Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le futur dilemme de la BCE
Le Cercle des économistes02/03/2021 à 09:25

André Cartapanis
André Cartapanis

André Cartapanis

IEP Aix-en-Provence

Professeur

https://www.sciencespo-aix.fr/

(Crédits photo : BCE -  )

(Crédits photo : BCE - )

Le plan de relance de l'économie américaine (1.900 milliards de dollars) proposé par Joe Biden suscite quelques interrogations en Europe. Ce programme est-il de nature à provoquer une hausse de l'inflation et des taux d'intérêt ? Pour l'instant, la BCE garde la tête froide. Mais jusqu'à quand et à quelles conditions, interroge André Cartapanis ?

Lors de la dernière réunion du Conseil des Gouverneurs de la BCE, il y a un mois, le statu quo l'a emporté : les taux directeurs sont restés inchangés et les programmes d'achats d'urgence face à la pandémie vont se poursuivre avec l'engagement de réinvestir les remboursements au titre du principal des titres, y-compris les titres d'Etats, au moins jusqu'à la fin de 2023. Cela s'explique par le maintien de l'atonie de la demande et par les risques pesant sur les perspectives de croissance en Europe, malgré le démarrage des campagnes de vaccination, mais aussi par la faiblesse des taux d'inflation dans la zone euro (-0.3 % en décembre 2020 et + 0,9% en janvier). Mais la légère remontée des taux longs, ces derniers jours, couplée à de nombreuses mises en garde quant à un retour éventuel de l'inflation, plus sûrement en 2022 qu'en 2021, justifient une interrogation : que fera la BCE si l'inflation atteint alors, et même dépasse, la cible des 2% ?

Si la BCE se conforme à son mandat et décide une hausse des taux directeurs, couplée à une stabilisation de la taille de son bilan, voire à une réduction de la base monétaire, deux questions se posent.

Premièrement, cela permettra-t-il de juguler le retour de l'inflation ? Après tout, depuis plus de 10 ans, le lien entre l'inflation et les variations de l'offre de monnaie s'est dissipé. D'où l'absence de réaction des taux d'inflation malgré les taux zéro et l'explosion de la liquidité alimentée par les politiques monétaires non-conventionnelles en Europe et aux Etats-Unis après la crise financière mondiale. Si le phénomène est symétrique, il n'est pas avéré, alors, que le durcissement monétaire ait un effet sur l'inflation que les politiques monétaires accommodantes n'exercent plus.

Deuxièmement, au-delà du risque d'étouffement de la croissance si celle-ci a redémarré, cela augmenterait les charges de remboursement de la dette et mettrait en cause la soutenabilité de l'endettement public, dont on connaît l'ampleur après le « whatever it takes » qui a limité les effets de la pandémie sur la situation des ménages et des entreprises, malgré la récession. Cela ne risque-t-il pas d'interrompre la reprise et d'alimenter plus encore l'endettement public, en menaçant la solvabilité des Etats ? Le conflit d'objectifs est patent.

Une crédibilité qui pourrait être mise à mal

Si la BCE, en raison des circonstances exceptionnelles, à la faiblesse de la reprise par exemple, déroge à son mandat en ne réagissant pas au retour de l'inflation, et maintient les taux zéro - ses injections de liquidité et ses rachats de titres d'Etat permettant aux gouvernements de poursuivre leur soutien de l'activité, faute de relais suffisant du côté de la demande des ménages ou des entreprises -, deux effets sont à craindre.

Premièrement, cela pourrait mettre en cause durablement sa crédibilité et la stabilité de l'euro, et même conduire à une remontée des anticipations d'inflation et des taux longs, à une pentification de la courbe des taux, à l'inverse des objectifs visés. Deuxièmement, cela continuerait à alimenter les bulles sur les marchés d'actifs, et la poursuite du surendettement des agents privés et des Etats. Jusqu'à la prochaine crise financière, porteuse d'une nouvelle récession ? On a là un autre conflit d'objectifs.

Eviter un tel dilemme, le redémarrage de l'inflation dans l'après-Covid doit relever de l'économie-fiction. Cela revient à croire que la disparition du lien entre l'inflation et l'offre de monnaie d'une part, et l'aplatissement de la courbe de Phillips (absence de réaction des salaires et des prix en présence d'une diminution du chômage adossée au redémarrage de la croissance) d'autre part, se confirmeront. Nul ne peut l'attester aujourd'hui.

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • mlcbnb
    02 mars13:36

    ce programme va dans un premier temps permettre un remboursement partiel de découverts importants de cartes de crédit. si cela se concrétise, ce sera une sorte d'annulation partielle de dette pour particuliers aux US. Sauf erreur de ma part des banques privées sont actionaires de la banque centrale US, donc ces repayements partiels sont intéressants

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Vous avez accepté la pose de traceurs

Fermer

Vous avez refusé la pose de traceurs

Fermer