Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

«Pourquoi ces marchés hypersensibles ?»
information fournie par Le Cercle des économistes05/03/2018 à 08:46

"Les marchés américains sont donc hypersensibles, car ils vont devoir cesser de rêver à l’économie des Goldilocks (Boucles d’or), au plein emploi et sans hausse de prix, ni trop chaude (inflation), ni trop froide (récession)." (crédits : Adobe Stock)

"Les marchés américains sont donc hypersensibles, car ils vont devoir cesser de rêver à l’économie des Goldilocks (Boucles d’or), au plein emploi et sans hausse de prix, ni trop chaude (inflation), ni trop froide (récession)." (crédits : Adobe Stock)

Les marchés financiers se portent plutôt bien. De nouveaux records de hausse ont été atteints dernièrement, mais est-ce durable ? Les grandes bourses mondiales, surtout américaines, naviguent entre volatilité et fébrilité. Jean-Paul Betbeze explique sur quoi repose cette hypersensibilité des marchés.

Plus exactement : pourquoi ces marchés financiers américains hypersensibles ? La réponse parait évidente : c’est Donald Trump, avec ses décisions, ses foucades et ses tweets ! Mais ceci n’explique pas tout. De fait, les marchés financiers américains sont les plus secoués de tous, mais ils se trouvent surtout devant une bifurcation : soit cette longue reprise se prolonge, aussi étrange qu’elle soit, avec ce plein emploi si peu inflationniste, bien guidé par la banque centrale américaine ; soit elle s’arrête, fragilisée dans son étrange course, redevient «normale», et se trouve alors cassée par les actions de Donald Trump. Pour aller où ? Les marchés financiers américains se demandent si ce conte de fée va durer, depuis la sortie de crise, avec cette Bourse qui résiste à la hausse des taux longs, ou s’il va se briser.

«Surchauffe», le mot qui fâche

La série de nouvelles à « déglutir » est inouïe : hausse des droits de douane de 25% sur l’acier le 2 mars demandée par le Président Trump ; tensions militaires permanentes avec la Chine et la Russie ; le 27 février, Jerome Powell, qui succède à Janet Yellen, fait son premier exposé devant la commission des services financiers de la Chambre des représentants. Il lit ses notes, puis viennent les questions, et il dit que «pour juger de l’évolution de la politique monétaire au cours des prochaines années, le comité veillera à la fois à éviter une surchauffe de l’économie et à porter durablement l’inflation à 2%... Nous allons analyser les développements intervenus depuis la réunion de décembre et allons actualiser nos anticipations lors de la réunion du mois de mars». «Surchauffe», «actualiser» : les marchés se disent qu’il n’y aura pas 3 mais 4 hausses de taux en 2018, et chutent ! Le lendemain, au Sénat, on ne parlera plus de «surchauffe». Les mots comptent.

A voir également // Bourse : les marchés se font-ils peur inutilement ?

Car les marchés américains ont les nerfs à fleur de peau. Le 5 février, on calcule que 200.000 nouveaux emplois ont été créés en janvier aux Etats-Unis contre 180.000 prévus, avec une hausse du salaire horaire à 2,9% sur un an (26,74$), après +2,7% en décembre. Le plein emploi s’installerait, mais avec des salaires de base en accélération, sachant que de nombreuses compagnies ont annoncé, en plus, des hausses de salaires (et des primes) suite à la baisse des impôts décidée par Donald Trump. Les taux longs montent et font plonger les Bourses – qui ne s’en sont pas remises.

Qui croire et qui suivre ?

Tout se passe comme si les marchés financiers avaient «acheté» toutes les bonnes nouvelles : reprise mondiale synchrone et non inflationniste, baisse historique de la volatilité, reprise américaine d’une exceptionnelle durée, profits records et liés désormais aux baisses d’impôts... et qu’ils regardent désormais l’autre côté des choses. Alors l’inflation pourrait monter dans le logement… si on freine les importations de bois canadien et réduit le nombre d’ouvriers étrangers ! Le prix de l’acier importé de Chine serait plus élevé… si on augmente les taxes à l’importation, et donc les autos ! Les biens et services importés seraient plus chers… si le dollar baisse ! Vérités premières, qui refont surface, au moment où on s’interroge sur le doigté de Powell dans un contexte que Donald Trump complique à plaisir et dans une atmosphère mondiale qui s’alourdit.

Les marchés américains sont donc hypersensibles, car ils vont devoir cesser de rêver à l’économie des Goldilocks (Boucles d’or), au plein emploi et sans hausse de prix, ni trop chaude (inflation), ni trop froide (récession). Certains y croyaient avec Obama et Yellen, mais Trump veut secouer et forcer la fragile machine, et Yellen est partie (Obama aussi). Aujourd’hui, les marchés se demandent qui croire, et qui suivre.

Jean-Paul Betbeze est membre du Cercle des economistes et fondateur de Betbèze Conseil

Valeurs associées

Euronext Paris +2.15%

Cette analyse a été élaborée par Le Cercle des économistes et diffusée par BOURSORAMA le 05/03/2018 à 08:46:38.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.