Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Les perspectives négatives des bénéfices américains pour le troisième trimestre devancent de peu les perspectives positives
information fournie par Reuters 13/09/2023 à 19:41

*

Les indices boursiers américains sont en hausse: Le Nasdaq est en tête, en hausse de ~0,6%

*

Les services publics, en hausse de 1,4 %, sont en tête des gains sectoriels de l'indice SPX; l'énergie est en baisse de ~0,9 %

*

Le dollar est à peine en hausse; l'or et le pétrole brut reculent; le bitcoin augmente de 0,3 %

*

Le rendement du Trésor américain à 10 ans est en baisse à ~4,24%

Bienvenue sur le site de la couverture en temps réel des marchés par les journalistes de Reuters. Vous pouvez nous faire part de vos réflexions à l'adresse suivante

LES PERSPECTIVES DE BÉNÉFICES NÉGATIFS POUR LE TROISIÈME TRIMESTRE AMÉLIORENT LÉGÈREMENT LES POSITIFS (1340 EDT/1840 GMT)

Contrairement aux tendances récentes, les perspectives négatives pour le troisième trimestre ne dépassent que légèrement les perspectives positives des entreprises du S&P 500, selon les données récentes de Refinitiv.

Vendredi, il y avait 76 perspectives négatives contre 68 positives, soit un ratio négatif/positif de 1,1 à 1.

Ce ratio diffère de la moyenne de 1,9 pour 1 pour un trimestre entier au cours des quatre dernières périodes, et de la moyenne à long terme de 2,5 pour 1, selon les données de Refinitiv.

Dans le même temps, les prévisions pour les bénéfices du troisième trimestre du S&P 500 se sont améliorées, les analystes s'attendant désormais à une hausse de 2 % en glissement annuel des bénéfices du S&P 500 pour ce trimestre, selon le consensus IBES de Refinitif.

Ce chiffre est supérieur à l'augmentation de 1,3 % des bénéfices du troisième trimestre estimée par les analystes au début du mois de juillet.

Pour le deuxième trimestre, alors que les résultats de la quasi-totalité des entreprises du S&P 500 ont été publiés, la dernière estimation des analystes faisait état d'une baisse de 2,9 % par rapport à l'année précédente, selon les données de Refinitiv.

(Caroline Valetkevitch)

*****

ENQUÊTE DE L'UE SUR LES EVS CHINOIS: GAGNANTS ET PERDANTS POSSIBLES (1334 EDT/1734 GMT)

L'enquête de la Commission européenne (link) sur l'opportunité d'imposer des droits de douane sur les importations de véhicules électriques chinois moins chers est susceptible d'exacerber les tensions entre la Chine et l'UE sur un marché de plus en plus concurrentiel qui détient la clé d'une transition mondiale plus verte.

La Commission aura jusqu'à 13 mois pour rendre son jugement, mais les analystes ont déjà commencé à faire des prédictions sur les possibles gagnants et perdants face à un protectionnisme plus prononcé.

Morgan Stanley pense que toute escalade tarifaire pourrait ralentir le rythme d'adoption des VE en Europe, en maintenant les véhicules électriques à batterie (BEV) hors de portée des consommateurs de la classe moyenne.

Toutefois, le français Renault RENA.PA et l'italien Stellantis STLAM.MI pourraient être les grands gagnants de l'introduction de droits de douane, car ils bénéficieraient d'une concurrence plus faible en Europe, soulignent les analystes de Bernstein.

Les constructeurs automobiles européens ne sont pas restés les bras croisés alors que les entreprises chinoises augmentaient leurs ventes à l'étranger. Renault a annoncé en juillet qu'il avait l'intention de réduire de 40 % les coûts de production de ses modèles électriques sur le site (link).

D'un autre côté, les acteurs allemands haut de gamme comme BMW

BMWG.DE , Mercedes-Benz MBGn.DE et Porsche PSHG_p.DE ont plus à perdre, en raison de leur exposition à la Chine, a ajouté MS.

Selon les prévisions de ce courtier pour 2023, environ un tiers des revenus de BMW et de Porsche sont exposés à la Chine, contre environ un cinquième pour Mercedes, ~3 % pour Renault et 1 % pour Stellantis.

L'industrie chinoise des voitures électriques paiera également un prix élevé, BYD 1211.HK et SAIC 600104.SS étant les plus désavantagés, a déclaré Bernstein.

Les actions de BYD ont chuté de 2,7 % mercredi.

"Bien que l'Europe ne représente qu'une petite partie de l'exposition à l'étranger des équipementiers chinois (OEMs), il s'agit du plus grand marché de véhicules électriques en dehors de la Chine et toute restriction commerciale sera négative pour le sentiment", a souligné Bernstein.

La Chambre de commerce chinoise s'est déjà élevée contre l'enquête de l'UE, faisant remarquer que l'avantage concurrentiel du secteur n'était pas dû aux subventions.

(Matteo Allievi)

*****

LA RÉANIMATION DU SECTEUR BANCAIRE AU TROISIÈME TRIMESTRE (1245 EDT/1645 GMT)

Le secteur bancaire américain a certainement connu des hauts et des bas cette année et l'activité annuelle de fusions et d'acquisitions dans le groupe est toujours à la traîne par rapport aux chiffres historiques, selon les dernières données de S&P Global Market Intelligence.

Mais les données montrent également qu'il y a eu une certaine résurgence en août. Depuis le début du troisième trimestre, la valeur des transactions bancaires s'élevait déjà à 2,08 milliards de dollars au 31 août, contre 197,1 millions de dollars au deuxième trimestre et 432,8 millions de dollars au premier trimestre.

Les chiffres du troisième trimestre comprennent 18 transactions annoncées le mois dernier, ce qui est le plus grand nombre en un mois depuis juillet 2022, lorsque 19 transactions avaient été annoncées.

Mais par rapport à l'histoire, les 72 transactions bancaires américaines annoncées depuis le début de l'année jusqu'au 31 août se comparent aux 164 transactions annoncées en 2022, et la valeur totale des transactions depuis le début de l'année de 2,71 milliards de dollars se compare aux 9,03 milliards de dollars de transactions pour l'ensemble de l'année dernière.

L'opération la plus importante du mois d'août (link) a été une fusion de 371,5 millions de dollars entre Burke & Herbert

BHRB.O , basée à Alexandria (Virginie), et Summit Financial Group Inc. SMMF.O , basée à Moorefield (Virginie-Occidentale).

Il s'agit également de la troisième plus grande transaction bancaire américaine de l'année et de la plus grande fusion entre égaux depuis 2021, note S&P Global.

(Sinéad Carew)

*****

LA MESURE PUT/CALL RESTE RELATIVEMENT ÉLEVÉE (1215 EDT/1615 GMT)

Alors que l'indice S&P 500 .SPX s'est replié sur ses plus bas niveaux de la mi-août, la demande de protection à la baisse a une fois de plus augmenté. En effet, la moyenne mobile à 5 jours du ratio CBOE equity put/call a atteint 0,85, son niveau le plus élevé depuis début janvier:

Le ratio put/call mesure la demande de protection à la baisse avec les options de vente par rapport à la possibilité de hausse avec les options d'achat. La moyenne mobile permet d'atténuer la volatilité à très court terme du ratio.

Bien que le récent sommet ne soit pas proche des pics de cette mesure fin 2022/début 2023, le niveau de 0,85 se situe dans la zone 0,824-0,852 qui a accompagné les creux du SPX à la mi-juin 2022, fin septembre/début octobre 2022 et à la mi-mars 2023.

Et à environ 0,79 mercredi, cette mesure a encore beaucoup de place pour se dégonfler et retomber sous 0,60, et atteindre les niveaux "complaisants" qui ont accompagné les sommets du SPX fin mars 2022, mi-août 2022, début février 2023, et plus récemment à la fin du mois de juillet.

Une poussée au-dessus de 0,852, cependant, peut suggérer que la peur pourrait s'intensifier à nouveau. Les sommets de novembre 2022 se situaient dans la zone 0,908-0,958.

Le pic de 1,246 au début du mois de janvier a constitué le record pour cette mesure et s'est produit trois jours de bourse seulement après le creux du S&P 500 à la fin du mois de décembre 2022.

(Terence Gabriel)

*****

LE CHAUD ET LE FROID: CPI, DEMANDE D'HYPOTHÈQUE (1125 EDT/1525 GMT)

Avec une fanfare de trompettes et quelques trombones tristes, les données sur l'inflation, très attendues, sont entrées en gare mercredi.

Le rapport sur l'indice des prix à la consommation (CPI) du département du travail a montré que l'essence avait allumé un feu (link) sous l'inflation.

L'IPC, qui mesure les prix payés par les consommateurs américains pour un panier de biens et de services, a augmenté en août. Il s'est accéléré à 0,6 %, soit trois fois plus que le mois précédent, et a augmenté de 50 points de base en glissement annuel pour atteindre 3,7 %.

Toutefois, cette hausse est largement imputable à un bond mensuel de 10,6 % des prix à la pompe.

L'IPC de base, qui exclut les prix volatils de l'alimentation et de l'énergie, a augmenté de 0,3 % en glissement mensuel - 10 points de base de plus que le consensus - et de 4,3 % en rythme annuel, conformément aux attentes et marquant un ralentissement bienvenu de 0,4 point de pourcentage par rapport à juillet.

Ligne par ligne (link), les tarifs aériens ont augmenté de 4,9 %, la plus forte hausse depuis janvier, tandis que l'équivalent loyer des propriétaires a augmenté de 0,4 % et que les automobiles neuves/utilisées ont baissé de 0,2 %. Les services ont gagné 0,4 %.

"Bien que la hausse des coûts du carburant puisse être considérée comme transitoire, il s'agit d'un léger recul d'un mois sur l'autre", déclare Peter Cardillo, économiste de marché en chef chez Spartan Capital Securities.

"Mais il n'y a pas eu de surprise majeure dans le rapport; le marché attendait une inflation plus élevée et nous l'avons eue", ajoute M. Cardillo. "Mais la tendance générale reste favorable

M. Cardillo continue de penser que la banque centrale laissera les taux d'intérêt inchangés lors de la réunion de la semaine prochaine.

Les marchés financiers sont d'accord.

À la dernière minute, ils ont évalué à 95 % la probabilité que la Fed appuie sur le bouton "pause", laissant le taux cible des fonds fédéraux à 5,25 %-5,50 %, selon l'outil FedWatch du CME.

Voici un ENQUÊTE des principaux indicateurs américains et de leur long et sinueux voyage vers le niveau magique de 2 %:

L'IPC de base en glissement annuel et les chiffres de la croissance annuelle des salaires de vendredi dernier ont tous deux atteint 4,3 % le mois dernier, mettant ainsi un terme à une période brutale de 20 mois consécutifs de croissance négative des salaires réels.

L'intrépide consommateur américain, qui porte environ 70 % de l'économie américaine sur ses épaules, n'aurait pas pu supporter indéfiniment une hausse des prix plus rapide que celle des salaires.

En fait, des signes récents - notamment la montée en flèche des soldes des crédits renouvelables et la diminution du taux d'épargne - laissaient présager des fissures dans la résistance des consommateurs.

Il s'agit donc d'une évolution bienvenue:

Au cas où vous l'auriez manqué, les taux hypothécaires se sont eux-mêmes réchauffés, entraînant une baisse des demandes de prêts immobiliers, selon la Mortgage Bankers Association (MBA).

Le taux contractuel fixe moyen à 30 ans a gagné 6 points de base pour atteindre 7,27% - marquant son cinquième mois consécutif au nord du niveau de 7%.

Malgré cela, les demandes de prêts pour l'achat de logements

USMGPI=ECI ont augmenté de 1,3 %. Cette hausse a été compensée par une baisse de 5,4 % des demandes de refinancement, ce qui s'est traduit par une diminution nette de 0,8 % de la demande globale de prêts hypothécaires.

Les demandes de prêts hypothécaires ont diminué pour la septième fois en huit semaines, atteignant le niveau le plus bas depuis 1996", déclare Joel Kan, économiste en chef adjoint de la MBA.

"Étant donné le niveau actuel des taux, l'activité de refinancement reste minime et les propriétaires sont moins enclins à vendre et à acheter un nouveau logement à un taux plus élevé."

Comme le montre le graphique ci-dessous, la demande de prêts immobiliers a baissé de 28,5 % par rapport à la même semaine de l'année dernière:

(Stephen Culp)

*****

WALL STREET DANS LE ROUGE AVEC LES DONNÉES SUR L'INFLATION À SON ACTIF (1016 EDT/1416 GMT)

Les principales moyennes de Wall Street sont en baisse mercredi après que les données sur l'inflation du mois d'août aient été à peu près conformes aux attentes. Depuis que les inve

les investisseurs n'ayant pas parlé d'autre chose ces derniers jours, ils semblent satisfaits que la situation n'ait pas été pire et que l'attente des données soit enfin terminée.

Mais bien sûr, la grande question est de savoir ce que tout cela signifie pour les futures décisions de la Réserve fédérale en matière de taux d'intérêt, même si les traders restent convaincus que le président Powell annoncera une nouvelle pause (link) la semaine prochaine.

Pourtant, avec l'inflation de base qui se réchauffe pour la première fois en six mois, Edward Moya, analyste de marché senior chez Oanda, suggère une autre hausse potentielle des taux en novembre car "l'inflation ne se détend pas suffisamment pour que la Fed abandonne sa position hawkish."

Moya n'est pas le seul. Jason Pride, chef de la stratégie d'investissement de Glenmede, estime que "la reprise de l'inflation pourrait augmenter les chances d'un nouveau resserrement avant la fin de l'année, étant donné que le retour du génie de l'inflation dans la bouteille ne semble pas aussi simple que certains l'auraient espéré"

Il s'attend donc à ce que les investisseurs analysent de près le graphique en pointillés la semaine prochaine afin d'obtenir une mise à jour des idées du FOMC sur les hausses supplémentaires et "peut-être sur la durée pendant laquelle la politique monétaire doit rester restrictive"

Les transactions sectorielles sont mitigées, les services publics défensifs .SPLRCU affichant la plus forte hausse. Le secteur de l'énergie .SPNY est le plus touché.

Sous la surface, les banques régionales .KRX font partie des groupes les plus faibles.

Voici un ENQUÊTE de la situation des marchés vers 10h00 EDT:

(Sinéad Carew)

*****

LES CONTRATS A TERME SUR LES ACTIONS AMERICAINES SONT EN MOUVEMENT AVEC LE CPI (0900 EDT/1300 GMT)

Les contrats à terme sur les indices boursiers américains sont peu modifiés suite à la publication des dernières données sur l'inflation américaine.

L'IPC du mois d'août en glissement mensuel était conforme à l'estimation. Le chiffre en glissement annuel a été supérieur aux attentes. L'indice de base en glissement mensuel a été supérieur au sondage Reuters. L'indice de référence en glissement annuel est conforme à l'estimation:

Selon l'outil FedWatch du CME FEDWATCH , la probabilité que le FOMC laisse les taux inchangés lors de sa réunion des 19 et 20 septembre est désormais d'environ 95 %, alors qu'elle était de 93 % juste avant la publication des données. La probabilité que la Fed relève ses taux de 25 points de base supplémentaires est désormais de 5 %, alors qu'elle était de 7 % juste avant la publication des chiffres.

Pour le reste de l'année, l'outil FedWatch suggère toujours que le résultat le plus probable est le maintien des taux.

Les contrats à terme E-mini S&P 500 EScv1 sont en hausse d'environ 0,1 %. Les contrats à terme étaient stables juste avant la publication des chiffres.

La majorité des ETF SPDR du secteur S&P 500 sont en baisse dans les échanges de pré-marché, les industrielles XLI.P , en baisse d'environ 0,3% seulement, affichant la plus forte baisse.

Le SPDR S&P regional banking ETF KRE.P est en baisse d'environ 0,2%.

En ce qui concerne le rapport sur l'IPC, Randy Frederick, directeur général du trading et des produits dérivés chez Charles Schwab, a déclaré: "Dans l'ensemble, je dirais que c'était une bonne nouvelle:

"Dans l'ensemble, je dirais qu'il était très proche des attentes. La réaction du marché est ce qui se produit souvent. Il y a une réaction immédiate, généralement dans la mauvaise direction, et le rebond repart dans l'autre sens."

Frederick a ajouté: "Ce dont le marché a le plus besoin en ce moment, c'est que la plupart des données économiques, y compris celles-ci, soient assez proches des attentes, car si les données sont fortes, cela implique des pressions inflationnistes, ce qui pourrait amener (la Fed) à resserrer davantage sa politique. Si les données sont trop faibles, cela signifie que la Fed est peut-être déjà trop restrictive."

Voici un ENQUÊTE du marché peu avant 0900 EDT:

(Terence Gabriel, Sinéad Carew)

*****

POUR LES POSTS EN DIRECT DES MARCHÉS DE MERCREDI AVANT 0900 EDT/1300 GMT - CLIQUEZ ICI (link)

Valeurs associées

17 862.23 Pts Index Ex +0.03%
38 834.86 Pts Index Ex +0.15%
5 487.03 Pts CBOE +0.25%
28.19 EUR Tradegate +1.04%
7 628.80 Pts Euronext Paris +0.76%
49.36 EUR Euronext Paris +1.44%
19.01 EUR Euronext Paris +0.19%
0.00 Pts Euronext Paris 0.00%
BMW
87.58 EUR XETRA -0.57%
63.52 EUR XETRA -0.11%
42.91 EUR XETRA +0.44%
505.42 Pts DJ STOXX +0.73%
515.01 Pts DJ STOXX +0.69%
4.26 Rates -0.08%
DAX
18 123.58 Pts XETRA +0.31%
33 315.68 Pts FTSE Indices +1.24%
64 901.09 USD NEXC -3.65%
Or
2 329.00 USD Six - Forex 1 -0.17%
11 068.50 Pts Sibe +1.00%
8 191.29 Pts FTSE Indices +0.60%
Afficher toutes les valeurs associées Réduire

Cette analyse a été élaborée par Reuters et diffusée par BOURSORAMA le 13/09/2023 à 19:41:13.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

1 commentaire

  • 13 septembre 22:08

    Très belle analyse, félicitations
    Cordialement


Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.