Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Grèce : les places européennes clôturent dans le rouge vif mais évitent la panique

Boursorama29/06/2015 à 18:00

Les marchés financiers ont fortement baissé lundi suite à la tournure préoccupante qu'a pris le dossier grec au cours du week-end.

La rupture des négociations entre la Grèce et ses créanciers était au cœur des préoccupations des investisseurs ce lundi. Malgré une séance dans le rouge vif, les places européennes ont évité un scénario de panique.

On s’attendait à des marchés mouvementés ce lundi. En cause : l’impasse des négociations sur le dossier grec et l’annonce d’un référendum pouvant aboutir à un rejet des mesures proposées par les créanciers du pays. La réaction des investisseurs a effectivement été forte sur les marchés européens, malgré le sentiment d’un léger mieux en cours de séance. L’impact sur les marchés américains reste quant à lui plutôt limité.

CAC40 : forte baisse des valeurs financières et cycliques à l’ouverture

Lundi matin à 9h, le CAC40 a ouvert en baisse de -4,70%, une chute rappelant les mauvaises journées des crises de 2008 (subprimes) et de 2010-2011 (Eurozone).

Les valeurs financières du CAC40 apparaissaient sans surprise parmi les plus vendues en début de séance, le Crédit Agricole ouvrant en baisse de -8%, la Société Générale de -6%, tout comme BNP Paribas.

Les valeurs dites « cycliques » (industrielles) ont également accusé le coup à l’ouverture des marchés. Peugeot apparaissait parmi les plus fortes baisses de l’indice parisien en matinée, en se contractant d’un peu plus de 6%. Vinci suivait un parcours semblable, en baisse de 5%, tout comme Valeo et Saint-Gobain. Ces valeurs avaient fortement monté en début d’année, poussées par l’optimisme de la reprise économique attendue dans l’ensemble de l’UE sous l’effet du plan de relance de la BCE (« quantitative easing »). L’ensemble des valeurs du CAC40 s’affichaient dans le rouge.

Places européennes : décrochage en début de séance

Les autres indices européens traduisaient également à l’ouverture l’inquiétude des investisseurs vis-à-vis des conséquences difficiles à cerner d’un éventuel défaut grec pour l’Europe.

En Allemagne, le Dax30 chutait de 4,30% peu après l’ouverture. La Bourse d’Athènes restait quant à elle fermée dans le cadre des mesures exceptionnelles prises par le Premier ministre Alexis Tsipras. La place athénienne ne rouvrira pas avant la semaine prochaine.

Les regards se tournaient inévitablement vers les marchés des autres pays européens caractérisés par une dette élevée ou une conjoncture économique fragile. L’Ibex 35 espagnol, après une ouverture relativement calme à -2%, n’a pas tardé à accentuer ses pertes à -4,5% dès 9h08. Le FTSE MIB italien suivait le même parcours : après un début de séance relativement calme, l’indice est passé à -5% à partir de 9h11. L’indice PSI 20 portugais évoluait à -5,5% dès l’ouverture.

Léger mieux en cours de séance

Malgré la situation tendue, les indices boursiers ont passé les deux premières heures de la séance à effacer progressivement une partie de leurs pertes.

Ainsi  à 11h10, le CAC40 était revenu à -3%, une baisse déjà moins marquée qu’en tout début de matinée même si elle restait toujours forte. Dans les heures suivantes, l’indice a peu évolué, restant globalement cantonné entre -2,5% et -3,5%.

Un léger mieux s’est observé peu avant 16h, alors que Wall Street a ouvert sur une baisse modérée. Le Dow Jones perdait seulement 0,70% à l’ouverture, contre 0,81% pour le Nasdaq.

Les investisseurs européens devaient néanmoins digérer des déclarations plutôt ambigües de la part des principaux négociateurs sur le dossier grec. Jean-Claude Juncker a notamment affirmé s’être senti « trahi » par l’annonce du référendum. Angela Merkel cherchait quant à elle à apaiser les tensions, affichant son souhait de poursuivre les négociations après le référendum. Le président français François Hollande a quant à lui rappelé que l’impact de la Grèce sur la France resterait faible, quoi qu’il arrive.

Clôture dans le rouge

Après 16h, les marchés européens ont renoué avec davantage de pessimisme, perdant de nouveau une partie du terrain repris en cours de séance.

Côté français, le CAC40 a clôturé à -3,74%. Les valeurs bancaires ont terminé en bas de l’indice. Société Générale a perdu 5,32%, dans le même ordre de grandeur que BNP Paribas (-4,89%) et Crédit Agricole (-5,02%). Les banques françaises sont pourtant désormais très peu exposées à la dette grecque, ce qui a permis d’éviter un véritable effet de panique sur ces valeurs.

Du côté des indices européens, le Dax allemand a terminé à -3,56%. L'Ibex espagnol a perdu 4,56%, le FTSE MIB italien 5,17% et l'indice portugais a quant à lui terminé sur une chute de 5,22%.

X. Bargue

Retrouvez les autres articles à ce sujet sur Boursorama :

- Grèce : quel que soit le résultat du référendum, "l'instabilité va continuer" (C. Constantinidis) (Boursorama)

- La Bourse de Paris toujours lourdement pénalisée par la Grèce (AFP)

- EN DIRECT. Crise grecque : Merkel prête à de nouvelles négociations (Le Parisien)

- Crise grecque: les marchés asiatiques reculent, dégringolade à Shanghai (AFP)

- Grexit : quelles conséquences si la Grèce sort de l'euro ? (Le Revenu)


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.