1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

GESTION 2019-Les signes de fragilité s'accumulent sur le crédit US-LBPAM
Reuters15/01/2019 à 16:41

    PARIS, 15 janvier (Reuters) - Les signes de fragilité se
multiplient sur le marché du crédit américain, qui pourrait
servir de caisse de résonance dans la phase actuelle de
ralentissement de la croissance, prévient La Banque Postale
Asset Management (LBPAM), qui ne s'attend toutefois pas à une
récession cette année et reste donc positive sur les actions. 
    La société de gestion s'attend à un ralentissement de la
croissance dans les trois grandes zones que sont les Etats-Unis,
l'Europe et la Chine mais à un reflux du risque politique et
souligne qu'avec l'ajustement des marchés en fin d'année
dernière, les valorisations sont en phase avec ce scénario d'un
cycle finissant mais qui peut encore se prolonger. 
    "J'ai très peur du marché du crédit aux Etats-Unis, où les
signes se multiplient qu'un château de cartes s'est mis en
place", a prévenu Stéphane Déo, stratégiste de LBPAM, lors d'une
présentation sur les perspectives 2019 des marchés financiers. 
    La taille du marché du crédit américain, a-t-il précisé, a
été multipliée par 2,5 pour atteindre près de 6.400 milliards de
dollars depuis l'éclatement de la grande crise financière de
2008, la proportion des deux grandes catégories qui le
composent, "investissement" (IG ou investment grade) et "haut
rendement" (HY ou high yield) restant globalement inchangée à
80% et 20% respectivement. 
    Mais, la qualité des émissions a baissé. Ainsi, au sein de
l'IG, la part des "triple B", la note de crédit la plus basse de
la catégorie, est au plus haut historique. La part des
primo-émetteurs est elle aussi au plus haut tandis que la
qualité du papier émis s'est aussi détériorée avec un indice
"cov-lite", calculé par Moody's et qui mesure la faiblesse des
protections accordées aux prêteurs par les emprunteurs, à un
niveau sans précédent. 
    Stéphane Déo pointe également la liquidité très précaire du
marché, en particulier en phase de stress. 
    
    UN MUR DE REFINANCEMENT EN 2020 ET 2021
    Il met en garde contre la détérioration de la position de
trésorerie des entreprises, en particulier pour les entreprises
de petite taille. Il rappelle aussi que si les entreprises ont
rapatrié beaucoup de liquidités aux Etats-Unis en profitant des
mesures fiscales prises par l'administration Trump, elles les
ont largement redistribuées à leurs actionnaires. 
    Les entreprises américaines les plus endettées sont aussi
confrontées à un mur de refinancement en 2020 et 2021,
prévient-il en soulignant qu'un nombre croissant d'entre elles
atteint voire dépasse le seuil des 100 milliards de dollars de
dette brute à long terme, au-delà duquel il est difficile de se
financer sur le seul marché américain. 
    Des groupes comme AT&T  T.N , Ford  F.N , General Electric
 GE.N  ou Verizon  VZ.N  sont dans cette situation. 
    "Il est difficile de voir le marché du crédit générer tout
seul une crise comme celle des subprime (à l'origine de la
grande crise financière de 2008-ndlr)", tempère néanmoins
Stéphane Déo. 
    "En revanche, le marché, à cause des fragilités qu'il est en
train de construire et à cause aussi de sa taille devenue
gigantesque, pourrait constituer une caisse de résonance
particulièrement dévastatrice lorsque la prochaine crise
éclatera", ajoute-t-il toutefois. 
    Sur la base d'un scénario central d'un cycle qui se prolonge
et d'un stress politique qui reflue, la société de gestion
s'attend à une remontée des taux longs et privilégie les actions
dans son allocation d'actifs. 
    "Nous tablons sur un rendement à dix à fin 2019 de 3,25% aux
Etats-Unis et 0,8% en Allemagne, et sur une performance des
marchés actions de l'ordre de 7% compte tenu d'un rendement du
dividende de l'ordre de 3% en Europe et de 2% aux Etats-Unis", a
dit Hervé Goulletquer, directeur adjoint de la recherche de
LBPAM, dont les encours ont légèrement reculé à fin 2018 à 214
milliards d'euros contre 216 milliards un an auparavant en dépit
d'une collecte nette positive. 
    
    Sur le même thème : 
    *L'endettement des entreprises préoccupe les
investisseurs-BAML  
    Voir aussi : 
    *LE POINT sur les perspectives de marché 2019 des gérants et
stratèges  
   

 (Marc Joanny, édité par Marc Angrand)
 

Valeurs associées

NYSE +0.72%
NYSE +0.14%
NYSE +0.05%
NYSE +0.37%

Cette analyse a été élaborée par Reuters et diffusée par BOURSORAMA le 15/01/2019 à 16:41:09.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer