Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le procès de l'ex-administrateur de Nissan s'est ouvert à Tokyo, sans Ghosn
Reuters15/09/2020 à 14:03

(Actualisé avec déclarations, précisions)

TOKYO, 15 septembre (Reuters) - Greg Kelly, ancien administrateur de Nissan 7201.T poursuivi par la justice japonaise, a nié mardi les accusations selon lesquelles il a aidé son ancien patron Carlos Ghosn à dissimuler une partie de ses revenus au fisc.

Au premier jour de son procès à Tokyo, près de deux ans après que les deux hommes ont été arrêtés par les procureurs japonais, l'avocat américain âgé de 64 ans a plaidé son innocence en l'absence de son co-accusé Carlos Ghosn, président déchu du constructeur automobile japonais et de Renault

RENA.PA qui a fui au Liban en toute fin d'année dernière.

Un représentant de Nissan a déclaré au juge que l'entreprise, elle aussi inculpée dans cette affaire, ne contestait pas les accusations la visant.

Vêtu d'un costume gris sombre et d'une cravate rouge rayée, muni d'un masque de protection, Greg Kelly a dit "rejeter les accusations" à son encontre. "Je n'ai pas été impliqué dans un complot criminel", a-t-il déclaré.

"M. Ghosn était un dirigeant extraordinaire", a ajouté l'ancien administrateur de Nissan, équipé d'écouteurs afin que les propos de la cour, majoritairement en japonais, lui soient traduits en anglais.

Greg Kelly, remis en liberté sous caution en 2018, est accusé d'avoir aidé Carlos Ghosn à dissimuler plus de 9 milliards de yens (environ 72 millions d'euros) de ses revenus sur une période de huit ans.

Le procès pourrait durer environ un an. Kelly, qui fêtait d'une étrange manière son 64e anniversaire mardi, risque jusqu'à dix ans de prison et une amende de 10 millions de yens (environ 79.000 euros).

Plusieurs cadres du constructeur japonais sont appelés à comparaître, parmi lesquels l'ancien directeur général Hiroto Saikawa qui pourrait éclairer la cour sur les pratiques internes chez Nissan.

Carlos Ghosn, qui dément les accusations de malversations financières et d'abus de confiance le visant, a fui en décembre dernier au Liban alors qu'il se trouvait en résidence surveillée à Tokyo dans l'attente de son procès.

Il a expliqué sa fuite en se disant persuadé qu'il n'aurait pas bénéficié d'un procès équitable au Japon.

Il s'est également présenté en victime d'un putsch fomenté au sein du conseil d'administration visant à mettre fin à l'influence de Renault et de l'Etat français dans l'alliance mise en place avec le constructeur automobile japonais.

Dans leur déclaration liminaire, les procureurs ont affirmé mardi que Greg Kelly et d'autres cadres de Nissan avaient étudié les moyens de réduire les déclarations fiscales de Carlos Ghosn après l'entrée en vigueur en 2010 de nouvelles règles encadrant la communication sur les rémunérations des mandataires sociaux.

Ces pistes tournaient notamment autour de l'octroi de prêts qu'il n'aurait pas à rembourser, de la cession à prix réduits de biens immobiliers ou de paiements différés jusqu'à son départ.

Les avocats de Greg Kelly ont riposté en déclarant que les entreprises ne devaient déclarer que les paiements effectués. Ils ont ajouté que l'implication de leur client dans les réflexions sur la rémunération de Ghosn était restée limitée.

Le procès se poursuit mercredi.

(version française Jean Terzian et Henri-Pierre André, édité par Blandine Hénault)

Valeurs associées

Tradegate -2.38%
Tradegate -0.18%
Euronext Paris -2.35%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer