tulip Trust » !

La volatilité du Bitcoin atteint 100% contre seulement autour de 15% pour les actions. Il faut donc investir beaucoup moins dans les cryptoactifs pour bien ajuster son risque par rapport aux actions. (source : Source : Bloomberg, Evariste Quant Research. Bloomberg LP n'est pas responsable de cette analyse.)

Existe-t-il des cryptoactifs moins volatils ?

Face à cette sur-volatilité du Bitcoin, des « stablecoins » - ces cryptoactifs stables liés à des actifs financiers - ont été émises comme le Tether USDT ou le USDC de Circle. Leur valeur est ici plus directement liée au dollar US. Cependant, aucun mécanisme clair ne vient stabiliser leur « base » c'est-à-dire la différence entre le prix côté sur le marché en fonction de l'offre et de la demande et le prix théorique du panier d'actifs sous-jacents. Pire, le Tether a vu sa crédibilité remise en cause dans la mesure où certains analystes ont vu la possibilité de fraudes quant aux actifs garantissant la valeur de ce cryptoactif.

Comment ne pas investir en cryptoactifs ?

Les cryptoactifs ont parfois eu un passé un peu sulfureux dans la mesure où certains acteurs du « dark web » (terrorisme, narcotrafic, faux-monnayage, piratage informatique, usurpation d'identité, blanchiment d'argent, fraude à la carte bancaire, pédopornographie, mafia) sur les protocoles Tor et I2P ont pu les utiliser pour contourner les mécanismes anti-blanchiment. C'est beaucoup moins le cas aujourd'hui car les autorités de contrôle ont mis en place les mêmes procédures de KYC (know your customer) que pour les autres actifs financiers et s'apprêtent en Europe à faire adopter la 5ème directive contre le blanchiment d'argent (5AMLD) aux acteurs de l'industrie blockchain.

Reste qu'un certain nombre d'investisseurs ont souffert de pertes massives liées à des faillites frauduleuses de plateforme de trading, au vol de leur porte-monnaie électronique par hacking, à des émissions de cryptoactifs qui se sont avérées être des systèmes de Ponzi (ex : OneCoin), etc...

Comment investir dans ces cryptoactifs ?

1. Un investisseur peut ouvrir un compte sur une plateforme d'échange en cryptoactifs (Coinbase, Binance,  Kraken, Gemini, Lmax, etc). Il est vivement conseillé de se limiter à une plateforme régulée par une grande place financière comme Paris, New York, Londres, Zurich ou Hong Kong. Il y a eu des scandales majeurs de plateformes non régulées qui ont brutalement été fermées laissant des pertes importantes aux investisseurs qui y avaient investi.
2. Une seconde alternative est d'ouvrir un compte chez un courtier internet qui donne accès à ces cryptoactifs. Les plus connus sont Interactive Broker, Saxo Banque, Trade Station, etc... Ces entités sont régulées et offrent donc des garanties importantes. De plus, elles procèdent à des contrôles de diligence règlementaire en conformité avec la directive MiFID pour s'assurer que l'investisseur a bien un profil de risque correspondant au risque du marché des cryptoactifs.
3. Une troisième alternative est d'investir via des fonds et des ETFs. Les ETFs sont des fonds d'investissement régulés dont la performance est fortement liée à celle de l'actif sous-jacent. Ils sont traités comme des actions sur les marchés organisés. Les ETFs les plus liquides sont listés sur les bourses de New York, Zurich et Stockholm. 
4. Enfin, une quatrième alternative est offerte par des cryptofonds actifs. Ces fonds ont une allocation active entre les différents cryptoactifs, dont les actifs sans risques afin de stabiliser le risque, et surtout stabiliser leur performance. Ainsi, le fonds NapoléonX a été récemment lancé en France. Il existe des fonds similaires aux USA, en Suisse, Suède, Royaume-Uni, etc...
5. Enfin, il faut mentionner qu'une entreprise française est leader mondial dans la sécurité des cryptoactifs via un portefeuille électronique. La société Ledger basée à Vierzon, Paris, New York et Singapour commercialise des clés de sécurité (USB et Bluetooth) via des techniques de carte à puce sécurisée et la conformité FIDO U2F pour l'authentification forte. Ces cartes offrent une sécurité maximale pour l'investisseur.  La France a toujours joué un rôle de leader mondial dans ces techniques depuis l'épopée de Gemalto, créateur mondial de la carte à puce.


Cet article est adressé à titre d'information uniquement et ne constitue ni une offre de produits ou de services, ni une offre, une recommandation ou une sollicitation d'offre de fourniture de conseil ou de service d'investissement pour acheter/vendre des instruments financiers.

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • sionsavait
    23 janvier10:24

    il est trop tard pour investir dans ces marchés les cours a beaucoup trop montes du moins c est mon avis

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

1.0795 +0.09%
16.47 0.00%
58.67 -0.78%
44.75 0.00%
2.173 0.00%

Les Risques en Bourse

Fermer