Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Des associations alertent à nouveau sur les projets ougandais de Total
Reuters20/10/2020 à 19:41

(Actualisé avec réaction de Total § 2-3-4)

PARIS, 20 octobre (Reuters) - Deux projets pétroliers menés par Total TOTF.PA entraînent des violations des droits de plus de 100.000 personnes en Ouganda et en Tanzanie, accusent les associations françaises Amis de la Terre France et Survie dans un rapport publié mardi.

Dans un communiqué publié mardi soir, le groupe français déclare que le projet Tilenga en Ouganda a été conçu "avec le souci primordial de minimiser et d'atténuer les impacts sur les communautés locales".

"Aucune personne n'a eu à quitter sa terre avant de recevoir une compensation appropriée pour les terres comme pour les cultures", dit le groupe qui précise discuter avec les autorités ougandaises d'un "système de paiement intérimaire pour prendre en compte le temps écoulé entre les évaluations et le versement effectif des indemnisations avant le transfert de possession des terrains concernés".

Total "récuse à nouveau les accusations d'atteintes aux droits humains et réaffirme qu'il ne tolère ni ne contribue à aucune agression, menace physique ou juridique, contre ceux qui exercent leur droit à la liberté d'expression, à manifester et se réunir pacifiquement, y compris lorsqu'ils agissent en tant que défenseurs des droits humains".

Les Amis de la Terre France et Survie avaient porté l'affaire devant la justice en 2019, mais le tribunal de grande instance de Nanterre s'était déclaré en début d'année incompétent pour la juger.

Leur rapport, publié avant une audience en appel prévue le 28 octobre, précise que "la problématique d'accaparement des terres est au centre des violations subies par les communautés affectées".

Ces violations, ajoutent les deux associations, portent à la fois sur le droit de propriété mais également sur les droits à un niveau de vie suffisant, à l'alimentation, à l'éducation, à la santé, à un logement décent, à la vie et à la sûreté, à la liberté d'expression et à un consentement libre, préalable et informé.

Dans le cadre de leur action en justice, aux côtés de quatre associations ougandaises, Les Amis de la Terre France et Survie tentent de faire appliquer la loi française sur le devoir de vigilance obligeant légalement les maisons-mères des multinationales établies en France à prévenir les violations des droits humains et les dommages environnementaux liés à leurs activités dans le monde entier.

"Un an tout juste après (l'assignation) en justice, et malgré nos alertes appelant à prendre des mesures urgentes pour faire cesser les violations et éviter qu'elles ne se reproduisent à plus grande échelle, la situation s'est aggravée en Ouganda", écrivent-elles dans leur rapport.

"Il y a plus que jamais urgence à agir. Ce sont maintenant plusieurs dizaines de milliers de personnes qui sont impactées et qui ont commencé à perdre leurs moyens de subsistance avant même de percevoir la moindre compensation", ajoutent les deux associations, dont le rapport repose notamment sur une enquête de terrain réalisée en juin et septembre "dans différents districts impactés en Ouganda".

Evoquant des "déplacements massifs de population" liés au deux projets de Total - à savoir le projet Tilenga d'exploitation de gisements ougandais et un projet d'oléoduc -, les associations reprochent notamment au groupe pétrolier d'imposer des restrictions aux communautés "dans l'usage de leurs terres agricoles, dont elles dépendent pour survivre, et ce bien avant d'avoir reçu leurs compensations".

(Benjamin Mallet et Sarah White édité par Henri-Pierre André)

Valeurs associées

Euronext Paris +3.36%

5 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • Pathor
    22 octobre15:08

    Encore des associations qui feraient mieux de s'occuper de ce qui se passe en France !

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer