Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les marchés européens nettement pénalisés par Volkswagen, le secteur pétrolier et la Chine
Boursorama28/09/2015 à 17:45

Nouvelle séance de baisse marquée pour les marchés actions ce lundi.

Nouvelle séance de baisse marquée pour les marchés actions ce lundi.

Après leur fort rebond de vendredi, les marchés ont nettement baissé lundi. La nervosité des investisseurs était palpable, alors que l'affaire Volkswagen a pris de l'ampleur, que le producteur de matières premières Glencore a trébuché, et que les profits des entreprises chinoises se sont contractés.

Nouvelle séance de forte baisse sur les marchés européens. Le CAC40 a clôturé sur un repli de 2,76%, et le Dax allemand a perdu 2,12%.

La volatilité des marchés actions est très forte depuis plusieurs semaines, avec une alternance de rebonds et de rechutes. Les valeurs industrielles (« cycliques ») sont les plus chahutées dans ces mouvements.

Pas d'impact des élections catalanes

« La baisse n'est pas liée à la Catalogne, le marché n'en tient pas compte », a déclaré à Boursorama Tangi Le Liboux, stratégiste chez Aurel BGC.

Le sujet fait référence aux élections catalanes de dimanche, où le parti séparatiste a obtenu la majorité des sièges, mais sans obtenir la majorité des voix, comme cela a été résumé par l'ensemble de la presse lundi matin. L'élection était surveillée par les investisseurs. Une victoire totale des séparatistes aurait pu provoquer des remous en Espagne, et écorner une nouvelle fois l'image de l'unité de la zone euro, ce qui n'est finalement pas le cas.

Automobile : le dossier Volkswagen prend de l'ampleur

La baisse du jour est en grande partie due à l'aggravation de l'affaire Volkswagen en Allemagne, entraînant l'ensemble du secteur automobile à la baisse ce lundi.

L'affaire des « moteurs truqués » se transmet désormais à la marque Audi, filiale de Volkswagen. Le groupe a communiqué sur le fait que « plus de deux millions de véhicules de la marque Audi seraient dotés de moteurs contenant le même logiciel que celui des moteurs Volkswagen », résumait Tangi Le Liboux. Or, « pour Volkswagen, la marque Audi est une vache à lait [marque particulièrement rentable] ».

« Le problème, c'est que ces véhicules sont souvent achetés pour la puissance de leur motorisation, or si les moteurs des véhicules rappelés devaient être modifiés de manière à activer de manière permanente le module anti-pollution, ils offriraient probablement une puissance moins élevée, ce qui serait pénalisant pour l'image de ces marques », poursuivait le stratégiste. Par ailleurs, « Une enquête officielle a été ouverte en Allemagne pour trouver les responsables de la fraude », ajoutait-il.

Dans ce contexte, la correction de Volkswagen en bourse s'est poursuivie lundi, avec une nouvelle baisse de 7,58% à 16h15, à 106 euros l'action.

Les valeurs de l'énergie entraînées par la chute de Glencore

Les valeurs du secteur pétrolier pâtissaient également d'un mauvais sentiment de marché, en partie dû aux déboires du secteur automobile, mais aussi à la violente chute de Glencore (-28%), géant de la négoce et de la production de matières premières.

L'action a été pénalisée par une note d'analyse d'Investec, qui estime que le groupe « aurait des problèmes de soutenabilité de sa dette si les prix de l'énergie restaient aussi bas qu'actuellement », expliquait Tangi Le Liboux. Le groupe est pénalisé car « le marché n'y croit plus du tout », et ce « malgré l'absence d'autres nouvelles sur l'entreprise ».

La chute du groupe impacte l'ensemble des valeurs du pétrole et de l'énergie, à l'instar de Total (-2,54%).

Chine : nouveau signal rouge

La Chine, qui n'était plus tout à fait au cœur des craintes au cours des dernières séances, participe de nouveau au mauvais sentiment de marché de ce début de semaine. « La Chine a publié une statistique selon laquelle les profits des groupes industriels ont chuté de 8,8% en rythme annuel au mois d'août. Il s'agit du plus mauvais chiffre depuis 2011 », remarquait toujours le stratégiste d'Aurel BGC.

À cet ensemble s'ajoutent « les propos de Christine Lagarde rapportés ce matin dans Les Echos », au sujet d'une probable baisse des prévisions de croissance mondiale de la part du FMI à cause du ralentissement des pays émergents. « J'ai vu la nouvelle défiler sur un terminal Bloomberg, et tout le monde est désormais au courant de cette information », nous expliquait Tangi Le Liboux.

En facteurs mineurs, s'ajoutent à la séance de lundi le fait que « la séance de vendredi a connu un rebond qui n'était pas vraiment expliqué par des raisons fondamentales », ce qui accentue la rechute après ce phénomène de rebond technique. Les interrogations sur les prochaines décisions de la Fed, mais aussi l'approche du mois d'octobre réputé mouvementé, étaient autant de raison de prudence, reconnaissait également le stratégiste.

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

9 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • alphalog
    28 septembre17:41

    moralité: tangui sait lire Bloomberg...on respire mieux :)

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer