Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Jabil, un géant de la tech à prix «value»
information fournie par Le Cercle des analystes indépendants 21/12/2023 à 08:50

François d'Hautefeuille
François d'Hautefeuille

François d'Hautefeuille

Evariste Quant Research

Cofondateur & président

https://www.evariste-quant-research.com/

(Crédits photo : Adobe Stock -  )

(Crédits photo : Adobe Stock - )

Jabil est une entreprise inconnue du grand public. Et pourtant, c'est un des plus grands employeurs de l'industrie mondiale (236.000 employés). Elle joue un rôle majeur dans la production des Iphones d'Apple, des batteries de Tesla, et pourtant, sa capitalisation boursière est extrêmement faible par rapport aux « magnificient seven ».

Jabil est l'un des premiers sous-traitants mondiaux de l'industrie des composants électroniques, mais aussi des batteries pour voitures électriques et de produits pharmaceutiques. Elle se situe à la fin de la chaîne de production. Elle possède des usines en Chine, au Viet Nam, en Hongrie, au Mexique, en Inde. Ces usines produisent pour la big tech comme Apple (coques des Iphones), Tesla (batteries), Johnson et Johnson (traitement du diabète), etc…

Jabil été fondée en 1966 à Detroit. Son nom combine les prénoms de ses deux fondateurs, James et Bill. Son siège actuel est à St Petersburg, en Floride. Elle emploie 236.000 personnes (juin 2023) dont 167.000 en Asie, 52.000 en Amériques (Nord et Sud), et seulement 17.000 en Europe (Hongrie, Ukraine).

Son Président est Mark Mondello depuis 06/2017 (employé du groupe depuis 1992 !).  Ses principaux actionnaires sont Vanguard 10.6%, Blackrock 10.2%, FMR 8.2% (Fidelity), Texas Yale Capital 6.6%, JP Morgan 4.8%... Contrairement aux entreprises de la big tech, on n'a pas de part importante des fondateurs mais un actionnariat surtout institutionnel, voire indiciel.

Jabil est membre du SP400. Jabil a réintégré le 18 décembre 2023 le S&P500. Sa capitalisation boursière n'est que de 15 Md USD (contre plus 2 tn USD pour Apple, soit moins de 1% de la capitalisation de son plus grand client, et avec un nombre de salarié équivalent).

Nous avons identifié l'action Jabil par trois approches successives :

1. Construction d'un univers d'investissement « big data » via une analyse de la chaine de production de la « big tech », et en particulier d'Apple et Nvidia, et les ETFs du secteur
2. Analyse en intelligence artificielle de cet univers d'investissement via des filtres « top down » identifiant les valeurs les plus prometteuses
3. Cette note « bottom up » vient valider et confirmer les résultats précédents via un filtre d'analyse financière classique
Sentiment technique : favorable

La performance boursière de Jabil cette année est impressionnante. Cependant, l'action a fortement baissé sur les dernières semaines par suite de résultats un peu décevants. Faut-il profiter de cette baisse pour acheter ?

Jabil montre une performance annuelle en Bourse de 24% depuis 10 ans (soit une performance totale de 756% !). Ainsi, un investisseur qui aurait acheté 1.000 USD de l'action en 2013 aurait vu son portefeuille monté à 7.568 USD en 2023.

Performance de Jabil depuis 10 ans

Source : Bloomberg LLP et Evariste Quant Research. Bloomberg n'est pas responsable de cette analyse.

Source : Bloomberg LLP et Evariste Quant Research. Bloomberg n'est pas responsable de cette analyse.

Il est intéressant de vérifier la robustesse de cette performance sur les 5 dernières années. Les performances sont encore meilleures : la performance annualisée sur 5 ans est de 40% ! celle d'Apple de 36%, et celle du SP400 Information Technology de 15%. Sur un an glissant, la performance de Jabil est de 68%, celle d'Apple de 34%, et celle du SP400 Information Technology de 18%. Depuis le début de l'année 2023, Jabil a monté de 77%, Apple de 52%, SP400 information Technology de 23% !

Analyse fondamentale : favorable

La hausse récente de Jabil en bourse nous amène à nous poser la question : les cours actuels sont-ils trop élevés par rapport au plancher actuariel de valorisation de cette action de croissance ? Nous avons effectué une analyse rapide de Jabil en gardant cette question à l'esprit via une étude de la croissance des profits futurs.

Si on étudie le cours de l'action Jabil sur les 10 dernières années, on remarque que l'on n'a pas toujours eu la performance d'une action super growth de la big tech. On remarque en particulier une grande stagnation entre 2014 et 2019. Cette période correspond à un business model différent de Jabil avec un focus industriel plus sur les composants électroniques.

On remarque depuis 2020 un changement de tendance qui est lié au changement de stratégie du groupe : intégration dans la chaine de production Apple (17% du CA de Jabil), suite probable de la pression de Trump de limiter la dépendance à la Chine via des droits d'importation, création d'une production de batteries pour Tesla, BMW, Renault (mais sans usine en France…), diversification dans la santé via des accords avec Johnson et Johnson.

Quelle stratégie pour stabiliser et pérenniser la croissance des profits ?

Jabil est une illustration emblématique de la structure de la big tech. La plus-value et l'innovation se concentrent au niveau de la recherche et des brevets avec des entreprises sans usines (« fabless »), un nombre d'employés limités (autour de 60.000 pour Nvidia) et une valorisation astronomique (1 tn USD pour Nvidia, plus de 2 tn USD pour Apple).

Jabil se situe à l'autre bout de la chaine de production avec un modèle sans licence mais avec des usines de production systémiques pour la big tech.

Jabil joue ainsi un rôle systémique d'usine mondiale pour les géants de la tech comme Apple, Amazon (gestion des stocks), Tesla et même Volkswagen. Ceci tient aux capacités productives de Jabil qui souhaite diversifier ses revenus sur des marchés complémentaires afin de mieux stabiliser ses revenus.

Le graphe suivant montre l'intégration de Jabil dans les circuits de production de la big tech. Les revenus de Jabil sont très dépendants d'Apple (17% !), Amazon (9.3%), Johnson et Johnson (5.4%), et l'automobile (Tesla pour 2% et Volkswagen pour 2%).

Source : Bloomberg LLP

Source : Bloomberg LLP

L'année 2023 a été un peu décevante. Jabil a été accusé de ne pas avoir bien payé ses employés en Chine. Il subit une pression d'Apple pour limiter ses coûts face à d'autres sous-traitants Chinois. Cette cyclicité de l'industrie « big tech » électronique est compensée par la plus grande stabilité de l'activité pharmaceutique (diabète) et la montée en puissance des ventes de voitures électriques (batteries).

Quels sont les principaux concurrents ?

Hon Hai Precision Industry (46 Mds USD de capitalisation boursière, 767.000 employés !!!, dépendant d'Apple pour 55% de ses revenus !) et Foxconn (40 Mds USD de capitalisation boursière, 199.000 employés), Luxshare (32 Mds de capitalisation boursière, 237.000 employés, dépendante à 73% d'Apple), sont les principaux concurrents de Jabil.

On voit bien qu'on est là au cœur de la mondialisation des chaines de production via la Chine. Jabil en tant qu'entreprise américaine et non pas chinoise peut bénéficier du rééquilibrage des chaines de production big tech en dehors de la Chine.

Jabil pourrait ainsi bénéficier de la relocalisation des usines de la big tech hors de Chine. De fait, Jabil a ouvert en novembre 2023 une usine de 10.000 employés au Mexique.

Quelle stratégie de croissance ?

Jabil a publié au 30 novembre un chiffre d'affaires trimestriel de 8,4 Mds$ en baisse annuelle de 13% mais avec une progression positive du bénéfice par action ajusté à 2,6$. De fait, la marge opérationnelle ajustée a monté de 1.2% à 6%. Cette marge reste très faible par rapport aux géants « fabless » comme Nvidia où elle atteint plus de 60%....

Cette augmentation de la marge est expliquée par un mix-produits ou filières plus favorable avec l'automobiles et la santé qui continuent de bien se comporter face à une baisse de la demande pour la 5G et les objets connectés. La direction réitère sa confiance par rapport à la capacité du groupe à s'adapter à l'évolution de la demande face à une baisse des commandes dans certains segments et d'aller chercher une meilleure rentabilité sur d'autres.

Pour l'exercice FY 2024, elle prévoit un chiffre d'affaires annuel de 31 Mds$ contre 34,7 Mds$ précédemment mais demeurant positif en termes de marge opérationnelle avec une appréciation du taux (GAAP) compris entre de 5,2% et 5,4% en FY 2024 et autour de 5,6% en FY 2025, contre 5% actuellement. Le Free Cash-Flow ressortirait à 1 Mds$ pour un EPS (bénéfice par action) légèrement en-dessus de 9$. Jabil a récemment cédé son activité « mobilité » en Chine démontrant une nouvelle fois la flexibilité de ce groupe de plus de 200.000 personnes.

Il n'est pas exclu de voir des implantations dans d'autres espaces économiques afin de mieux servir ses donneurs d'ordre dans les marchés finaux à l'instar de l'Europe et ses pays limitrophes comme la Tunisie liés par des accords de libre-échange.

Quelles estimations de profits futurs ?

Les estimations de profit de Jabil sont bien moins volatiles que bien des big techs. On note l'absence de révision à la baisse des profits en février 2022 à la suite de la guerre en Ukraine (malgré une baisse des cours). Les profits attendus ont quasiment toujours été revus à la hausse (« earning surprise ») depuis septembre 2020 malgré les anticipations de récession aux USA et la hausse des taux de la FED.

On remarque que les analystes ont souvent très fortement sous-estimé la croissance réelle des profits. Le meilleur exemple est pour les profits 2023, ils sont sortis à 8.5 USD alors que l'anticipation en 2020 n'était que de 4.5 USD soit une sous-estimation de près de 100% ! Ceci montre bien la difficulté pour les analystes à comprendre les profits de la big tech.

Consensus estimé des profits de Jabil jusqu'en 2027

Source : Bloomberg LLP et Evariste Quant Research. Bloomberg n'est pas responsable de cette analyse.

Source : Bloomberg LLP et Evariste Quant Research. Bloomberg n'est pas responsable de cette analyse.

Le bénéfice par action 2026 attendu est de 11.7 USD contre un plus haut de 12 USD en 2023. Cela fait un PE 2026 de 120 USD / 11.7 USD soit autour de 10 ce qui est plus que raisonnable pour une action aussi « growth ». On est sur les plus basses estimations de bénéfice de 2026 et on note que la plupart du temps, les analystes ont sous-estimé le bénéfice final.

Il faut aussi prendre en compte l'historique de croissance des profits de Jabil depuis 2020 pour noter la sous-évaluation de cette action. Le profit par action était de 2.4 USD en 2019 contre 7.93 USD en 2023 soit une multiplication du profit par 3.3 sur 5 ans.

Contrairement à d'autres big techs, on n'observe pas d'années de fortes baisses des profits. On voit là l'avantage du positionnement actuel de Jabil comme entreprise combinant la tech (consumer durables), les voitures électriques et non pas les ordinateurs (biens durables soumis au cycle investissement/amortissement/obsolescence). Ce positionnement garantit une plus grande stabilité des profits (un peu comme le « health care tech » comme Eli Lilly et son leadership sur les traitements du diabète.

Mais le plus important est de regarder le rythme de hausse des profits à venir. Ils devraient croitre de  de 9.6 USD en 2023 à 17.3 USD en 2027 soit une progression de plus de 85% en 4 ans.

Conclusion

Jabil est une action intéressante dans une allocation en actions. Elle pourrait bénéficier du « rebalancing » voire du « decoupling » des chaines de production « big tech » hors de la Chine. Cette transformation de la mondialisation est très liée aux élections américaines de 2024 et de la montée en puissance ou non du « trumpisme ».


Evariste Quant Research est un cabinet indépendant d'analyse et de recherche financière basée sur des solutions d'Intelligence Artificielle appliquées à la gestion d'actifs. Mohamed Abdennadher est analyste financier chez Averoes Finance à Tunis.
Disclaimer.
Cette analyse financière n'est pas un conseil en investissement. Evariste Quant Research et leurs clients peuvent détenir des titres mentionnés dans cette analyse.

Valeurs associées

NYSE -2.74%

0 commentaire

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.