Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Comment les professionnels de l'investissement espèrent dégager de la performance en 2018 ?
information fournie par Boursorama02/02/2018 à 18:03

Que peut-on acheter quand les taux offrent des rendements dérisoires et que le risque de correction sur les marchés est élevé ? Eléments de réponse avec l'etude de BlackRock (Pexels)

Que peut-on acheter quand les taux offrent des rendements dérisoires et que le risque de correction sur les marchés est élevé ? Eléments de réponse avec l'etude de BlackRock (Pexels)

Alors que les valorisations des marchés actions et obligataires touchent aux limites du possible, adopter des stratégies alternatives en vue de diversifier les sources de performance est devenue une nécessité pour les professionnels de l’investissement. Mais que peut-on acheter quand les taux offrent des rendements dérisoires et que le risque de correction sur les marchés est élevé après une hausse en quasi ligne droite ? Le géant de la gestion d’actifs BlackRock a réalisé une étude auprès de 224 clients institutionnels du monde entier, qui gèrent 7 400 milliards de dollars d’actifs, pour savoir où ils comptaient investir en 2018. Eléments de réponse.

Le cash pour se prémunir contre le risque et la volatilité

Confrontés à de faibles taux d’intérêt et à des actifs à risque relativement surévalués, les grands investisseurs institutionnels cherchent avant tout à se protéger contre le risque. Pour ce faire, ils sont pratiquement deux tiers à vouloir maintenir leur poche de liquidités à un niveau stable cette année. Or, « il peut sembler paradoxal de maintenir les liquidités à leur niveau actuel et d’augmenter d’autre part les placements auprès des gérants actifs. Cette double stratégie permet néanmoins à la plupart de nos clients de gérer le risque et de négocier des marchés potentiellement volatils »,  explique Edwin Conway, Responsable mondial de la clientèle institutionnelle chez BlackRock.

Face aux risques de correction, la gestion active est plébiscitée

Selon BlackRock, « le contexte actuel devrait inciter les investisseurs institutionnels à opter pour des stratégies de gestion active de leurs portefeuilles cette année  […] signe qu’ils sont conscients de la persistance des risques mondiaux » explique la société de gestion.

Malgré les prévisions de recul dans les actions, « près d’un quart des institutionnels (24 %) comptent ainsi se repositionner sur la gestion active » souligne la note. Mais qu’est-ce que la gestion active ? Ce mode de gestion concerne tous les fonds et portefeuilles qui visent pas à reproduire la performance d'un marché de référence, comme le fait gestion passive, mais à faire mieux que leur indice de référence. Alors pour battre le marché, les gérants devraient investir « à travers un éventail varié de classes d’actifs alternatives » précise le géant de la gestion d’actifs.

L’immobilier et le private equity, grands gagnants des tendances d’investissement 2018

L’étude révèle que « les actifs illiquides ou réels, toujours favoris des grands investisseurs institutionnels, devraient être les grands gagnants en termes de flux ».  Plus généralement, l’immobilier et le private equity devraient être plébiscités avec respectivement 42 % et 43% des investisseurs institutionnels interrogés « qui ont l’intention d’accroître leur allocation à ces classes d’actifs ».

Pour rappel, le private equity ou capital investissement, se traduit par l'entrée d’un fonds d'investissement au capital d’une société qui a besoin de capitaux propres. L’investisseur ne se contente pas d'investir mais accompagne généralement la société en portefeuille afin d'accélérer son développement. En contrepartie du risque d’investissement et de l'immobilisation de son capital, l’investisseur espère un rendement supérieur à celui du marché des actions cotées.

Le crédit reste attrayant

Dans la quête de rendement, les autres formes de financement, comme le crédit privé, restent attrayantes, plus de la moitié des investisseurs interrogés (58 %) prévoyant d’augmenter leur allocation à ce segment. Plus largement, dans le crédit, les marchés émergents ont aussi la faveur des investisseurs, avec plus d’un tiers (37 %) des clients interrogés prévoyant de renforcer leur exposition à ce segment.

Retour en force des hedge funds

Les hedge funds semblent regagner les faveurs des investisseurs qui anticipent en 2018 une hausse des flux contrairement à 2017 où les gérants avaient réduit leurs flux. Pour cette année, un cinquième des investisseurs interrogés (20 %) prévoient d’augmenter leurs investissements dans les hedge funds.

Au final, « malgré une croissance mondiale synchronisée, la plupart des segments visés par les investisseurs institutionnels devraient produire, d’une manière générale, des rendements bien en-deçà de leurs objectifs », explique Edwin Conway, Responsable mondial de la clientèle institutionnelle chez BlackRock.

F.L (redaction@boursorama.fr)

2 commentaires

  • 04 février10:23

    je ne comprends pas que la france, héritière de la révolution s'intéresse aux princesses!!!


Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.