1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Faut-il privilégier les entreprises qui versent des dividendes ?
Café de la Bourse14/06/2019 à 14:40

Découvrez les raisons qui peuvent pousser les actionnaires à privilégier les entreprises qui versent des dividendes et pourquoi il serait préjudiciable de se cantonner à ce type d'entreprise. (crédit Pixabay)

Alors que les sociétés du CAC 40 ont versé des dividendes records à leurs actionnaires en 2018 (46,8 milliards d'euros), nous vous proposons de revenir sur l'intérêt pour l'actionnaire à opter pour un investissement dans des entreprises versant des dividendes. Découvrez les raisons qui peuvent pousser les actionnaires à privilégier les entreprises qui versent des dividendes et pourquoi il serait préjudiciable de se cantonner à ce type d'entreprise.

Pourquoi les dividendes séduisent les investisseurs

Il existe de de très nombreuses raisons qui amènent les investisseurs à privilégier les entreprises versant des dividendes.

Un signe de bonne santé économique et financière

D'abord, une entreprise versant des dividendes témoigne ainsi de sa bonne santé économique et financière. En effet, les dividendes correspondent à une partie des bénéfices réalisées par la société, que l'assemblée générale décide de reverser aux actionnaires. Une entreprise ne verse donc des dividendes que si elle dégage des bénéfices et, souvent, des bénéfices confortables dont la réaffectation d'une partie aux actionnaires permettra tout de même à la société de poursuivre sa croissance. À l'inverse, une entreprise en perte de vitesse affichant de mauvais résultats ne versera pas de dividendes. Il s'agit donc d'un indicateur relativement fiable de la vitalité d'une entreprise.

Une source de revenus fixes

Les dividendes constituent également pour l'actionnaire une source de revenus complémentaire, souvent fixe. De fait, une entreprise qui verse fréquemment des dividendes aura tout intérêt à poursuivre cette politique dans la durée sous peine de voir ses actionnaires spéculer sur les raisons qui l'ont poussé à ne pas verser de dividendes et notamment à craindre un ralentissement de l'activité. Le versement des dividendes est en France le plus souvent annuel. Les sociétés américaines versent elles davantage leurs dividendes à une fréquence trimestrielle.

Les dividendes peuvent être réinvestis par l'actionnaire dans des actions dans une optique de capitalisation des intérêts. Ainsi, les bénéfices engendrent eux-mêmes des bénéfices et le rendement sur les capitaux initialement investis sont particulièrement attrayants.

L'attractivité des aristocrates du dividende

C'est pour ces raisons que les aristocrates du dividende sont particulièrement appréciés des actionnaires. Il s'agit de sociétés dont la capitalisation est supérieure à 3 milliards de dollars, versant des dividendes en progression constante depuis plus de 25 ans et dont le volume d'échange quotidien est supérieur à 5 millions de dollars. Les sociétés appartenant à cette catégorie sont des poids lourds de leur secteur possédant le plus souvent une position de leader ou au moins des avantages concurrentiels notables qui leur permettent d'afficher de bons résultats année après année, générant ainsi une rentabilité stable et particulièrement intéressante pour l'investisseur, le capital rapportant de façon quasi certaine un rendement croissant chaque année. De plus, on soulignera que le rendement historique de ces sociétés est supérieur au marché boursier en général.

Pourquoi l'absence de dividendes n'est pas forcément une mauvaise chose

On comprend bien l'intérêt pour un investisseur d'investir dans des sociétés versant des dividendes à ses actionnaires. Cependant, on aurait tort d'écarter d'emblée les sociétés ne versant pas de dividendes.

Un signe du développement de l'activité

L'absence de dividendes peut en effet être le signe non pas de mauvais résultats mais de la volonté de l'entreprise de financer sa croissance interne, signe du développement de l'activité. Les sociétés en phase d'expansion peuvent tout à fait consacrer la totalité de leurs bénéfices à divers postes de dépense qui permettront à la société de se développer. Recherche et développement, internationalisation, lancement de nouvelles offres de produits et services sont autant d'éléments qui peuvent amener la société à consacrer l'ensemble de ses bénéfices à ses projets de croissance interne.

D'ailleurs, les valeurs de croissance pour lesquels l'actionnaire anticipe une forte valorisation ne versent généralement pas de dividendes.

Le rendement n'est pas le seul élément permettant de juger de la performance

Le rendement d'une action n'est pas le seul élément à entrer en compte dans le calcul de la performance d'un investissement. En investissant dans une entreprise, un actionnaire peut en effet gagner de l'argent en touchant des dividendes mais aussi en effectuant une plus-value à la revente de son titre, c'est-à-dire en le vendant plus cher qu'il ne l'a initialement acquis. Notez d'ailleurs que le coupon, s'il permet à l'actionnaire de toucher des sous, a également une influence négative sur le prix de l'action car le montant du dividende est soustrait de la valeur du titre, détruisant ainsi une partie de la valeur de l'action. On ne peut gagner sur les deux tableaux.

L'attractivité de Berkshire Hathaway, connue pour ne pas verser de dividendes

Berkshire Hathaway, la célèbre société de Warren Buffett qui affiche des bénéfices records depuis de nombreuses années est connue pour ne pas verser de dividendes à ses actionnaires. L'oracle d'Omaha préfère réinvestir systématiquement tous les bénéfices (ou si les marchés ne sont pas favorables à garder des liquidités dans l'attente d'une situation plus propice à l'investissement). Et cela paie ! En effet, les premiers investisseurs qui ont misé sur Berkshire Hathaway dès sa création ont vu leur capital initial multiplié par 16 000 ! Berkshire Hathaway en septembre 2018 se hissait au rang de cinquième capitalisation boursière du monde avec 541 milliards de $.

Louis Yang (Café de la Bourse)

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M4630859
    14 juin15:44

    De plus, un trop gros dividende est souvent synonyme d'une dette trop importante. L'entreprise endetté verse un gros dividende pour garder les actionnaires et à terme, n'a plus les moyens d'investir dans la recherche, le développement et donc son avenir. Le luxe verse très peu de dividende et ce sont les actions qui montent le plus.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

5618.16 +0.92%
0.779 +2.84%
1.11461 -0.06%
64.1 -0.17%
23.03 +3.13%

Les Risques en Bourse

Fermer