Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Le FMI a repris les négociations avec le Liban-responsable
information fournie par Reuters19/10/2021 à 12:00

DUBAÏ, 19 octobre (Reuters) - Le Fonds monétaire international (FMI) et les autorités libanaises ont repris leurs négociations afin de sortir le pays d'une grave crise économique, a confié à Reuters un haut responsable du Fonds, insistant sur la nécessité de faire face aux lourdes pertes subies par le secteur financier.

Un programme du FMI est largement considéré comme le seul moyen de débloquer une aide financière étrangère dont le Liban a désespérement besoin pour sortir d'une des plus graves crises de son histoire.

Le Premier ministre libanais, Najib Mikati, a demandé le soutien du FMI et des discussions techniques ont débuté, a indiqué à Reuters Jihad Azour, directeur du département du Moyent-Orient et de l'Asie centrale au FMI.

"La dernière fois que nous avons eu une actualisation complète de la situation remonte à août 2020, avant la démission du gouvernement précédent, et donc beaucoup de choses se sont passées et nous devons mettre à jour les chiffres, avoir une nouvelle base de référence", a expliqué Jihad Azour.

Najib Mikati a confié à Reuters la semaine dernière que son cabinet travaillait à fournir au FMI les chiffres financiers nécessaires dans les prochains jours.

"Il est très important d'aborder les problèmes auxquels le secteur financier a été confronté, principalement les pertes financières", a poursuivi Jihad Azour.

Les pourparlers entre le Liban et le FMI ont été interrompus l'année dernière, en raison notamment de l'incapacité de la banque centrale du pays, des banques et des responsables politiques libanais à se mettre d'accord avec le gouvernement précédent quant à l'ampleur des pertes dans le système financier.

Le plan de redressement du FMI, élaboré avant l'interruption des négociations, avait identifié une perte de 90 milliards de dollars (77,7 millions d'euros) dans le système financier.

Le Liban a fait défaut en mars 2020 sur sa dette internationale, après des années de chaos politique et de mauvaise gestion économique qui l'ont rendu incapable d'assurer le service d'une dette que Goldman Sachs a estimée le mois dernier à plus de 300% du PIB, aux taux de change actuels.

Depuis fin 2019, la livre libanaise a perdu environ 90% de sa valeur, le taux de pauvreté est monté en flèche et le système bancaire est paralysé. Selon le FMI, l'économie libanaise se serait contractée de 25% l'année dernière et l'inflation aurait atteint un taux de près de 85%.

(Reportage Davide Barbuscia; version française Lucinda Langlands-Perry, édité par Blandine Hénault)

Valeurs associées

NYSE -0.63%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.