1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les lanternes rouges du CAC peuvent-elles redorer leur blason en 2018?
Boursorama02/01/2018 à 11:40

Quel est le point commun entre Carrefour, Technip FMC et Publicis ? En plus d'avoir accusé les plus fortes baisses au sein de l'indice CAC 40, ces trois sociétés ont été confrontées à un marché particulièrement hostile cette année et doivent à tout prix se réinventer pour retrouver les faveurs des investisseurs en 2018.

Carrefour : annus horribilis

Lanterne rouge du CAC avec une baisse de 21%, 2017 est une année à oublier pour l'action Carrefour. PDG du groupe depuis le 18 juillet dernier, Alexandre Bompart, le successeur de Georges Plassat a du pain sur la planche. Confronté au désamour des français pour les grandes surfaces, les défis à relever sont nombreux pour le groupe, qui a perdu 567 millions d'euros de chiffre d'affaires sur les huit premiers mois de l'année dans sa branche hypermarchés + supermarchés, tandis qu'en Chine et en Argentine, Carrefour rencontre des difficultés et évolue dans un contexte particulièrement difficile.

Nul doute que le marché attend avec une certaine fébrilité les annonces qui doivent être faites à l'occasion du nouveau plan stratégique le 23 janvier. Cession de filiales? Plans de réduction des couts? Nouveau partenariat? Les spéculations vont bon train.

Selon le magazine Capital, Carrefour aurait mandaté des banques d'affaires pour céder la Chine, l'Argentine et la Pologne, ce que le groupe a démenti. En attendant, Carrefour perd plus de 22% depuis le 1er janvier et réalise la plus mauvaise performance du CAC 40.

La deuxième chaine mondiale d'hypermarchés, capitalise moins de 14 milliards d'euros, ce qui ramène le titre sur ses plus bas depuis 2012, et au niveau de son cours d'il y a 25 ans.Le titre reste de fait  peu cher avec une Ve/CA de 0,23 et un PER de 15,7 estimé pour 2018. Mais si la valorisation semble attrayante à court terme, les actionnaires devront faire preuve de patience car le plan stratégique du nouveau PDG ne portera ses fruits avant le second semestre 2018. L'objectif de cours des analystes se situe à 19,50 euros, soit un potentiel de 8,42%.

Technip FMC : vents contraires

Le géant parapétrolier issu du rapprochement entre le français Technip et l'américain FMC Technologie a connu une mauvaise passe cette année, marquée par une chute du titre de 21,4% en 2017.  Pénalisé par la chute des cours de l'or noir, TechnipFMC a   dévoilé un chiffre d'affaires en nette baisse, de 17,8% au troisième trimestre par rapport à la même période de l'exercice précédent à 4, 141milliards de dollars. La marge Ebitda quant à elle est en baisse de 100 points de base. Conscient que le contexte est difficile, Technip FMC fait le dos rond et se veut rassurant en expliquant que « dans la perspective de 2018, nous sommes engagés dans un processus visant à gérer le recul de notre chiffre d'affaires sans pour autant renoncer aux investissements stratégiques nécessaires pour maintenir nos capacités opérationnelles jusqu'à la reprise ».

Face à ce manque de visibilité dans un environnement complexe, l'avis des analystes est partagé. 8 analystes sont à l'achat, 14 sont à accumuler tandis que 11 sont à conserver. Enfin 2 analystes sont à alléger et 2 à la vente. Leur objectif de cours se situe à 34,70 euros en moyenne. Le plus négatif est Oddo BHF qui vise 20 euros sur le dossier considère que « depuis la fusion effective du 17 janvier, la sous-performance du titre est manifeste. Malgré ce de-rating, la valorisation n'est pas particulièrement attractive » soulignait le bureau d'analyse dans une note.  Le titre capitalise autant que son chiffre d'affaires 2017, soit 14,68 milliards d'euros. Avec une VE /CA de 1,13, le titre peut sembler décoté, mais le PER de 23,7 pour 2017 et la Valeur Entreprise /Ebitda de 6,4 tend à nuancer la sous valorisation du dossier.

Publicis Groupe : relever le défi de la disruption

Numéro trois mondial dans son secteur, Publicis a connu une année éprouvante, dans un marché en profonde mutation. De l'aveu même du nouveau président du directoire, Arthur Sadoun, « 2017 a été une année très longue et marquante dans une industrie en pleine disruption. Changer n'a pas été facile et nous avons beaucoup changé sur un marché difficile» .

La filiale prévisionniste de Publics, Zenith, a réduit sa prévision de croissance du marché publicitaire mondial à 4,1% en 2018, tablant sur des dépenses de 578 milliards de dollars (487 milliards d'euros) en fin d'année et s'attend  à ce que le marché affiche une croissance moindre que l'économie mondiale jusqu'en 2020", indique-t-il.

Dans ce contexte particulièrement difficile, Publics ne compte pas se laisser battre aussi facilement. Le groupe a solennellement déclaré récemment que « nous avons décidé que nous ne pouvions pas rester inactifs et nous nous sommes engagés à nous transformer pour le meilleur, avec rigueur et ambition. Nous commençons à voir les premières améliorations mais nous savons que le chemin est encore long, car le changement est profond et notre marché très volatile. C'est pourquoi, malgré ces signes encourageants, nous demeurons à la fois prudents et déterminés à gagner ».

Les analystes quant à eux sont assez partagés sur le dossier. Le bureau d'études Invest Securities note ainsi que « Publicis s'est montré proactif pour mieux résister que ses pairs dans un environnement très concurrentiel » cela ne suffira pas pour dynamiser les ventes. Les analystes anticipent une croissance quasi nulle des revenus sur les quatre années à venir et une baisse de 70 points de base des marges. Pourtant, la plupart des analystes restent positifs sur le dossier (avec 9 analystes à l'achat et 8 à accumuler contre 7 à alléger et un à la vente) pour un objectif de cours de 69,50 euros en moyenne.

Valeurs associées

Euronext Paris -1.00%
Euronext Paris +0.10%
Euronext Paris +2.05%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer